2 octobre 2015 5 02 /10 /octobre /2015 14:40

J'informe les choristes johannesiens et les autres qu'il y aura un concert à entrée libre ce soir

à 21h à la Madeleine, proposant le Requiem allemand de Brahms, par un choeur allemand.

La musique et la prononciation zusammen!

 

Bonne soirée,

Sylvie, blogmestre

Repost 0
Published by Blog des choristes des CP13
commenter cet article
28 septembre 2015 1 28 /09 /septembre /2015 09:38

Hier soir, j'ai vu le Misanthrope de Molière à la Comédie française, dans une mise en scène

contemporaine, avec costumes-cravates ou noeuds papillon, et robes, escarpins et

chaussures de ville (je note l'absence de jogging- baskets).

Un siège à la corbeille, je m'améliore!

Un siège à la corbeille, je m'améliore!

La salle Richelieu sera bien remplie, d'ailleurs un monsieur s'assied devant moi sur un strapontin.

Une vue de la salle Richelieu depuis l'extrémité de la corbeille où est ma place.

La salle Richelieu vue de la corbeille

La salle Richelieu vue de la corbeille

Quand nous gagnons nos places, le rideau est levé. Alceste vient s'asseoir dans un coin, le cheveu

en bataille et la mine tourmentée. J'aime bien cette pièce, qui est la plus adulte de Molière, philosophique,

sociale, et empreinte d'une bonne dose d'auto-dérision. Le Misanthrope ne fait pas s'esclaffer

comme d'autres comédies, il fait sourire, et donne à réfléchir. Il est intemporel.

L'histoire en quelques mots: Alceste, le misanthrope, rejette la société qu'il trouve

emplie de faux semblants et d'hypocrites. Il veut dire toute la vérité sur chacun et ne souffre

aucune diplomatie (j'ai de la sympathie pour ce personnage, allez savoir pourquoi!) Il est amoureux

de Célimène qui est son exact contraire. Ca se termine mal...

Il y a une griffe Comédie française, reconnaissable dès que les acteurs se confrontent.

Les trois premiers actes passent sans y penser. Après l'entracte, durant lequel j'admire

quelques statues, reprise de la pièce pour les deux derniers actes, plus sombres.

J'ai le rhume des théatres, et mon cas s'aggrave après l'entracte... je ne dois pas etre la seule car plusieurs

personnes toussent et éternuent. La pièce prend fin trois heures après son début.

Applaudissements, rappels, levée de l'interdiction de photographier puisque le spectacle est

terminé, les acteurs débordent d'énergie et s'entrecroisent sur scène, saluent, disparaissent.

En dehors du plaisir pris au spectacle, j'ai été heureuse de constater que Molière mobilise toujours

un public nombreux et varié. Je conserve le programme pour l'étudier en détail... à la lumière du jour.

Sylvie, blogmestre

 

Acteurs du Misanthrope, Comédie française

Acteurs du Misanthrope, Comédie française

Repost 0
Published by Blog des choristes des CP13
commenter cet article
27 septembre 2015 7 27 /09 /septembre /2015 15:21

Deux sorties sympathiques à mon programme du 26 septembre, dont je vais dire quelques mots

ici car géographiquement, elles ne sont pas très éloignées de la Porte de Vincennes,

et peuvent intéresser l'un ou l'autre lecteur de ce blog.

 

Le Palais de la Porte Dorée, à l'orée du bois de Vincennes, est une grande construction datant

de l'exposition de 1931, qui abrite le musée de l'histoire de l'immigration. Le Palais en lui même est

dédié à la France extra-métropolitaine de l'époque, et à ses liens avec la métropole. Il est couvert de

sculptures à l'extérieur et de fresques à l'intérieur, dans un style art déco qui n'est pas sans rappeler

parfois les scènes de bonheur kolkhoziennes qu'on produisait plus à l'est de l'Europe.

 

Façade du Palais de la Porte Dorée

Façade du Palais de la Porte Dorée

Productions africaines en 1931

Productions africaines en 1931

Le bâtiment avec ses décorations artistiques est beau et vaut d'être vu. Il évoque un passé colonial

qui mérite peut-être aussi d'être vu. Mais il contient aussi l'histoire de l'immigration vers la France

depuis le XIXè siècle, et des collections émouvantes d'objets légués au musée par les

descendants des immigrés, répertoriés par vagues et nationalités. Les collections ne sont pas encore

assez étoffées de mon point de vue, mais le musée est récent, et sa capacité de collecte

n'est peut-être pas connue de tous les éventuels donateurs d'objets mémoires.

Nous étions une dizaine et avons fait la visite en compagnie d'une guide passionnée.

Plus esthétique que le passeport biométrique...

Plus esthétique que le passeport biométrique...

Pour la soirée, j'étais invitée à un dîner karaoké, à Maisons-Alfort. Très sympa, même pas peur!

J'ai des vidéos de mes camarades de soirée, qui n'ont pas souhaité qu'on les montre, et n'en ai pas

de moi (ils n'ont pas pensé à s'approprier l'appareil photo...). Le message est qu' il y a un restaurant karaoké

très recommandable à la station Juillottes, sur la ligne 8, où l'on s'amuse bien et où l'on mange bien.

Je donne l'adresse en privé à tout choriste intéressé demain soir ou plus tard.

Sylvie, blogmestre

Repost 0
Published by Blog des choristes des CP13
commenter cet article
26 septembre 2015 6 26 /09 /septembre /2015 16:18

Louis-Michel, ténor du Choeur Un nous invite à venir écouter deux concerts extérieurs auxquels

il participe les 9 et 11 octobre, en la cathédrale de Nanterre et  en l'église Saint-Gabriel (Paris 20è),

au programme: Messe du couronnement de Mozart, et Gloria et Beatus vir de Vivaldi, interprétés par

les Choeurs Allianz et Survocal et l'orchestre Coruscant, sous la direction de Sophie Boucheron.

Concerts extérieurs: Mozart et Vivaldi

Le tarif normal est de 25€, le tarif réduit de 12€ (chômeurs, moins de 12 ans).

Plus d'informations et réservation en ligne sur les sites des deux choeurs.

Sylvie, blogmestre

 

Repost 0
Published by Blog des choristes des CP13
commenter cet article
24 septembre 2015 4 24 /09 /septembre /2015 19:19

Matthieu, pianiste et chef de choeur adjoint du Choeur Deux et du  petit choeur, se marie

samedi prochain! Nous avons fait une collecte lundi dernier parmi les choristes concernés, afin de

participer au voyage de noces des jeunes époux. Nous voulons des cartes postales pour le blog!

 

Marche nuptiale de Mendelssohn, orchestre!

Tous nos voeux à Matthieu et à Fanny!

 

NB: pour enlever les petites fenêtres de pub, il faut passer la souris dessus et faire apparaître une croix sur
fond noir rond, à cliquer, en commençant de celle de droite, jusqu'à la plus à gauche de la vidéo.

J'ignore quel est cet orchestre, la vidéo ne le dit pas...

Sylvie

Repost 0
Published by Blog des choristes des CP13
commenter cet article
23 septembre 2015 3 23 /09 /septembre /2015 23:43

Je suis allée ce soir voir Don Giovanni (de Mozart!) à l'Opéra Bastille. Un gros trou dans mon budget, puisque,

n'étant pas habituée à me ruer sur les places de 7è catégorie dès leur disponibilité, d'où l'on voit remarquablement

bien le pourtour de la scène en plongée, comme me l'avait conseillé une ex-choriste CP13, j'ai dû me contenter d'une

place de 4è catégorie au premier balcon (je me suis souvenue du vertige au 2è balcon dans la même salle,

et j'ai soigneusement évité le-dit balcon). Je n'ai pas perdu au change, bien au contraire!

Billet d'opéra de 4è catégorie, premier balcon

Billet d'opéra de 4è catégorie, premier balcon

C'est un de ces jours mi-figue mi-raisin où le ciel menace continuellement de nous tomber sur la tête.

J'ai retrouvé une paire d'escarpins très classe pour aller à l'opéra, mais s'il pleut des trombes en route...

mieux vaut y aller en baskets et se changer au dernier moment. Ah, Paris ! Où est l'époque où nous allions

à l'opéra en jupe longue et bibi à voilette ? Et puis 19h30, qu'est-ce que c'est que cet horaire ?

Puis je me souviens que l'opéra dure plus de trois heures et comprends l'horaire précoce pour une soirée. Je déchausse

mes baskets pour enfiler les escarpins aussi dicrètement que possible et laisse sac à dos et blouson au

vestiaire, qui se voit confier en même temps... une paire de trottinettes d'adultes, et moult autres sacs à dos.

Le jeune homme qui reçoit tous ces trésors à garder, en tenue de soirée, est d'un sérieux imperturbable.

Munie d'une eau minérale, je trouve ma place au premier balcon, septième rang. Devant nous, il y a

plusieurs rangs vides, finalement, je gagnerai quatre rangs après la sonnerie.

L'opéra Bastille vu du premier balcon

L'opéra Bastille vu du premier balcon

L'opéra en lui-même est en costumes de ville contemporains. Quand je vois le nombre de chanteurs en baskets

qu'il recèle, je ris intérieurement, quoique je sois satisfaite d'avoir mis mes escarpins. Le décor est à la fois banal

et remarquable. Banal parce que c'est un décor que nous connaissons tous, dans une tour, un de

ces paliers à tout-faire avec portes d'ascenseurs, équipé de quelques chaises et tables, d'un

réfrigérateur dans un coin, et de baies vitrées donnant sur d'autres tours, aux fenêtres allumées.

Remarquable parce qu'il abuse la vision, et reprend la forme ronde de l'opéra Bastille au point que

l'on se demande si l'on n'en voit pas l'arrière qui arriverait jusqu'à la scène... Ce n'est que dans le dernier

tableau que l'on voit qu'il s'agit bien d'un décor. Certains accessoires contemporains sont utilisés comme

éléments comiques, comme l'inévitable ascenseur qui se referme avant que vous soyez monté

dedans, ou le téléphone mobile sur lequel Leporello tient la comptabilité des

conquêtes féminines de Don Giovanni...

 

Je trouve que la mise en scène contemporaine va bien à cet opéra. C'est la deuxième que je vois, et

j'avais déjà beaucoup aimé la première. L'adaptation contemporaine ajoute du vivant à une oeuvre qui

est très longue, et dont le thème est de toutes les époques. Elle permet aussi de mieux distinguer les caractères, 

 en utilisant des codes vestimentaires que nous connaissons mieux et que nous identifions rapidement. Dans le

 Don Giovanni de Joseph Losey (opéra filmé) par exemple, on se perd dans les personnages, qui sont tous en perruques

poudrées, et dans des costumes qui ne nous sont pas assez familiers pour que nous distinguions clairement

qui est qui, ou fait quoi. Ici, Donna Anna est en tailleur-escarpins, Donna Elvira en jupe-escarpins, Don Giovanni

en costume, Leporello aussi, Zelina et Massetto appartiennent à une équipe de techniciens de surface, dont ils portent

l'uniforme. Tout cela est excellent pour la compréhension de l'intrigue, ce sont des codes que nous comprenons

immédiatement. L'italien originel est sur-titré en anglais et en français, au-dessus de la scène.

 

Le public se prend au jeu du spectacle de plus en plus. A l'entr'acte, je regrette la coupure, j'étais bien

entrée dans l'intrigue. Dans la deuxième partie, je guette l'apparition de la statue du Commandeur...

un peu décevante, car la voix de l'artiste est étouffée par le dispositif choisi et ne fait pas peur du tout!

Disons que c'est une "voix de la conscience", plutôt qu'une voix tonitruante. L'opéra se termine à 23h15, très applaudi

avec de nombreux rappels. Les trois heures et demie de spectacle ont passé sans s'en rendre compte!

On nous a demandé de ne pas filmer ni photographier, mais au moment des rappels tout le monde immortalise les acteurs.

Je l'ai donc fait aussi, encore en plan large, en coupant le décor pour laisser la surprise à ceux qui iront le voir.

Les rappels de Don Giovanni, 23 septembre 2015, Opéra Bastille

Les rappels de Don Giovanni, 23 septembre 2015, Opéra Bastille

Une excellente soirée, il y a d'autres représentations, si votre budget vous le permet

et que vous aimez l'opéra, précipitez-vous à la Bastille!

 

Sylvie, blogmestre

Don Giovanni
Repost 0
Published by Blog des choristes des CP13
commenter cet article
19 septembre 2015 6 19 /09 /septembre /2015 11:10

Sylvie, Marc, Martine, Geneviève, Joëlle, Sylvie, et plusieurs autres choristes des Choeurs

de Paris XIII vous convient au concert Requiem de Mozart auquel ils participeront individuellement

ce soir en l'église Saint-Sulpice, à 20h45, sous la direction de Hugues Reiner, tous les renseignements utiles

sont sur l'affichette. Le Requiem de Mozart sera précédé de la 7è symphonie de Ludwig van Beethoven.

 

 

Deux précisions me concernant: je me suis engagée pour le concert ci-dessus bien avant de savoir qu'il y aurait
une journée de travail CP13 le même jour. Mes capacités physiques ne me permettant pas d'enchaîner plusieurs
heures de répétition de l'oeuvre épuisante qu'est la messe en si mineur ( que par ailleurs je sais plutôt bien),
et de participer ensuite correctement à ce concert
, je suis obligée de faire un choix.
Je veux bien rebaptiser ce blog  si certains pensent que c'est nécessaire,
ce qui n'est pas mon opinion. Je propose que ce soit les lecteurs qui en décident.

Sylvie, blogmestre

Repost 0
Published by Blog des choristes des CP13
commenter cet article
18 septembre 2015 5 18 /09 /septembre /2015 10:44

Le Choeur Deux et le petit choeur ont un week-end de travail samedi 19 septembre et dimanche

20 septembre. Le programme: samedi, messe en si mineur de Bach, dimanche, Requiem de Brahms.

Les horaires: samedi de 14h à 18h ou 19h, dimanche de 11h à 18h, entrée par la rue de Lagny, avec

votre carte Vigipirate. Les choristes qui participent au concert du 18 octobre à Lisieux (Requiem

de Brahms) doivent rendre leur fiche de renseignements remplie impérativement (sinon vous dormirez

sur un banc devant la cathédrale...) Repas pris en commun dimanche pour celles et ceux qui le souhaitent.

 

     

Sylvie, blogmestre

validé par  

et par

Repost 0
Published by Blog des choristes des CP13
commenter cet article
18 septembre 2015 5 18 /09 /septembre /2015 10:08

Hier soir, 17 septembre, c'était l'ouverture de la saison 2015-2016 de l'orchestre national

de France, au grand auditorium de la maison de la radio. Ce premier concert de l'année,

sous la direction de Daniele Gatti, proposait le concerto pour violon et orchestre en

ré majeur opus 61 de Beethoven, et la Symphonie fantastique d'Hector Berlioz. La partie

de violon soliste du concerto était jouée par Sergey Khachatrian. Aimant les deux œuvres,

j'avais pris un billet... au poulailler. Sur mon e-ticket, il était indiqué qu'il fallait se

présenter tôt, et qu'il était interdit de photographier le concert.

e-ticket partiel

e-ticket partiel

J'arrive avec 45 minutes d'avance et m'installe dans l'auditorium presque vide, la messe

en ut mineur dans mon baladeur et sa partition sur les genoux, pour combler le temps mort.

Sur la scène, huit contrebasses semblent faire un petit somme avant l'épreuve.

Contrebasses au bois dormant

Contrebasses au bois dormant

Le grand auditorium de la Maison de la radio

Le grand auditorium de la Maison de la radio

Le concert est à 20h, et la masse des auditeurs déboule d'un bloc, un quart d'heure

avant le début... Queue et petit retard. Quand le concert commence, l'auditorium est plein.

Les musiciens se mettent en place pour le concerto, le soliste et le chef font leur entrée

sous les applaudissements. J'ai lu dans le programme qu'il était diffusé en direct

sur France Musique, et écoutable en replay sur le site de la station de radio.

 

Comme en juillet lors du Requiem de Brahms entendu dans le même auditorium, je suis

séduite par la qualité des pianissimos, et du silence religieux de la salle qui les accompagne.

Dans le livret, Hélène Cao a écrit deux pages très techniques sur le concerto pour violon,

où l'on apprend par exemple que le premier mouvement compte 535 mesures...

Je suis plus motivée par l'extrême sensibilité du jeu du jeune violoniste, et la virtuosité

de l'ensemble des musiciens. Cette œuvre était l'une des préférées de mes parents

quand j'étais enfant, je l'ai abondamment entendue, et la sais presque par cœur !

A la fin du concerto, le jeune Sergey Khachatrian est bissé et interprète un autre solo.

 

La Symphonie fantastique fait le plein des effectifs en instruments, toutes les contrebasses

sont réveillées. Je constate que les bois ont un petit écran transparent dans le dos destiné

à éviter que les musiciens qui en jouent ne soient assourdis par les cuivres qui sont derrière eux.

Lors du 5è mouvement, on comprendra toute la nécessité du dispositif ! Dans cette

symphonie, mon mouvement préféré est le deuxième, qui évoque une valse gracieuse

à un bal impérial. J'aime bien le cinquième aussi avec ses allures macabres grimaçantes.

La Symphonie fantastique cependant ne suscite pas l'émotion vibrante

du concerto pour violon, de mon point de vue.

 

Le concert est très applaudi, je m'autorise une photo aérienne des rappels, prise

du poulailler, qui ne gênera personne (et où personne n'est reconnaissable).

Rappels de l'orchestre national de France, dirigé par Daniele Gatti

Rappels de l'orchestre national de France, dirigé par Daniele Gatti

En ressortant sur l'avenue du Président Kennedy, la gardienne des quais de la Seine,

sur ses grandes pattes, est toute brillante de lumières.

Sylvie, blogmestre

Symphonie lumineuse fantastique

Symphonie lumineuse fantastique

Repost 0
Published by Blog des choristes des CP13
commenter cet article
16 septembre 2015 3 16 /09 /septembre /2015 09:21

Je suis allée hier soir 15 septembre 2015 au concert de l'Ensemble vocal

de Notre-Dame, intitulé "Ave Maris stella", en la cathédrale Notre Dame de Paris.

Acquisition du billet en deux temps
Acquisition du billet en deux temps

Acquisition du billet en deux temps

Le concert que j'avais écouté en août était chanté par huit messieurs, ce concert-ci était interprété

par cinq dames et deux messieurs, trois sopranos (Cécile Achille, Anaïs Bertrand, Cécile Dalmon)

et un contreténor (Raphaël Mas) au chant, et trois instrumentistes,une harpiste (Bérengère Sardin),

une flûtiste (Solène Riot), un joueur de vièle à archet (Sylvain Dieudonné, qui dirige l'ensemble),

et un percussionniste (Raphaël Mas) qui est aussi le contreténor, soit sept musiciens.

L'on nous a distribué un livret avec les textes des chants, le nom des musiciens et des instruments,reproductions

d'époque, que  l'on peut relire par la suite. Il y a la traduction du vieux françois, en français moderne, et en anglais.

L'Ensemble vocal de Notre-Dame au concert Ave maris stella du 15 septembre 2015

L'Ensemble vocal de Notre-Dame au concert Ave maris stella du 15 septembre 2015

Comme lors du concert du 13 août déjà cité sur ce blog, je suis éblouie par la beauté

de la musique, magnifiée par l'écrin de la cathédrale, dont elle est contemporaine.

J'acquèrerai un CD de l'Ensemble vocal de Notre-Dame en sortant, il n'y aura donc pas de petite vidéo.

J'ai la chance de pouvoir être au premier rang, il y a beaucoup plus de public que lors

du premier concert auquel j'avais assisté en août. Motets, conduits, se succèdent, mais aussi

des chansons et rondeaux, le concert est plus joyeux que celui de l'Assomption, quoique placé

le jour de Notre Dame des douleurs. Mon attention est plus concentrée sur les voix et sur les flûtes,

puisque l'on est plus savant et plus apte à apprécier ce que l'on a soi-même déjà pratiqué. J'aurais volontiers

observé le cornet à bouquin d'un peu plus près...C'est un concert brillant est très agréable à écouter,

je regarde les hauts murs de la cathédrale pour saisir une onde de joie, que je me plais à imaginer.

Le lieu inspire toujours autant le respect, et le silence règne du début à la fin du concert.

Enfin, le public s'autorise à applaudir les chanteurs et les musiciens.

 

 

L'Ensemble vocal de Notre-Dame sous les applaudissements

L'Ensemble vocal de Notre-Dame sous les applaudissements

Le concert prochain de l'Ensemble vocal de Notre Dame s'intitule "Musique au temps de Saint-Louis",

il est programmé le 20 octobre. A la suite d'incidents survenus hier soir, j'ai rédigé cet article

en deux temps, il est à présent complet. Si l'Ensemble vocal de Notre-Dame a des objections à soulever

aux photos que j'ai prises, envoyez-moi un courriel au blog, et donnez-moi votre opinion!

Merci,

Sylvie, blogmestre

Repost 0
Published by Blog des choristes des CP13
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog d'une choriste parisienne vagabonde
  • Le blog d'une choriste parisienne vagabonde
  • : Ex-blog des choristes des Choeurs de Paris 13, lieu d'échanges entre les choristes de Paris, de France, de Navarre et d'ailleurs! Instrumentistes de toutes cordes, vocales ou autres, bienvenue aussi!
  • Contact

Recherche