18 octobre 2015 7 18 /10 /octobre /2015 07:54

L'ensemble vocal Gabriel Fauré et les choristes des Choeurs de Paris 13 qui participent au

Requiem de Brahms à Lisieux ont chanté hier toute l'après-midi et toute la soirée.

Le concert s'inscrit dans le cadre d'un mémorial de guerre, et nous allons entrer sur scène après

les porteurs de drapeaux. Il fait toujours aussi froid dans la cathédrale Saint-Pierre...

Lisieux H-8
Lisieux H-8
Lisieux H-8

Ci-dessus trois photos de la répétition d'hier, mises en ligne en me battant avec les

coupures de connexion. Le choeur, l'orgue (à gauche) et les percussions (à droite),

en plan large, le choeur et les percussions en plan plus rapproché, et la troisième photo,

très insolite, montre un groupe japonais qui a filmé des morceaux de répétition, et s'est

filmé sur les morceaux de répétition, en plaçant l'un ou l'autre des leurs devant les choristes...

Sylvie, blogmestre

en léger différé de Lisieux!

Repost 0
Published by Blog des choristes des CP13
commenter cet article
16 octobre 2015 5 16 /10 /octobre /2015 14:50

Jacques, ex-ténor et chef de pupitre du Choeur Deux, nous propose trois concerts instrumentaux

les 15, 17 et 18 octobre (trop tard pour le 15, pardon Jacques, mais il reste deux dates possibles)

  de l'orchestre Note et Bien. Au programme, la 5è symphonie de Gustav Mahler, sous la direction

d'Emmanuel Calef. Entrée libre et corbeille au profit d'associations soutenues par Note et Bien.

 

Concert extérieur: Mahler

Samedi 17 octobre - 20 h 45, Église Saint-Christophe-de-Javel,

28 rue de la Convention, Paris 15è, métro et RER Javel

 

Dimanche 18 octobre - 16 heures, Église Saint-Denys-du-Saint-Sacrement,

68 rue de Turenne, Paris 3è, métro Saint-Sébastien-Froissart

Repost 0
Published by Blog des choristes des CP13
commenter cet article
15 octobre 2015 4 15 /10 /octobre /2015 22:42

Ce soir, je suis allé écouter un concert Puccini-Wagner aux Théâtre des Champs Elysées. Le quartier

m'était familier. Quand j'étais encore bien jeune, RTL avait un studio rue François Ier qui diffusait des émissions de

variétés publiques le mercredi après-midi, très courues des gamines de quatorze ans... C'était amusant de repenser

à ces équipées en allant entendre du Puccini dans un Théâtre Art nouveau de l'avenue Montaigne!

 

Puccini aux Champs

Le concert était interprété par l'orchestre national de France et le choeur de Radio France, sous la

direction de Paolo Arrivabeni. En première partie, un Capriccio sinfonico de  Giacomo Puccini, suivi de

Siegfried Idyll de Richard Wagner, en seconde partie la Messa di Gloria du même Giacomo...

Ma messe fétiche, la dernière grande oeuvre que j'avais chantée dans ma vie d'avant,

je l'ai promenée sur moi pendant des années, et je suis entrée aux CP13 exprès pour la rechanter!

Toujours est-il que j'arrivai en retard involontairement, et entendis la fin du Capriccio et l'idylle

wagnérienne des couloirs du théâtre... mais je pus entrer (ouf!) à l'entracte et gagner ma place.

Le Théâtre des Champs-Elysées

Le Théâtre des Champs-Elysées

Au début, j'admets avoir été un peu déçue. Etait-ce l'acoustique du théatre, la forme de la scène,

très différente de l'auditorium où j'avais entendu ce choeur précédemment? L'oeuvre paraissait trop

contrôlée, alors qu'elle est foisonnante, les sublimes pianissimos du choeur de Radio France sonnaient

ici, dans le Kyrie de la Messa, un peu artificiels. Puis, le choeur s'affranchit de son sur-moi collectif,

et sortit ses tripes comme un vulgaire choeur d'amateurs, mais en mieux. Superbe! Le Gloria

dont la prévalence donne son nom à la messe fut exécuté avec maestria et fougue, et je constatai

que le public était connaisseur de l'oeuvre, car personne n'applaudit après l'apothéose glorieuse, qui ressemble

pourtant beaucoup à un final. L'oeuvre reprit sur la longue litanie du Credo, éclairée tout à la fin par

l'unique phrase "et vitam venturi saeculi, amen", et la vie des siècles à venir sonna comme une

délivrance, et la fin des épreuves terrestres fut... aérienne. Le Sanctus et l'Agnus Dei terminent

en douceur une messe un peu déséquilibrée par son Gloria, mais c'est aussi sa singularité.

Tonnerre d'applaudissements à la fin, les auditeurs ont apprécié les envolées du choeur!

L'orchestre national de France et le choeur de Radio France au Théâtre des Champs Elysées

L'orchestre national de France et le choeur de Radio France au Théâtre des Champs Elysées

A la sortie, une petite bruine nocturne mouille l'avenue Montaigne, chacun remonte son col...

Je souris en repassant rue François Ier, aux jeunes filles accrochées aux balustrades de ma mémoire.

Sylvie, blogmestre

Repost 0
Published by Blog des choristes des CP13
commenter cet article
14 octobre 2015 3 14 /10 /octobre /2015 15:34

Au cours de mes pérégrinations musicales, j'échange les bonnes adresses avec d'autres personnes

rencontrées. C'est ainsi que j'ai appris qu'il fallait aller à la Philharmonie, quand on était de passage à Paris.

Hier soir, je suis allée à un concert Mozart et Strauss à la Philharmonie, interprété par le Gewandhaus-

orchester de Leipzig, le troisième d'une série de trois concerts, tous différents. Si vous avez suivi ce blog

cette année, vous savez que Leipzig était la ville de Mendelssohn, et aussi celle de Bach. C'était de bon augure!

Philharmonique billet

Philharmonique billet

Avant la salle de concert, un hall au plafond duquel pendent des plaques métalliques brillantes m'a rappelé cette salle

du château de Louis II de Bavière à Neuschwanstein où des aiguilles de bois descendent du plafond...brrr! Mais

esthétiquement, la salle de concert est belle, avec ses balcons en volutes, dans un camaïeu de jaunes, et de blanc.

La grande salle de la Philharmonie 1

La grande salle de la Philharmonie 1

Sur la scène, l'orchestre était très pimpant, on voyait tout de suite que c'était un orchestre germanique à ses cuivres

brillants, passés au chiffon à faire reluire les instruments métalliques (ma flûte a le sien), même le tuba resplendissait!

 

Le concert, dirigé par Riccardo Chailly, comportait en première partie "Mort et Transfiguration" de

Richard Strauss, puis le Concerto pour clarinette de Mozart, et en seconde partie "Métamorphoses"

et "Till l'espiègle" de Strauss. Une autre caractéristique de l'orchestre allemand est qu'il joue plus fort qu'un orchestre

français! Pierre dirait que ça se voit aux muscles des musiciens, l'effort physique est plus important.

Je ne suis pas experte en Strauss, Richard, mais l'interprétation des trois pièces était de grande qualité,

et le chef s'investissait à fond dans sa direction, très intense, et lui aussi, très physique.

 

Entre les pièces de Strauss, il y eut un concerto de Mozart, en trois mouvements. Pourquoi ne retient-on

du si joli et si émouvant concerto pour clarinette que le deuxième et le troisième mouvements? (j'en

appelle à un pro de la musique...) Le jeune clarinettiste, Martin Fröst, faisait ce qu'il voulait de son

instrument, avec une facilité à rendre jaloux. Très applaudi, rappelé, bissé, il nous gratifia d'une

improvisation destinée "à faire le lien entre Mozart et ce qui allait suivre". Au final ce fut un très beau concert,

qui dura deux heures et demie, où Leipzig fut absolument à la hauteur de son glorieux passé

musical!  Une photo-souvenir des rappels, à la fin du concert, ci-dessous:

Gewandhausorchester de Leipzig

Gewandhausorchester de Leipzig

Dans le métro en repartant de la Villette, la rame bondée continuait à discuter Strauss...

Sylvie, blogmestre

Repost 0
Published by Blog des choristes des CP13
commenter cet article
11 octobre 2015 7 11 /10 /octobre /2015 21:32

Aujourd'hui, les trois choeurs de Paris 13 avaient un dimanche de travail. Le Choeur Un travaillait

la Grande Messe en ut mineur de Mozart, et les choristes du Choeur Deux et du petit choeur participant

au prochain concert Requiem de Brahms recevaient l'ensemble vocal Gabriel Fauré de Lisieux pour

une répétition commune, sous la direction de Jean-Pierre Lacour, chef de choeur de l'EV G. Fauré.

Voici un extrait du troisième choeur du Requiem allemand, avec le baryton Marc Souchet.

 

 

Si vous êtes à Lisieux le 18 octobre à 17 heures,

soyez des nôtres en la cathédrale Saint-Pierre!

Sylvie, blogmestre

 

Repost 0
Published by Blog des choristes des CP13
commenter cet article
10 octobre 2015 6 10 /10 /octobre /2015 20:25

Hier, 9 octobre, je suis allée écouter le concert de notre camarade Louis Michel, ténor du

Choeur Un, et des choeurs Allianz et Survocal, accompagnés de l'orchestre Coruscant, sous la direction

de Sophie Boucheron, en la cathédrale Sainte Geneviève de Nanterre. Après une pièce d'orgue, les

choeurs chantèrent le Beatus vir et le Gloria de Vivaldi, ainsi que la Messe du couronnement de Mozart.

Ce n'était pas le jour pour aller à Nanterre chercher la cathédrale... le RER était fermé, et l'itinéraire de remplacement

indiqué par la RATP s'avéra erroné. Deux trams, un bus, et un taxi plus tard j'arrivai enfin à Sainte Geneviève...

Concert à Nanterre

La nef était pleine, mais il restait de la place sur les côtés, qui se remplirent progressivement. J'arrivai peu avant la fin

de la pièce d'orgue, et eus la chance d'entendre les oeuvres chorales en entier. Les deux choeurs Allianz et Survocal

sont des choeurs amateurs, l'orchestre Coruscant est composé de musiciens professionnels.

Les choeurs Allianz et Survocal, l'orchestre Coruscant, et Sophie Boucheron

Les choeurs Allianz et Survocal, l'orchestre Coruscant, et Sophie Boucheron

Sophie Boucheron nous parla de musique joyeuse, et ce fut exactement cela. Le Gloria fut très enlevé,

la Messe du couronnement aussi, avec une belle interprétation, des voix fraîches, sous la direction

d'une chef de choeur énergique et habitée par l'âme des oeuvres jouées. Je recommande chaudement ce

concert, qui sera donné à nouveau demain en l'église Saint-Gabriel de la rue des Pyrénées près du lycée Ravel, à tous

les choristes qui ne chantent pas le Requiem de Brahms. L'orchestre est excellent et constitue un bel appui.

Ci-dessous une courte vidéo extraite du Domine Jesu du Gloria de Vivaldi.

 

 

Après le concert, ce n'était pas non plus un jour à ressortir de Nanterre... Le RER était toujours fermé, et on nous donna

des indications contradictoires (j'eus la chance de rencontrer en chemin trois choristes en quête d'un retour sur Paris).

Après quelques zigzags pédestres, un chauffeur de bus compatissant nous emmena enfin vers une issue, et deux trams

et un autre RER plus tard, j'étais finalement de retour chez moi deux heures et demie après la fin du concert...

L'aller et le retour tenaient du jeu de piste, mais le corps de la soirée était un joli trésor!

Sylvie, blogmestre

Repost 0
Published by Blog des choristes des CP13
commenter cet article
9 octobre 2015 5 09 /10 /octobre /2015 10:06

Il y avait hier soir un concert russe à la maison de la radio, composé de deux oeuvres de

Piotr Ilitch Tchaïkovski, et d'une oeuvre d'Alexandre Glazounov, que j'ai eu le grand plaisir d'écouter

sur place, mais qui était aussi diffusé en direct sur France Musique, et donc qui est actuellement

disponible à l'écoute en replay sur le site de la station de radio. Et je peux même l'intégrer sur le blog...

 

 

J'avais réservé une place au 2è balcon, mais le public était moins nombreux que pour Beethoven,

et le deuxième balcon fut fermé, on me surclassa à la corbeille, loge 3 rang G place 21.

C'est tout de suite autre chose sur le plan visuel... mais pour l'acoustique ça ne change rien.

Une soirée russe
Bouquet de contrebasses au repos, vues de la corbeille

Bouquet de contrebasses au repos, vues de la corbeille

Pupitres griffés Radio France

Pupitres griffés Radio France

La griffe Radio France des pupitres m'avait échappé, du poulailler, et quoique j'aie pu entendre une harpe dans l'un

des concerts précédents, je ne l'avais pas vue... bel objet! Plus encombrante que ma flûte traversière, quand même!

Harpe invisible du 2è balcon

Harpe invisible du 2è balcon

Le jeune chef d'orchestre japonais Kazuki Yamada dirigeait l'Orchestre national de France.

Le concert débuta avec la marche slave, suivie du concerto pour piano et orchestre n°1 en

si bémol mineur, de Tchaïkovski, puis après l'entracte, nous eûmes le plaisir d'écouter

la 5è symphonie de Glazounov. Je connaissais les deux oeuvres de Tchaïkovski, mais pas

la symphonie de Glazounov. Kazuki Yamada a le geste nerveux et précis, il sourit beaucoup.

A la fin du concert, il fera lever tous les musiciens par pupitres d'instruments, et étreindra le jeune

pianiste russe Denis Kozhukhin, qui soulèvera l'enthousiasme du public. Il y eut un bis de piano

dont personne à l'entracte ne semblait connaître le titre... mais France Musique doit savoir!

Le chef Kazuki Yamada (en queue de pie) et les musiciens

Le chef Kazuki Yamada (en queue de pie) et les musiciens

Le concerto de Tchaïkovski est une autre oeuvre familière de mon enfance, j'ai été très surprise

en découvrant dans le livret tout le mal qu'on en avait dit à sa création. C'est une oeuvre magnifique,

le début et la fin sont chargés d'émotion à vous tirer des larmes... La marche slave m'a évoqué

une musique de film mais je n'ai pas trouvé quel film... je cherche. La symphonie de Glazounov est

très tonique, il y a beaucoup de cuivres et de percussions, alternant avec des passages piqués

joyeux presque sautillants aux flûtes, triangle, métallophone. Une oeuvre très agréable et

énergétisante, à écouter sans modération, sauf si vous vivez dans un appartement aux cloisons minces.

 

Le concert se termine peu après 22h. De l'avenue Kennedy, station de bus Radio France, on devine un bateau-mouche

qui passe sur la Seine, et illumine les arbres et le pont Rouelle par dessous, . Il va tourner au bout de l'Ile aux cygnes,

devant la statue de la Liberté, puis repassera de l'autre côté de l'île, sous le pont de Bir-Hakeim. Dernier tango à Passy.

 

Sylvie, blogmestre

Un bateau-mouche passe...

Un bateau-mouche passe...

Repost 0
Published by Blog des choristes des CP13
commenter cet article
7 octobre 2015 3 07 /10 /octobre /2015 13:50

Trente-cinq choristes de l'ensemble vocal Gabriel Fauré de Lisieux viendront travailler dimanche

11 octobre au lycée Ravel avec les choristes du Choeur Deux qui participeront au concert Requiem

de Brahms du 18 octobre à Lisieux, et avec ceux qui ont envie de chanter du Brahms.

 

 

Pour les choristes invitants du Choeur Deux: apportez des victuailles en suffisance, et de la

vaisselle jetable, ainsi que des thés, cafés, sucre, et boissons pour le repas. Merci!

Entrée par la rue de Lagny, horaires 11h-18h maximum, carte vigipi' avec vous.

 

Sylvie, blogmestre

 

Repost 0
Published by Blog des choristes des CP13
commenter cet article
2 octobre 2015 5 02 /10 /octobre /2015 18:58

Mardi soir 29 septembre, j'ai revu Don Giovanni à l'opéra Bastille, avec grand plaisir, parce que j'avais

un deuxième ticket pour cet opéra. Eu égard à mon budget personnel, et au prix des billets, je n'aurais

pas récidivé aussi rapidement,  mais errare humanum est, je suis passée de l'impossibilité de trouver un

billet, à la possession virtuelle de deux billets d'opéra pour deux soirs différents, commandés le

même jour sur internet! Pourtant, le double clic protège le consommateur, en principe, d'une erreur

de commande. Le double clic, c'est ce qui finalise un contrat d'achat-vente sur internet.

Réservation d'un billet revendu sur un site spécialisé

Réservation d'un billet revendu sur un site spécialisé

J'ai acheté un billet sur un site officiel de revente de billets, qui m'a informée que l'opération ne pouvait aboutir, car

un autre internaute achetait le meme billet que moi en meme temps! J'ai changé d'onglet, et, chance, trouvé un billet

restant sur le site de l'opéra de Paris. Je l'ai acheté. Mais entretemps, l'autre internaute avait abandonné

son achat sur le premier onglet, et le premier billet était à nouveau disponible! J'ai du être distraite et cliquer

pour finir machinalement la première commande... Après avoir vu l'opéra le 23 septembre, il me restait donc

un second billet, siège 39, rang R 2, porte 11, 2è balcon, de mémoire, pour le 29 septembre.

Second billet d'opéra, bug du double clic!

Second billet d'opéra, bug du double clic!

Et finalement j'ai décidé de me faire le plaisir de voir Don Giovanni une deuxième fois!

J'ai acheté un sandwich à la volée pour l'entracte.

Sandwich de l'entracte

Sandwich de l'entracte

L'opéra m'a semblé plus fluide la deuxième fois, les chanteurs évoluaient comme

dans une chorégraphie bien rodée, plus à l'aise. Zerlina était splendide, la voix plus lyrique,

Donna Anna était double, un corps sur scène, une voix dans la fosse, la titulaire du rôle étant souffrante,

avait été remplacée par deux personnes. Je n'ai pas regretté ma deuxième soirée à l'opéra. 

Je n'ai pris de photos que de l'orchestre, car on voit les musiciens, du second balcon...

(du premier balcon où j'étais une semaine plus tot, on ne voit presque pas l'orchestre)

Et comble de chance, comme j'étais au deuxième rang du 2è balcon, je n'ai pas eu le vertige, ouf!

Sylvie, blogmestre

Avantage du 2è balcon: on voit les musiciens!

Avantage du 2è balcon: on voit les musiciens!

Repost 0
Published by Blog des choristes des CP13
commenter cet article
2 octobre 2015 5 02 /10 /octobre /2015 14:40

J'informe les choristes johannesiens et les autres qu'il y aura un concert à entrée libre ce soir

à 21h à la Madeleine, proposant le Requiem allemand de Brahms, par un choeur allemand.

La musique et la prononciation zusammen!

 

Bonne soirée,

Sylvie, blogmestre

Repost 0
Published by Blog des choristes des CP13
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog d'une choriste parisienne vagabonde
  • Le blog d'une choriste parisienne vagabonde
  • : Ex-blog des choristes des Choeurs de Paris 13, lieu d'échanges entre les choristes de Paris, de France, de Navarre et d'ailleurs! Instrumentistes de toutes cordes, vocales ou autres, bienvenue aussi!
  • Contact

Recherche