22 août 2016 1 22 /08 /août /2016 19:26

Premier film vu hier soir à la Ciné Cité des Halles, à la séance de 18h45, "Moka" de Frédéric Mermoud

fait référence à la couleur d'une automobile, celle qui a percuté et tué, près du Conservatoire

de musique de Lausanne, le fils de Diane (Emmanuelle Devos), jeune violoniste de 14 ans.

 

 

Après la mort de l'enfant, Diane s'est séparée de son compagnon, et l'idée fixe de retrouver l'auteur de

l'accident la hante. Trouvant la police trop peu inquisitrice, elle mène sa propre enquête et retrouve le

véhicule, et ses propriétaires, un couple d'Evian, de l'autre côté du lac. Une artisane (Nathalie Baye)

et un animateur de centre de remise en forme. Diane se procure une arme, et pénètre dans la vie

de ces personnes, s'y incruste même, au point de créer un grand malaise chez le spectateur. Le

conducteur qui a renversé son fils ne s'est pas arrêté, c'est un homicide involontaire et un délit de fuite.

Que ne va-t'elle faire part à la police de ses découvertes, au lieu de tourner autour de ces gens? Elle

"cherche à comprendre", avec son revolver dans la poche... Va-t'elle en abattre un pour se faire justice?

 

 

Sur les affiches de promotion du film, on peut lire "qu'auriez-vous fait à sa place?" Je crois que j'aurais

pris de la distance, parce que le contact direct avec des personnes qui vous ont causé un tort irréparable

conduit soit au pardon total (à condition d'être un saint), soit à la haine avec risque de surenchère, soit

à une position intermédiaire déstabilisante, un mélange malsain d'attraction et de répulsion. Ce côté

malsain de la quête de Diane, qui est dans la position intermédiaire déstabilisante, puisque son approche

a révélé la coupable présumée plus attachante qu'on l'aurait cru, pèse sur tout le film. On se demande

quel est le propos du réalisateur, où veut-il en venir? Marlène (Nathalie Baye) échappe de justesse à la

balle vengeresse, au milieu du thym et du serpolet en fleurs, au flanc des Alpes... Le renversement de

situation final est assez classique dans les séries policières, mais la violence qui l'entoure l'est moins.

Malgré toute l'émotion que suscitent les flashbacks sur le jeune musicien, malgré le jeu sans faille des

deux actrices principales, le malaise engendré par la pénétration de Diane dans la vie de ce couple

a dominé mon ressenti pendant le film. J'ai aimé les magnifiques vues du Lac Léman et des Alpes.

 

Sylvie, blogmestre

Repost 0
Published by Blog des choristes des CP13
commenter cet article
22 août 2016 1 22 /08 /août /2016 08:02

Hier dimanche 21 août à 9h30* j'ai enfin réussi à prendre un train partant avant 9h52... Je suis donc arrivée à Saint-Michel

Notre-Dame à 9h53**, pendant que les cloches carillonaient encore, et suis entrée dans la cathédrale juste

avant le début de la messe grégorienne, animée ce jour-là par quatre jeunes femmes.

Dimanche 21 août 2016

Je serais très reconnaissante à la personne qui voudrait bien me donner les références du

Sanctus, sur lequel je bute encore par endroits... Merci beaucoup par avance.

Sanctus grégorien

Sanctus grégorien

J'ai participé aux deux célébrations de 10h, et 11h30. La messe internationale qui suivit était animée

par un quatuor mixte, qui chanta une messe brève, et nous fit chanter les psaumes.

J'ai détaillé ces deux célébrations le 23 août sur le blog Cum sancto spiritu.

La messe internationale se termina vers 12h35, j'ai repris le RER à 12h38***

Dimanche 21 août 2016
Dimanche 21 août 2016
Dimanche 21 août 2016

Je suis rentrée chez moi, puis ressortie en fin d'après-midi: soirée cinéma.

Deux films, sinon rien! (vieille habitude du Festival de Cannes fréquenté en cinéphile pendant 20 ans)

Partie d'Arcueil-gare à 18h05 (ticket illisible), je suis sortie du RER à Châtelet, pour la séance de 18h45

à la Ciné Cité des Halles. Le film choisi était "Moka" de Frédéric Mermoud avec Emmanuelle Devos

et Nathalie Baye. Un thriller psychologique, avec de très belles vues du Lac Léman.

Dimanche 21 août 2016

Je suis ressortie de la Ciné Cité vers 20h30, puis des Halles par la Porte du Louvre, ai repéré Saint-Eustache,

Au-dessus des Halles, Saint-Eustache en repère

Au-dessus des Halles, Saint-Eustache en repère

 et me suis dirigée en surface vers la ligne 4 du métro, qui me permettrait de rejoindre la Grande Halle de la Villette,

pour l'ultime projection de l'année 2016 du cinéma en plein air ...en salle.

Départ des Halles, vers la Porte de Pantin
Départ des Halles, vers la Porte de Pantin

Départ des Halles, vers la Porte de Pantin

Arrivée Porte de Pantin vers 21h, j'ai constaté que ma carte bancaire était refusée par le distributeur de tickets. Comme ça

m'est déjà arrivé lorsque je suis allée à la Villette la semaine précédente, et plusieurs fois à la station Saint-Michel

Notre Dame, je le mentionne. A 21h03*, je parvins à obtenir un reçu Porte de Pantin, après avoir payé en espèces.

Dimanche 21 août 2016

J'arrivai dans la Grande Halle un quart d'heure plus tard que le mercredi précédent, il y avait

plus de monde (au début du film, je crois que la salle était quasiment pleine). J'étais un peu plus

loin de l'écran et un peu plus décentrée, mais ce serait très bien.

Les transats de la Grande Halle

Les transats de la Grande Halle

Nous assistions à la projection du film culte de Jacques Demy "Les demoiselles de Rochefort",

avec les soeurs Dorléac, Catherine (Deneuve) et Françoise. Je n'avais de ce film qu'une connaissance

de rediffusions télévisées sur un écran de 17'', et m'attendais à un opus kitchissime. Pas du tout!

Drôle, enlevé, musicalement très construit, chorégraphiquement aussi, digne des grandes comédies

musicales américaines. D'ailleurs nous vîmes apparaître à l'écran un Gene Kelly solaire... dansant sur

la musique de Michel Legrand. Un film de la Nouvelle Vague, citant "Jules et Jim" de Truffaut.

Ambiance joyeuse dans la salle, tout le monde est ressorti avec le sourire, en chantonnant.

Fin de la projection des Demoiselles de Rochefort

Fin de la projection des Demoiselles de Rochefort

Il s'agissait d'une belle version restaurée. Nous sommes sortis de la Grande Halle

un quart d'heure avant minuit, j'ai repris le métro à 23h48** et suis arrivée chez moi vers minuit et demi.

Les détails de la soirée ont fait l'objet de deux articles, à lire ci-dessus:

Moka, les Demoiselles de Rochefort

 

Sylvie, blogmestre

Dimanche 21 août 2016
Repost 0
Published by Blog des choristes des CP13
commenter cet article
19 août 2016 5 19 /08 /août /2016 07:26

Ayant retrouvé une autonomie relative, je me suis risquée plus loin hier soir, que je ne l'avais fait ces dernières semaines,

dans l'exploration nocturne des activités parisiennes de ce mois d'août. Je suis allée Porte de Pantin, non pas à la

Philharmonie, qui surveille la vie aoûtienne du quartier d'un air débonnaire, mais absent, mais à la Grande Halle de la Villette.

Ciné La Villette

Le Parc de La Villette héberge l'été, sur une pelouse qui peut accueillir 15.000 personnes, des projections

gratuites de cinéma en plein air, avec possibilité de louer des transats. Cette année, après l'attentat de Nice,

les projections de cinéma en plein air ont été suspendues. La Villette est parvenue à sauver la manifestation

en relogeant les spectateurs à l'intérieur de la Grande Halle, dans un espace qui compte un millier de

sièges, des transats, pour le coup gratuits. On accède à l'espace de cinéma en contournant le bâtiment

de la Grande Halle par la droite, en arrivant de la Porte de Pantin, presque jusqu'à son extrémité.

A l'entrée, une équipe de vigiles très sympathiques vous orientent, contrôlent, fouillent, palpent.

A l'intérieur, il y a une buvette, des muffins et du pop-corn, et des transats devant l'écran...

Les projections commencent à 21h30, nous attendons au rythme de vieilles chansons des années 30-40.

Ciné La Villette

Ignorant la fréquentation du lieu depuis sa relocalisation intérieure, je suis arrivée hier soir assez en avance.

Partie d'Arcueil-gare à 19h53*, je suis arrivée Porte de Pantin à 20h39**.

L'écran étant plat, je me suis installée près du centre pour éviter une déformation de la vision.

 

Ciné La Villette

Le film de la soirée était "Fargo" de Joel et Ethan Coen, film américain présenté au Festival de Cannes

en 1996, ressorti en juillet 2016 en version restaurée, oscarisé pour le rôle de Frances Mc Dormand.

Le film met en scène une poignée de personnages minables dont certains ont la gâchette très facile,

dans une affaire crapuleuse de faux enlèvement avec rançon qui tourne encore plus mal qu'on pourrait

l'imaginer. Dans cette lie, surnage un couple de policiers dont l'amour et le bonheur simple détonent sur la

toile de fond nauséeuse de l'intrigue. La beauté des paysages de plaine enneigés (comme on en voyait dans

l'est de la France il y a trente ans...), et la musique néo-Marin Marais ajoutent une dimension somptueuse

et intemporelle, contrastant avec la sordidité et la violence des protagonistes principaux.

 

 
Le film s'est terminé vers 23h10, j'ai repris le RER à 23h17***.
Je vais mettre une annonce de concerts entre cet article et le précédent, pour faire une transition.
 

Je recommande chaudement cette manifestation. Personnes sensibles, renseignez-vous avant d'y aller

sur le contenu du film... N'emmenez pas vos enfants si le film a été interdit en salle aux moins de 12 ans.

 
 
Sylvie, blogmestre
 
Ciné La Villette
Ciné La Villette
Ciné La Villette
Repost 0
Published by Blog des choristes des CP13
commenter cet article
19 août 2016 5 19 /08 /août /2016 07:08

Le Parc Floral de Paris, au Bois de Vincennes, accueille ce mois d'août le Festival Classique au vert.

Pour 6€ d'entrée au Parc floral, vous pourrez en sus, les week-ends, voir et entendre le concert du jour,

dont le programme est donné sur le site du Festival, en suivant le lien ci-dessus.

Les concerts sont à 16h, la station de métro est Château de Vincennes (voir le site indiqué).

Ce week-end, samedi 20 août, concert de piano de Vassili Varvaresos,

et dimanche 21 août, ensemble de cordes Quatuor Michalakakos

 

Repost 0
Published by Blog des choristes des CP13
commenter cet article
18 août 2016 4 18 /08 /août /2016 13:19

Plusieurs choristes ont participé ce matin, au nom de tous, à la célébration qui a eu lieu en l'église

Notre-Dame de la Salette, dans le XVè arrondissement, après le décès de notre camarade Solange B.,

choriste du Choeur Un jusqu'en 2015. Que nos pensées l'accompagnent ainsi que sa famille et ses proches.

Nef de ND de la Salette, à Paris

Nef de ND de la Salette, à Paris

Repost 0
Published by Blog des choristes des CP13
commenter cet article
16 août 2016 2 16 /08 /août /2016 08:07

Ce lundi 15 août était, comme je l'ai écrit dans un article précédent, la fête catholique de l'Assomption. Détracteurs

de petits tickets, passez votre chemin! Partie d'Arcueil-gare à 9h37*, j'ai découvert qu'il y avait bien un train qui s'arrêtait dans

ma station... à 9h36. Je suis donc arrivée à 10h09** à Notre-Dame, un peu en retard pour le début de la messe grégorienne.

Il y avait beaucoup de monde, et beaucoup de non francophones. Heureusement, les écrans avaient été

activés, qui palliaient la visibilité réduite de ma place. Nous avions reçu un petit livret qui regroupait

toutes les manifestations de cette fête de l'Assomption.

Lundi 15 août 2016
Lundi 15 août 2016
Lundi 15 août 2016

J'ai participé aux deux messes de 10h et de 11h30, qui étaient très belles. La Maîtrise était composée

de cinq solistes, quatre jeunes femmes et un jeune homme pour la messe grégorienne, et leur chef, et

de huit solistes mixtes pour la messe internationale, et leur chef. La messe internationale était célébrée

par Mgr Houdekon, évêque d'Abomey au Bénin. Nous avons pris du retard (beaucoup de monde, longue

communion), et sommes ressortis de Notre-Dame par les portes centrales, vers 13h.

J'ai repris le RER normalement, à 13h01***

Lundi 15 août 2016
Lundi 15 août 2016

Après avoir déjeuné et m'être reposée, j'ai décidé de participer à la procession mariale de l'après-midi,

à 16h15 après les Vêpres, célébrées plus tôt qu'habituellement. En gare d'Arcueil à 15h45, je suis arrivée vers 16h10

à la station Saint-Michel Notre Dame, mais la sortie du parvis était fermée, nous avons été détournés par la sortie

de la rue Xavier Privas, et sommes ressortis à la lumière et au grand soleil à 16h11****

Lundi 15 août 2016
Lundi 15 août 2016

Il a fallu encore faire le tour de l'Hôtel-Dieu, pour enfin arriver sur le parvis devant la cathédrale,

beaucoup d'autres personnes attendaient la sortie de la procession. Elle sortit de Notre-Dame

vers 16h33,dans un grand accompagnement de cloches.

 

 

Les personnes qui étaient sur le parvis, dont j'étais, se joignirent à celles déjà présentes,

et c'était parti pour le tour des îles! Le plan qui était dans le livret ne fut pas respecté., nous partîmes

à droite et longeâmes Notre-Dame vers l'Ile Saint Louis.

Lundi 15 août 2016
Lundi 15 août 2016

Il y eut une station sur le pont, puis nous avons remonté la rue Saint-Louis en l'Ile et tourné dans la rue

des Deux-Ponts, puis tourné à nouveau vers le Quai de Bourbon, sommes revenus sur le pont, et avons

pris le Quai aux fleurs sur l'Ile Notre-Dame. J'ai aussi une jolie photo du Quai d'Orléans, ci-dessus, que je replace

sans respect de la chronologie et du plan... Tout cela en chantant, ponctué par des stations. Difficile de marcher,

chanter, prendre des images, et se souvenir simultanément du trajet exact... Après uneheure de marche et de chant,

j'ai commencé à faiblir physiquement. La dernière station à laquelle j'ai participé était la cinquième, et il en restait autant....

C'était une expérience intéressante, fraternelle et chaleureuse. Les passants étaient sans voix, beaucoup

nous ont filmés. J'ai développé dans le blog Cum sancto spiritu et mis en ligne un montage vidéo.

Dernière station avant mon départ de la procession, vers 17h50

Dernière station avant mon départ de la procession, vers 17h50

Je suis ressortie sans difficulté de la procession, mais le quartier était bouclé et les stations de RER et de métro fermées.

J'ai retiré un peu d'argent liquide à 17h59***** après ma sortie de la procession, dans la rue qui relie Notre-Dame au Pont d'Arcole.

Lundi 15 août 2016

Puis j'ai constaté que l'on ne pouvait pas traverser le parvis. J'ai donc contourné Notre-Dame par l'arrière, pendant que

la procession se dirigeait sans moi vers le Palais de Justice (j'aurais volontiers prié pour le Palais de Justice...)

Notre-Dame, vue du Pont de l'Archevêché vers 18h05

Notre-Dame, vue du Pont de l'Archevêché vers 18h05

Après avoir longé le Quai de Montebello, ce n'est qu'à 18h16****** que j'ai retrouvé sous la place Saint-Michel, la civilisation

souterraine du métro et de sa ligne 4... (il ne s'agit pas du RER, la station de RER St Michel Notre-Dame était fermée partout).

Lundi 15 août 2016

J'étais contente de ma journée. Nous avions prié pour la France, ce qui n'a pas motivé les médias,

assez silencieux sur le sujet hier soir à 19h et 20h, mais c'est peut-être venu plus tard...

A 21h le 16 août: après avoir mis en ligne mon montage vidéo, YouTube m'a proposé une belle vidéo

de Line Press, qui a tourné de superbes images de ce que je ne voyais pas: la tête du cortège.

A voir aussi!

 

 

Sylvie, blogmestre

Repost 0
Published by Blog des choristes des CP13
commenter cet article
14 août 2016 7 14 /08 /août /2016 20:20

En ce dimanche 14 août, j'étais à 9h37* en gare d'Arcueil pour me rendre à Notre-Dame. Les deux trains qui passent

en période scolaire (et pendant l'Euro de foot) à 9h38 et 9h45 ne passèrent pas, ou ne s'arrêtèrent pas.

J'ai pris le train de 9h52, qui est arrivé à Saint-Michel Notre-Dame à 10h07**. Il va falloir consulter un horaire...

Dimanche 14 août 2016

J'ai participé aux deux messes de 10h et de 11h30, avec plus de voix que la semaine dernière. La messe

grégorienne était animée par des solistes masculins de l'Ensemble vocal, quatre ai-je noté, et leur chef.

J'étais assez loin, et devinais plus que je ne voyais.

Alleluia grégorien

Alleluia grégorien

La messe internationale était animée par trois solistes, une soprane, un ténor, une basse,

qui ont chanté une messe brève de Gounod (à trois voix).

Dimanche 14 août 2016

C'était le 20è dimanche ordinaire, à l'orée de la solennité de l'Assomption, qui aura lieu demain.

On nous donna les consignes pour le pélerinage fluvial du soir (auquel je ne pourrais pas participer, n'ayant

pu pour raison de santé retirer la contremarque nécessaire le jour dit), et les horaires des messes du

lendemain, ainsi que de la procession pédestre de l'Assomption dans les deux îles.

Lors de la messe grégorienne, il n'y avait que des non-francophones autour de moi. Lors de la messe

internationale, j'eus l'impression d'être inspectée sur ma participation chantée à la célébration.

A priori, tous mes voisins, même non-francophones, peuvent attester que je chante réellement!

 

Dimanche 14 août 2016

Il y avait beaucoup de monde, comme d'habitude, mais proportionnellement plus d'étrangers non francophones.

Nous sommes ressortis de la messe internationale vers 12h40, et j'ai repris le RER à 12h46***

 

Sylvie, blogmestre

Dimanche 14 août 2016
Dimanche 14 août 2016
Dimanche 14 août 2016
Repost 0
Published by Blog des choristes des CP13
commenter cet article
13 août 2016 6 13 /08 /août /2016 08:20

Hier soir, j'ai entendu le concert "Assumptio"de musique médiévale et grégorienne,

donné par l'Ensemble vocal de Notre-Dame, en la cathédrale.

Assumptio

L'Assomption, fêtée le 15 août, est la fête principale de Marie, mère de Jésus, qui selon le dogme

chrétien catholique et oriental n'aurait pas connu la corruption de la mort physique.

Assumptio

Le concert présentait des polyphonies mariales des XIIIè et XIVè siècles, et dura un peu plus d'une heure.

Il était interprété par quatre sopranes, une alto et un contre-ténor, sous la direction de Sylvain Dieudonné.

Voici la première vidéo, c'est la fin de l'introït Salve sancta parens, pardon pour l'incident d'image du début

 

 

La deuxième vidéo, ci-dessous est un extrait du graduel "Benedicta et venerabilis es".

 

 

La troisième vidéo, ci-dessous, est un Agnus Dei tropé, c'est à dire que le texte original chanté par une partie

des choristes, a été orné de paroles supplémentaires qui s'intercalent, chantées par l'autre partie des choristes.

 

Cette interprétation par des voix féminines et masculine haute était nouvelle. L'an dernier, le concert

Assumptio, qui était le premier que j'ai entendu en la cathédrale, ne comptait que des voix masculines, de ténors et de basses.

Pour une première, c'était une vraie réussite, bravo! Ce concert Assumptio, quels que soient ses interprètes,

a quelque chose d'envoûtant, qui vous capture d'emblée. Au point que je n'ai pas pris de vidéo pendant le conduit à

une voix de contre-ténor seul, qui ouvrait le concert, sobrement accompagné d'une vièle et d'un tambourin, pour ne pas

rompre le charme... Il est difficile à un auditeur captivé et passif de s'extraire de son état de bonheur musical pour agir sur un

appareil à enregistrer des sons et des images, et découper dans le viseur les phrases musicales qu'il était venu écouter...

 

Le déroulement du concert suivait celui d'une messe très chantée. Les trois vidéos ont été placées dans

l'ordre chronologique. Comme on peut l'entendre, il y avait des duos, des trios, il y eut aussi des solos.

J'ai choisi de montrer trois extraits où tous les choristes chantaient, dans des configurations différentes.

Ils étaient six, en sopranes il y avait Cécile Achille, Cécile Dalmon, Eugénie de Padirac et Axelle Vernier,

et en alto Anaïs Bertrand et Raphaël Mas. Six voix très belles et très sûres, un superbe concert.

Le public, qui s'était tenu dans un silence religieux pendant tout le concert, applaudit beaucoup

à la fin, et rappela les musiciens, que nous avons pu féliciter après les saluts.

L'Ensemble vocal et son chef (à gauche)

L'Ensemble vocal et son chef (à gauche)

Je suis ressortie de la cathédrale vers 21h40. Le parvis foisonnait de touristes, dans la douceur de ce soir d'été...

N'était-ce pas déjà  le cas au Moyen-Age? A toute époque, ce parvis a du agir comme un aimant à humains!

 

Sylvie, blogmestre

Assumptio
Repost 0
Published by Blog des choristes des CP13
commenter cet article
11 août 2016 4 11 /08 /août /2016 13:22

Quand la Philharmonie de Paris est en vacances, elle est encore présente! Un courriel de sa part m'a

informée que des centaines de ses meilleurs concerts sont visibles en ligne sur son site

(quelque chose me dit que ça va bouchonner un peu...) Voici le lien vers la page aux 366 concerts classiques,

je vous recommande tout particulièrement, à la deuxième ligne, dernier concert en partant de la

gauche, le concert Mendelssohn du 20 février 2016, dirigé par Yannick Nézet-Séguin, et encore

plus particulièrement la symphonie n°2 "Lobgesang". L'article correspondant sur le blog est ici.

J'avais commenté que "Tout était parfait, il n'était pas possible de faire mieux. C'était presque inhumain!" 

Je vous laisse le soin de vérifier si vous approuvez cette évaluation...

et de partir à la découverte des autres concerts. Bonne écoute!

 

L'Orchestre de chambre d'Europe et le RIAS Kammerchor

L'Orchestre de chambre d'Europe et le RIAS Kammerchor

 

Sylvie, blogmestre

Repost 0
Published by Blog des choristes des CP13
commenter cet article
10 août 2016 3 10 /08 /août /2016 07:48

J'ai entendu hier soir le concert Monteverdi, Purcell, Bach donné en la cathédrale Notre-Dame de Paris par

quatre solistes de la Maîtrise, accompagnés à l'orgue. J'avais déjà entendu ce concert il y a trois semaines,

il a été donné quatre fois depuis juillet, et le sera une cinquième fois le 6 septembre. C'est une très bonne idée,

car le public de Notre-Dame se renouvelle tout l'été, et l'offre de concerts est plus faible l'été à Paris. Notre-Dame

remplit ainsi parfaitement sa mission de patrimoine culturel, et de lieu créateur d'événements culturels vivants.

Bach, Purcell, Monteverdi
Bach, Purcell, Monteverdi

Partie d'Arcueil-gare à 19h45, je suis arrivée à Notre-Dame vers 20h15. Le public était déjà nombreux.

Bach, Purcell, Monteverdi

Le concert fut annoncé en anglais puis en français, à la grande satisfaction des touristes anglophones.

Les solistes étaient Hélène Picard, soprano, Damien Rivière, ténor et Maxime Saïu, baryton, avec cette

fois-ci Clotilde Cantau en alto, à la limite de la mezzo-soprano par moments, , comme vous pouvez

l'entendre dans l'extrait vidéo ci-dessous, "Lord I can suffer", de Henry Purcell.

 

 

Yves Castagnet tenait l'orgue positif pour Monteverdi et Purcell, et l'orgue de choeur pour Bach.

Je vous renvoie au premier article sur ce concert pour les détails du programme.

Le concert a été applaudi après chaque pièce, même la présentation a été applaudie!

Voici les quatre solistes et l'organiste aux saluts de la fin du concert:

Hélène Picard, Clotilde Cantau, Damien Rivière, Yves Castagnet

Hélène Picard, Clotilde Cantau, Damien Rivière, Yves Castagnet

Le public, dans son enthousiasme, a d'ailleurs convergé vers l'avant de la nef après le concert, probablement

pour aller féliciter les musiciens (c'est une église, il n'y a pas de barrière physique comme dans une salle de concerts).

J'ai passé une belle soirée de musique soignée et très joliment chantée.

Le public à la conquête du transept après le concert

Le public à la conquête du transept après le concert

Je suis ressortie de Notre-Dame vers 21h40, et ai repris le RER à 21h44**.

 

Sylvie, blogmestre

 

 

Bach, Purcell, Monteverdi
Bach, Purcell, Monteverdi
Repost 0
Published by Blog des choristes des CP13
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog d'une choriste parisienne vagabonde
  • Le blog d'une choriste parisienne vagabonde
  • : Ex-blog des choristes des Choeurs de Paris 13, lieu d'échanges entre les choristes de Paris, de France, de Navarre et d'ailleurs! Instrumentistes de toutes cordes, vocales ou autres, bienvenue aussi!
  • Contact

Recherche