18 avril 2020 6 18 /04 /avril /2020 20:35

Le 17 mars, deux heures avant le confinement, je suis allée voir Notre-Dame, que je n'avais pas vue de

près depuis plusieurs mois (mais de loin, si). Quoique je me tienne informée régulièrement des progrès ou retards de

l'état d'avancement de sa consolidation, précédant sa restauration, force est de constater qu'on ne nous dit pas tout, et

que l'un ou l'autre reportage remet en cause nos certitudes sur le bon déroulement de sa convalescence. Ce 17 mars,

elle venait, in-extremis, d'être consolidée avant l'interruption des travaux, mais je ne le saurais que plus tard.

Les rues étaient déjà vides, et les commerces fermés. J'ai fait le tour de l'édifice, où une exposition de photos

présente les travaux et recherches qui sont faits sur les restes calcinés de ce qui fut sa charpente de

chênes multi-séculaires, et des pièces tombées lors de l'incendie. Les photos, étant recouvertes d'une

pellicule plastifiée, brillent à la lumière et reflètent les cafés de l'autre côté de la rue. Des genres d'ex-votos

textiles ornent deux troncs d'arbres, et une rose a séché, accrochée à une barrière.

 

Musique: Eia Mater, fons amoris, extrait du Stabat Mater d'Anton Dvorak


Les rosiers de la crypte semblent avoir été entretenus, le parvis est à nouveau visible, et les marronniers sont

débarrassés de la palissade métallique, qui ceint le chantier et a reculé. Pour le reste... l'échafaudage qui avait

commencé à être démonté est toujours là, suite à l'arrêt du chantier dû au confinement, des pignons sont

toujours emmaillotés, je remarque une tente au dessus du choeur, qui le protège de la pluie,et

continue ma reconnaissance. Comme d'habitude, j'ai du mal à repartir, à quitter l'île de la Cité.


L'anniversaire de l'incendie  a été honoré par plusieurs chaînes de télévisions, dont les films sont

visibles en replay: KTO a filmé une célébration autour de la couronne d'épines du Christ le Vendredi

Saint, c'est la deuxième dans la cathédrale depuis le sinistre, Arte, France 2, TMC, et en beaucoup plus

dérangeant, BFMTV, ont produit des reportages. Celui tourné par France 2 a ma préférence, car il est

plein d'espoir: Il a suivi le chantier pendant un an, tous ces héros artisans qui fabriquent des cintres pour empêcher

les arcs-boutants de pousser les murs, voltigent pour débarrasser les voûtes des poutres calcinées, ou adroitement

d'une statue qui risquerait de précipiter un pignon dans le vide. TMC a retracé le sauvetage de Notre-Dame

par les pompiers (plus visible en replay), qui ont toujours autant de mérite et de courage (surtout quand on voit

les flammes de près). Arte a fait un reportage assez difficile sur l'état du bâtiment,

et BFM se demande qui peut bien avoir voulu du mal à une merveille inoffensive de 850 ans...
 


Je relaie ici une chorale virtuelle constituée de 50 choristes et musiciens de la Maîtrise de Notre-Dame,

qui ont chanté et joué pour l'occasion le dernier choeur de la Passion selon Saint-Jean de Bach,

c'est parfait, comme d'habitude, même quand ils chantent à distance...

 



Et puis, Notre-Dame elle-même a participé par son bourdon Emmanuel, actionné à la main

successivement par plusieurs sonneurs (le battant pèse une demi-tonne) à marquer l'anniversaire de son

drame personnel (le bourdon s'utilise dans les circonstances graves), mais aussi à soutenir

les soignants dans le drame collectif de l'épidémie actuelle.

 

Sylvie, blogmestre

 

Les notifications concernant cet article n'arrivent pas non plus (3 envoyées, article mis en ligne le 20 avril à 17h)

pas davantage que les notifications des articles précédents, et le colis de mes parents est toujours hors localisation.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog d'une choriste parisienne vagabonde
  • : Ex-blog des choristes des Choeurs de Paris 13, lieu d'échanges entre les choristes de Paris, de France, de Navarre et d'ailleurs! Instrumentistes de toutes cordes, vocales ou autres, bienvenue aussi!
  • Contact

Recherche