1 mai 2016 7 01 /05 /mai /2016 21:56

Ce matin le RER arriva en même temps que moi en gare d'Arcueil, mais la machine refusa mon ticket. Les quelques secondes

qu'il me fallut pour avoir la présence d'esprit d'essayer la seconde machine suffirent à la rame à quai pour s'en aller, ce qui

sembla mettre en joie (?!) un jeune homme apparemment bien sous tout rapport qui passait par là. La seconde machine

valida mon ticket sans problème, et je continuai à me demander qui "bricole" les appareils à valider de cette gare...

 

Entrée en gare d'Arcueil à 9h30*, je ne suis arrivée à Saint-Michel Notre-Dame qu'à 10h01**. Après une

rapide traversée du parvis, j'entrai dans la cathédrale pendant l'Introït, et trouvai une place vers l'avant.

En-tête de la feuille liturgique de la messe grégorienne du jour

En-tête de la feuille liturgique de la messe grégorienne du jour

La nef et les vitraux ensoleillés

La nef et les vitraux ensoleillés

Nous étions le sixième dimanche de Pâques, et la Maîtrise, pour cette messe grégorienne,

était composée de quatre messieurs qui font partie de l'ensemble vocal de Notre-Dame,

au moins pour deux ou trois d'entre eux que j'ai vus plusieurs fois en concert.

Panneau de la 6è semaine de Pâques

Panneau de la 6è semaine de Pâques

Je m'étais promis de travailler les partitions de la liturgie grégorienne, et n'ai pas eu le temps, mais j'ai trouvé

quelques vidéos chantées avec partitions sur internet qui devraient s'avérer utiles. En attendant, je déchiffre

avec plus ou moins de pertinence selon ma forme du jour, appliquant la formule de Pierre Molina qui soutient qu'il vaut

mieux déchiffrer en faisant de fausses notes, que ne pas chanter (je souscris à cette opinion!)

Avant la première lecture, on nous prévint qu'il y avait une erreur dans la feuille liturgique, l'Evangile

du jour ayant disparu, remplacée par un doublon des Actes des apôtres (c'est le maquettiste qui a collé

le texte qu'il ne fallait pas au mauvais endroit...) Curieusement, en langue étrangère l'Evangile était bien là, à la bonne

place. C'était l'Evangile où Jésus dit qu'il nous donne la paix, qu'il nous donne sa paix.

Les Actes des apôtres évoquaient Paul et Barnabé dans leur enseignement, il s'agissait cette fois de

circoncision, et de s'abstenir de viandes non saignées, et d'unions illégitimes. L'Apocalypse était une

déclinaison du nombre douze, douze tribus, douze portes, douze anges... Douze étant réparti en quatre fois trois.

La communion, vers 11h, fut assez insolite, une rangée de visiteurs mitraillait la file des fidèles de leurs

téléphones portables, tablettes, appareils photos... Nous devons déjà être en ligne sur Facebook Japan, ou ailleurs.

Dimanche 1er mai 2016

Je restai à la messe internationale de 11h30, me déplaçant de quelques rangs vers l'avant. Il y avait

une chorale invitée que j'avais croisée sur le parvis, en arrivant pour la messe grégorienne, un peu plus d'une heure

auparavant. Il s'agissait d'un choeur d'enfants et de jeunes filles, la Maîtrise de la cathédrale de

Saint-Bavon à Haarlem, aux Pays-Bas. Je n'ai pas pu trouver le programme qu'ils ont chanté.

Dimanche 1er mai 2016

La chorale d'enfants interpréta un très beau Kyrie, un Sanctus, et un très bel Agnus Dei

(dont je dirais qu'il ressemblait beaucoup à du Mozart). Nous avons chanté le Notre Père de Rimsky-Korsakov

(dans la messe grégorienne, le Pater noster est grégorien, en latin). Nous fumes autorisés à applaudir

les enfants, qui avaient de très jolies voix fraîches, à la fin de la messe.Sur les quatre solistes

ténors et basses de la messe grégorienne, deux étaient restés pour animer la messe internationale.

Je suis repartie de Notre-Dame un peu avant 12h40,  et ai repris le RER à 12h41*** .

 

Sylvie, blogmestre

Soleil matinal dans les vitraux

Soleil matinal dans les vitraux

En gare d'Arcueil à 9h30

En gare d'Arcueil à 9h30

Arrivée à Saint-Michel Notre-Dame à 10h01

Arrivée à Saint-Michel Notre-Dame à 10h01

Retour en RER à 12h41

Retour en RER à 12h41

Repost 0
Published by Blog des choristes des CP13
commenter cet article
1 mai 2016 7 01 /05 /mai /2016 18:30

Matthieu Stefanelli, actuellement chef de choeur adjoint du Choeur Deux et du petit choeur, a reçu

le prestigieux prix de la Fondation Charles Oulmont comme pianiste et compositeur. A cette occasion,

il se produira en concert le 5 juin prochain en l'église Saint-Roch, à 16h, l'entrée est libre.

Matthieu primé et en concert

Bravo Matthieu! Nous y serons!

 

Sylvie, blogmestre

Repost 0
Published by Blog des choristes des CP13
commenter cet article
1 mai 2016 7 01 /05 /mai /2016 18:12

Et puis Louis-Michel, ténor du Choeur Un, nous convie à son prochain concert de gospels

avec le groupe Boréale, sous la direction de Sophie Boucheron, le 15 mai à 15h,

en l'église du Saint-Esprit, 186 avenue Daumesnil, Paris 12è.

 

 

Les tarifs sont modiques, et ils ont l'air de bien s'amuser...

Sylvie, blogmestre

Repost 0
Published by Blog des choristes des CP13
commenter cet article
1 mai 2016 7 01 /05 /mai /2016 17:57

Denise, soprane du petit choeur, nous invite au prochain concert du Quatuor Puls dans lequel

joue son fils Matthieu (qui est aussi percussionniste dans nos concerts de fin d'année).

Le concert s'appelle BOUM, il sera donné à l'Institut national des jeunes aveugles,

56 boulevard des Invalide, 75007 Paris, le 10 mai à 19h30. L'entrée est libre, sur réservation

au 01.48.58.26.32, et voici la bande-annonce du spectacle:

 

 

Merci Denise pour cette annonce détonante!

Sylvie, blogmestre

Repost 0
Published by Blog des choristes des CP13
commenter cet article
1 mai 2016 7 01 /05 /mai /2016 17:34

Pierre, ténor du Choeur Deux, nous informe que Jacqueline Paulhan, ex-chef de pupitre

des ténors, a publié un recueil de mémoires sous le titre "Une petite fille fragile",

aux éditions La part commune. On le trouve dans toutes les bonnes librairies en ligne.

En suivant le lien ci-dessus, vous trouverez aussi le mot de l'éditeur sur ce livre.

 

Bravo Jacqueline!

Sylvie, blogmestre

Repost 0
Published by Blog des choristes des CP13
commenter cet article
30 avril 2016 6 30 /04 /avril /2016 23:29

Et pour clore le mois d'avril, il y avait cet ultime jour du mois un concert au grand auditorium

de la Maison de la Radio, dirigé par Sir Roger Norrington. J'avais une place au 2è balcon.

Ci-dessous mon billet et le grand auditorium vu de la place V46 du 2è balcon.

Haydn, Mozart, Mendelssohn
Le grand auditorium vu de la loge 4 du 2è balcon

Le grand auditorium vu de la loge 4 du 2è balcon

Le programme proposait la symphonie n°82 de Joseph Haydn en ut majeur, dite "L'Ours",

le concerto pour piano et orchestre n°22 en mi bémol majeur de Wolfgang Amadeus Mozart,

et la symphonie n°1 en ut mineur de Felix Mendelssohn.

 

Le concert commença par la symphonie de Haydn, dotée d'un surnom pittoresque car il semble que

le début du 4è mouvement rappelait les musiques sur lesquelles autrefois dansaient les ours...

(nous ne savons plus aujourd'hui à quoi ressemblaient ces musiques, aucun ours ne dansant plus dans les rues!)  

La symphonie était joyeuse, vigoureuse, et martiale. Elle est la dernière d'une série de six symphonies

"parisiennes" commandées au compositeur, et fut créée en 1787. Sir Roger dirigeait son petit effectif

de musiciens assis, faisant peu de mouvements, ouvrant et fermant les mains, et demandant des

applaudissements après chaque mouvement, volontiers suivi par le public. Pour des raisons de visibilité

je me déplaçai de quelques places sur la rangée, d'où je pris une photo de la disposition inhabituelle

des instruments et du chef, demandée par Sir Roger pour le concerto pour piano:

Musiciens autour, piano au centre, et chef au centre face au pianiste

Musiciens autour, piano au centre, et chef au centre face au pianiste

Ce concerto est le premier concerto pour piano où Mozart a utilisé des clarinettes. Qualifié de

lumineux et épanoui par le livret, je l'ai aussi trouvé gracieux et élégant. Le pianiste soliste était

Philippe Cassard, qui montra toute la virtuosité requise par cette oeuvre. Il m'a semblé d'ailleurs qu'il avait

inclus quelques mesures d'une autre oeuvre de Mozart dans sa partie de solo héroïque, comme une citation musicale

insérée par jeu à l'intérieur du concerto, pour voir si nous la trouverions... Très applaudi, il se prêta à l'exercice

du bis, sans nous dire le titre de la jolie pièce supplémentaire qu'il nous donna à entendre.

Voici Philippe Cassard devant le piano à queue:

Le pianiste Philippe Cassard

Le pianiste Philippe Cassard

Pour des raisons de visibilité (la photo ci-dessus a été prise debout et penchée avant l'entracte, impossible de rester dans

cette position pendant le concert), j'ai gagné une place libre du premier balcon, loge 5, place O47, où j'ai passé la

deuxième partie du concert. D'autres personnes du second balcon, des loges 2 et 4 ont fait la même chose.

Voici la disposition de l'orchestre pour la symphonie de Mendelssohn,

vue de la placeO47, loge 5 du premier balcon, et en dessous, Sir Roger Norrington:

Réarrangement des musiciens avant la symphonie de Mendelssohn

Réarrangement des musiciens avant la symphonie de Mendelssohn

Les musiciens étaient issus de l'Orchestre philharmonique de Radio France, dans une autre formation

que celle qui jouait dans le concert de la veille au soir. Ils étaient un peu plus nombreux pour la symphonie

de Mendelssohn que pour les deux oeuvres jouées durant la première partie du concert. Je voyais beaucoup

mieux, mais ces changements de place successifs au cours du même concert m'avaient un peu déconcentrée.

Mendelssohn, qui avait déjà écrit enfant une douzaine de symphonies (!), écrivit cette première symphonie

d'adulte alors qu'il n'avait que quinze ans... Elle fut créée à Berlin en 1824, et Mendelssohn la

dirigera lui-même à Londres en 1829 (il n'avait que 20 ans), ce qui lui a valu de devenir membre d'honneur

de la Société philharmonique de Londres. Cette oeuvre est inspirée de Mozart et de Beethoven, dont

elle est contemporaine de la 9è symphonie. C'est une oeuvre que je ne connaissais pas, agréable à

écouter et à regarder jouer et diriger. Sir Roger est toujours dans les petits gestes, il ne bat pas comme

les autres chefs, et sa direction fonctionne remarquablement bien. Nous applaudissons docilement

après chaque mouvement. Il est très applaudi en fin de concert, et va féliciter les pupitres.

Sir Roger Norrington

Sir Roger Norrington

Un joli concert, dont je ne connaissais que le concerto n°22 de Mozart. Un choix de musiques

agréables, et facilement appréciables, une direction très en finesse, et une belle exécution.

 

Sylvie, blogmestre

Repost 0
Published by Blog des choristes des CP13
commenter cet article
30 avril 2016 6 30 /04 /avril /2016 17:45

Cet après-midi, je suis allée faire un tour à la Foire de Paris, entre deux giboulées.

Partie d'Arcueil gare à 15 h15*, je suis arrivée Porte de Versailles à 15h48*.

Foire de Paris

J'ai réalisé un montage photo que pour une raison inconnue je ne parviens pas à convertir en fichier vidéo,

voici en attendant que j'y parvienne un diaporama de mes meilleures photos de l'après-midi.

Foire de Paris
Foire de Paris
Foire de Paris
Foire de Paris
Foire de Paris
Foire de Paris
Foire de Paris
Foire de Paris
Foire de Paris
Foire de Paris
Foire de Paris
Foire de Paris
Foire de Paris
Foire de Paris
Foire de Paris
Foire de Paris
Foire de Paris
Foire de Paris
Foire de Paris
Foire de Paris
Foire de Paris
Foire de Paris
Foire de Paris
Foire de Paris
Foire de Paris
Foire de Paris
Foire de Paris
Foire de Paris
Foire de Paris
Foire de Paris
Foire de Paris
Foire de Paris
Foire de Paris
Foire de Paris
Foire de Paris

Je suis restée environ une heure et demie, déambulant dans tous les pavillons. Le plus animé

était sans discussion celui des départements d'outremer, coloré, odorant et sonore. Il s'agissait de

réchauffer la métropole! L'artisanat d'art avait un public dense aussi, ainsi que les buvettes et les

charcuteries. J'ai fait l'emplette d'une poule. Une jolie petite poule en faïence multicolore. L'artisan qui

vendait des poules et beaucoup d'autres objets plus volumineux, m'a expliqué qu'il y aurait de la

terre bleue modelable près d'Argenteuil... il va falloir aller vérifier! J'ai aussi acheté un pot de caramel

tendre à la fève tonka de Guyane, pour mettre sur les crêpes (c'était un artisan breton!) Je n'avais pas

l'usage d'un bain bouillonnant, qui occuperait tout mon studio, et où mettrais-je ce qui l'encombre déjà?

Il y a donc des rayons sur lesquels je ne me suis pas attardée. Le nombre de saucissons était

assez incroyable! Il y avait beaucoup de monde, en cette après-midi de fin de vacances de printemps.

Voici l'ambiance percutante du côté des Outremers:

 

 

 

Ces jeunes gens en blanc sont repartis en jouant une vieille rengaine "Elle descend de la montagne

à cheval" (oui oui, singin' ya ya youpie youpie ya!), puis ce fut "Alouette, gentille alouette" (qui est un tube

dans le sud des Etats Unis, on l'apprend à l'école, prononcer a-liu-et' ), enfin c'était la fête, et c'était bien

sympathique. Toujours dans le pavillon des Outremers, voici une animation qui semblait polynésienne:

 

 

Par rapport au Salon de l'agriculture, j'ai apprécié l'entrain des exposants, encore

tout frais, la Foire de Paris n'ayant commencé qu'hier (j'avais vu le salon de l'agriculture le dernier jour).

La Foire de Paris reste un temple de la consommation, de l'achat coup de coeur, de la rencontre entre

des artisans ou des vendeurs, et des particuliers curieux ou à la recherche d'un bien précis. L'accumulation

de denrées rappelle les marchés méditerranéens, souks ou bazars. Attention, un achat fait à la Foire

de Paris ne bénéficie pas du délai de réflexion (vous ne pouvez pas revenir sur votre décision d'acheter).

Il y a des distributeurs d'espèces dans l'enceinte du Palais des Expositions, et la queue devant...

Une sortie intéressante, peut-être mes photos vous donneront-elles des idées!

Je suis ressortie de l'enceinte de la Foire vers 17h 20***, ayant des photos à monter...

 

Sylvie, blogmestre

Départ d'Arcueil gare à 15h15

Départ d'Arcueil gare à 15h15

Arrivée Porte de Versailles à 15h48

Arrivée Porte de Versailles à 15h48

Départ de la Porte de Versailles à 17h21

Départ de la Porte de Versailles à 17h21

Repost 0
Published by Blog des choristes des CP13
commenter cet article
30 avril 2016 6 30 /04 /avril /2016 09:44

Sylvie, soprane du Choeur Deux, vous propose un concert de jazz en entrée libre

le 8 mai à 16h au Temple de Saint-Maur, 42 avenue Joffre.

Le groupe de jazz s'appelle Saxo Voce, il s'agit de jeunes instrumentistes qui jouent des musiques

très visuelles, sous la direction de Jean-Pierre Ballon. Un extrait du programme:

Milhaud, Le Boeuf sur le Toit
John Williams, Escapades
Khatchaturian, Gayaneh (La danse du sabre )
Nino Rota, Musiques pour Fellini
Piazzolla, Les Saisons 
et une vidéo pour vous convaincre de l'excellence de cet ensemble:
 

"Cuban overture" de George Gerschwin, par les Saxo Voce

 

Je sens que je vais me réconciler avec le peuple des saxophones... :-)

Sylvie, blogmestre

Repost 0
Published by Blog des choristes des CP13
commenter cet article
30 avril 2016 6 30 /04 /avril /2016 08:35

Je suis allée hier soir à un concert Chopin Tchaïkovski donné par l'Orchestre philharmonique de

Radio France au grand auditorium de la Maison de la Radio, et dirigé par Marcelo Lehninger.

Un gentil concert, pensais-je à la vue des auteurs.

Chopin et Tchaïkovski

J'étais au premier rang du premier balcon, loge 3, d'où la vue est très bonne,

on est juste au-dessus des musiciens.

Le grand auditorium vu de ma place

Le grand auditorium vu de ma place

Il y eut en introduction une très courte œuvre d'Alberto Ginastera, créée en 1940 à Montevideo,

intitulée Malambo, qui est une danse traditionnelle argentine, plus en rythme qu'en mélodie, laquelle

était à l'origine, au XVIIè siècle, la danse des gauchos de la pampa. Le livret parle d'une toccata élaborée

à partir de la danse originale, de choc harmonique, et de saturation des textures. Ce qui dépasse un peu

mes connaissances musicologiques, à l'exception du choc harmonique, parfaitement identifiable. En revanche,

en adepte des danses folk, j'aurais bien aimé qu'un gaucho nous fasse une démonstration chorégraphique... Le concert

était diffusé en direct sur France-Musique, nous avons soigné les applaudissements tout du long.

Comme la salle était pleine, cela faisait un joli accompagnement radiophonique du public.

L'oeuvre suivante était le concerto pour piano et orchestre n°1 de Frédéric Chopin, créé en 1830 à Varsovie.

Chopin, en pleine gloire dans son pays, était alors sur le point de quitter sa Pologne natale pour Vienne, puis

pour Paris. Ce concerto du dernier concert polonais est une pièce émouvante, dans laquelle le piano joue

un rôle de prima donna. Pour interpréter ce concerto virtuose, une jeune pianiste de l'âge de Chopin lorqu'il

écrivit ce concerto, Nathalia Milstein, française d'origine russe, portant encore la grâce de l'adolescence,

exécuta sans effort apparent les ruissellements de notes propres à Chopin. Emouvante jeune interprète

pour une œuvre qui l'était tout autant! Je commençai à penser que ce concert, que j'estimais gentil et facile à écouter,

nécessitait en réalité plus de ressources sensitives et émotionnelles que je l'avais au départ supposé.

La jeune pianiste virtuose fut rappelée à plusieurs reprises, et reçut un bouquet de fleurs.

Elle remerciait avec grâce, prenant soin de se retourner pour saluer l'ensemble du public, mais trèsrapidement,

et donc difficile à photographier. Elle nous interpréta une pièce en bis, très jolie,

dont nous n'avons pas eu connaissance du titre. Voici Nathalia Milstein de dos au piano:

Nathalia Milstein au piano, de dos

Nathalia Milstein au piano, de dos

L'Orchestre philharmonique de Radio France

L'Orchestre philharmonique de Radio France

Après l'entracte, l'orchestre interpréta la 4è symphonie de Piotr Ilitch Tchaïkovski. L'oeuvre fut créée

en 1878 à Moscou et dédiée secrètement à la mécène et confidente du compositeur, Madame von Meck.

Tchaïkovski avait fait un mariage de convenance avec l'une de ses élèves, qui s'était terminé par une rupture. Il partit alors

pour l'Europe, écrivit Le lac des cygnes, Eugène Onéguine, et cette symphonie n°4, qui décrit "l'implacable fatum" (destinée)

qui le frappe et se rappelle constamment à son souvenir, même lorsqu'il tente de l'oublier. Professionnellement génial,

Tchaïkovski avait une vie affective difficile... Le thème d'ouverture de la symphonie est, nous disait le livret,

une fanfare apocalyptique, un empêchement au bonheur. Le deuxième mouvement est à la fois

mélancolique et délicieux. Le scherzo qui suit commence par des pizzicati de cordes, et l'on voit

apparaître l'incorporation dans la symphonie d'airs populaires à la sonorité très slave. Ce thème populaire

est repris dans le mouvement final avec la violence des cuivres à pleine puissance (personnellement,

je les préfère un peu plus veloutés et suggestifs dans ce finale). Le jeune chef brésilien Marcelo Lehninger,

qui a été l'assistant de Kurt Masur auprès de l'Orchestre national de France, se donnait physiquement à fond dans

cette symphonie, et particulièrement dans son dernier mouvement.

Le chef Marcelo Lehninger

Le chef Marcelo Lehninger

Après les gauchos de la pampa, nous eûmes l'émotion de Chopin quittant son pays, puis Tchaïkovski

en proie à la societé de son temps, plus rigide que l'est la nôtre, et évoquant son désespoir de ne pouvoir

vivre dans les cases bienséantes prédéterminées. Ce concert était finalement tout, sauf gentil.

Ce fut une belle soirée, nous sommes ressortis de la Maison de la Radio vers 22h30.

 

Sylvie, blogmestre

Repost 0
Published by Blog des choristes des CP13
commenter cet article
29 avril 2016 5 29 /04 /avril /2016 08:29

Je fais mention ici rapidement du spectacle que j'ai vu hier soir au Théâtre du Châtelet, car il est dans ses

toutes dernières représentations. Si vous aimez la comédie musicale, le swing, l'opéra, Bizet, et la

culture latino-américaine, précipitez vous sur l'une des dernières représentations, avant le 1er mai!

Carmen la Cubana

Hier soir, le théâtre était presque complet sur internet,mais dans la pratique il restait quelques

places libres, si le coeur vous en dit n'hésitez pas. Voici la scène vue de ma place:

 

Carmen la Cubana

Il s'agit d'une adaptation du drame de Prosper Mérimée et de l'opéra de Bizet à Cuba, située à l'époque

de la Révolution cubaine, et mettant en scène une cigarière, Carmen, qui a un fort tempérament et une

très belle voix (alto, avec tessiture importante). Elle est aussi très jolie, ce qui lui attire l'assiduité du champion

de boxe local (le pendant du toréador d'origine), et d'un certain José, fiancé lui-même à une douce jeune fille

virginale. Donc, comme vous voyez, la trame est conservée, et adaptée à la situation cubaine.

La musique de Bizet est complétée de chansons dans le style de la comédie musicale,

il y a un excellent orchestre jazzy, c'est un régal!

L'orchestre de Carmen la Cubana

L'orchestre de Carmen la Cubana

Voici la joyeuse troupe des chanteurs acteurs danseurs (dont la souplesse m'étonne toujours!)

Les chanteurs de la comédie musicale, Carmen est à droite, en blanc avec une fleur dans les cheveux

Les chanteurs de la comédie musicale, Carmen est à droite, en blanc avec une fleur dans les cheveux

Comme dans l'original, Carmen meurt à la fin de la main de José, devenu fou de douleur

de la voir tomber amoureuse d'un autre homme. Mais contrairement à l'oeuvre de Bizet, le drame n'est

pas trop tragique, et le comique des situations est épinglé tout au long du spectacle (ainsi, par exemple,

le boxeur opposé à El Nino qui courtise Carmen, est un Américain arrogant doté de tous les excès stéréotypés).

On rit davantage qu'on pleure, les paroles sont lestes, c'est une version populaire de Carmen.

On en ressort de bonne humeur et la chanson à la bouche, ce qui est parfait!

Le livret aligne trois pages de noms, je vais me contenter des rôles principaux.

Carmen était interprétée par Luna Manzanares, José par Joel Prieto, et Marilù,

la fiancée de José (très jolie voix de soprano), par Raquel Camarinha.

Ci-dessous au centre, José, Carmen, et Marilù.

Carmen la Cubana

Je souhaite une très bonne soirée aux personnes qui iraient le voir ce soir ou demain!

 

Sylvie, blogmestre

Repost 0
Published by Blog des choristes des CP13
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog d'une choriste parisienne vagabonde
  • Le blog d'une choriste parisienne vagabonde
  • : Ex-blog des choristes des Choeurs de Paris 13, lieu d'échanges entre les choristes de Paris, de France, de Navarre et d'ailleurs! Instrumentistes de toutes cordes, vocales ou autres, bienvenue aussi!
  • Contact

Recherche