/ / /
   De la musique avant toute chose

Mes parents n'avaient pas la télévision. Les soirées, rituellement, nous réunissaient dans la salle de séjour où chacun se livrait à une activité tranquille en écoutant symphonies, concertos, opéras...

Paradoxalement, ils se sont refusés à me faire pratiquer la musique, enfant, par crainte qu'il s'agisse d'un engouement passager, comme pour beaucoup d'enfants. Nous déménagions très souvent, en cours d'année scolaire. Ce n'était déjà pas facile de nous faire changer d'école, si en plus il avait fallu gérer des changements de conservatoires... Et pourtant! Je rêvais en secret d'être musicienne, un jour.

Faute d'instrument, j'ai commencé le chant choral à douze ans, dans un choeur scolaire à trois voix. Suivront un quart de siècle (!) de chant choral mixte, quasiment sans interruption, dans des groupes et des genres variés (du pop-rock à la polyphonie classique).
J'assumerai aussi souvent et volontiers des responsabilités, plusieurs années de direction de choeurs d'enfants et d'adolescents, des années de comité directeur de chorales, dont deux ans de présidence.
Des festivals de chant choral: Choralies, Europa Cantat...

Ma première grande oeuvre classique en concert: le Te Deum d'Anton Brückner, chanté au Palais de la Musique et des Congrès de Strasbourg, avec trois cents choristes des chorales A Coeur Joie de la région Alsace et l'orchestre symphonique de RTL, sous la baguette de Pierre Cao, en 1980. J'ai adoré! Je vous l'ai mis en ligne ci-dessous, numérisé à partir d'une cassette, souvenir d'époque!

 

Les grands évènements

Dans mon parcours initiatique de choriste, j'ai eu le bonheur et la fierté de chanter à plusieurs reprises avec quelques très grands chefs (Pierre Cao, Laszlo Heltay, Edmon Colomer, Theodor Guschlbauer,...), et devant des audiences parfois très sélectes.

Il y eut le 40è anniversaire du Conseil de l'Europe (... Te Deum de Charpentier!), le bicentenaire de la Révolution (...Marseillaise de Berlioz!), la passation de la présidence européenne à la France (moult Odes à la Joie...) et, en point d'orgue, un concert doublement présidentiel: le Te Deum de Charpentier et le Gloria de Poulenc chantés devant François Mitterrand et Helmut Kohl avec trois cents autres choristes amateurs et l'orchestre philharmonique de Strasbourg, sous la direction de Theodor Guschlbauer.

Cette année là, j'étais étudiante, et la plus jeune présidente des chorales A Coeur Joie d'Alsace, durant la semaine en stage à Lausanne, et les week-ends de retour à Mulhouse pour organiser les répétitions du concert présidentiel avec les trois cents choristes à héberger, les pianos à déplacer, les exigences parfois extravagantes des chefs transitoires (hum!)... Que soit salué ici mon supérieur hiérarchique choral de l'époque, confrère et désormais ami, Jean Sturm, créateur de de la bibliothèque chorale virtuelle Musica, qui voulut si fortement ce concert présidentiel franco-allemand, qu'il se concrétisa!


Le solfège, sans moi!

Le solfège est ma bête noire... Dotée d'une bonne oreille, et n'ayant pas reçu les rudiments d'écriture et de lecture solfégique à l'âge où ça se pratique habituellement, j'ai compensé par l'oreille.  Au point de parvenir à faire plusieurs années de pratique instrumentale honorable (flûte traversière) avec un niveau de solfège inavouable. Je ne l'ai pas fait exprès... les cours d'instruments pour adultes sont rarement accompagnés de cours de solfège, et lorsque c'est le cas, les horaires proposés sont souvent incompatibles avec l'exercice d'une profession.

Bref... L'an dernier, lorsque je me suis inscrite aux CP13, il a bien fallu confesser que malgré mes 25 ans de chant choral antérieur, j'avais un niveau de solfège, euh... je n'avais pas de niveau de solfège. S'est alors posé le dilemme du choix du choeur, selon les critères en vigueur dans le groupe, confirmé pour le chant, ou débutant pour le solfège? Pierre a décidé que ce serait le choeur élémentaire avec rattrapage du solfège. J'ai donc débuté bille-en-tête par une 3è année de solfège, effectuée sur deux ans, que je termine actuellement. Ensuite, je devrais être admise à l'honorabilité de choriste confirmée, si Pergolese y met un peu du sien! Et je vais continuer, parce que, lorsqu'on a déjà beaucoup chanté, le solfège et les cours de chant sont les incontournables clés pour continuer à progresser. Et puis j'aimerais bien reprendre la flûte traversière, normalement, c'est-à-dire en lisant les portées!


La messe fétiche

On aura compris que le chant tient une place importante dans ma vie.
Cependant, pendant neuf ans, pour raison de santé, je n'ai pu chanter. Une affection neuro-musculaire survenue pendant les années 90 m'en rendait incapable. Le dernier grand concert auquel j'avais participé, dans ma vie d'avant la maladie, c'était la Messa di Gloria, de Puccini. Pendant des années, j'ai constamment gardé à portée de main l'enregistrement de cet ultime grand concert. Et de me répéter "souviens-toi que tu as été capable de chanter cette messe, un jour tu y parviendras à nouveau".
Un serment que je m'étais fait à moi-même.

Ca faisait quelques années que je voyais les petits tracts jaunes des Choeurs de Paris 13 fleurir les pare-brise à la rentrée. Verdi, Mozart, Haendel, ce programme me plaisait beaucoup, mais je ne m'en sentais physiquement pas capable. Et puis à la rentrée 2007, le signe est arrivé qu'il était temps pour moi d'essayer de recommencer à chanter: la Messa di Gloria était proposée au programme des petits tracts jaunes! Le moment était venu de tenir mon serment.


Je ne vous cache pas que ça a été difficile. Personne ne vous rééduque à recommencer à chanter, il a fallu trouver moi-même l'équilibre fonctionnel, entre le réentraînement et l'épuisement, apprendre à regagner de la tessiture et de la puissance, à éviter tout ce qui pourrait compromettre une forme vocale fragile. En juin 2008, une parenthèse sombre se refermait dans ma vie. Promesse tenue, je rechantai la Messa di Gloria, sans omettre une seule note, pas même les plus aiguës, et quasiment par coeur, pour l'avoir tellement écoutée pendant toutes ces années. Merci à Pierre Molina et aux Choeurs de Paris 13 de m'avoir rendue au chant choral. Ou l'inverse!


Le blog des choristes des CP13

Venant d'Alsace où les chorales sont chaleureuses et enveloppantes comme une seconde famille, j'ai trouvé la chorale version parisienne un peu froide, et le nombre des choristes dissuasif. Il manquait un liant... Nous avions collectivement de très grosses possibilités, mais les échanges restaient limités.

Le cours de solfège a été une chance, car il m'a permis de mieux connaître d'autres choristes du choeur élémentaire, dont Jacques, pilier de ce blog, alors ténor en choeur élémentaire, ainsi que Pierre, notre chef de choeurs, puisqu'il c'est lui qui enseigne le solfège en 3è année. Ce qui fait que lorsque j'ai soumis à Pierre l'idée du blog pour créer du lien entre les choristes, il me connaissait suffisamment pour faire confiance et donner le feu vert à l'opération. Vous connaissez la suite...

Une philosophie et des objectifs

Je fais partie des personnes qui essaient toujours de faire avancer les choses, d'agir sur la vie, un bien précieux qui passe vite, et que l'on apprécie d'autant plus qu'on a failli la perdre et qu'elle vous est rendue... Ne pas baisser les bras, persévérer, aller au bout de soi, prendre des risques calculés, mais oser, si c'est pour la bonne cause. Obstinément. Une pierre, plus une pierre, plus une pierre... Si ce que l'on fait est bien, ou juste, il en restera toujours quelque chose. Et si, malgré tout, on est sur le point de lâcher prise, on reçoit parfois (souvent!) le soutien qui nous manquait pour réussir.
Cette page sera la cent-cinquième mise en ligne sur ce blog, c'est tout un symbole!

Mes objectifs seront de continuer à promouvoir le chant choral, cette extraordinaire combinaison de voix disparates qui conduit à une création artistique unique, d'apprendre à chanter une partition à vue, et de poursuivre mon réentraînement vocal jusqu'à récupérer le contre-ut, afin de pouvoir un jour rechanter les ultimes mesures de mon cher Te Deum de Brückner...!


Sylvie, soprane du choeur élémentaire
et blogmestre du blog des choristes des Choeurs de Paris 13


Partager cette page

Repost 0
Published by

Présentation

  • : Le blog d'une choriste parisienne vagabonde
  • Le blog d'une choriste parisienne vagabonde
  • : Ex-blog des choristes des Choeurs de Paris 13, lieu d'échanges entre les choristes de Paris, de France, de Navarre et d'ailleurs! Instrumentistes de toutes cordes, vocales ou autres, bienvenue aussi!
  • Contact

Recherche