7 septembre 2017 4 07 /09 /septembre /2017 08:25

Hier soir, c'était le concert d'ouverture de la saison 2017-2018 à la Philharmonie. L'Orchestre de Paris

et son chœur sous la direction de Daniel Harding présentaient Music for the funeral of Queen Mary

de Henry Purcell, et la 6è symphonie, en quatre mouvements, de Gustav Mahler.Toutes les places

avaient été vendues sur le site, mais on en trouvait encore chez les revendeurs attitrés, ce qui me permit d'en

acquérir une, au premier balcon sur le côté, avec une très belle vue sur l'orchestre.

Purcell et Mahler

J'étais partie d'Arcueil gare à 19h37*, tout alla bien jusqu'à Chätelet, où un énergumène tira le signal d'alarme, mais rien

de trop perturbant. Gare du Nord, un homme jeune gisait au sol entouré par la sécurité, nombreuse. On n'en sut pas plus.

J'arrivai Porte de Pantin vers 20h20, avec quelques retardataires qui se pressaient vers la grande salle.

Purcell et Mahler

L'entrée 3D est bien pratique, elle est en bas de l'édifice, pas d'escalier. Ma place était au milieu de la dernière rangée.

Les lumières baissèrent peu après mon arrivée et l'orchestre se mit en place, le voici ci-dessous installé.

Purcell et Mahler

Puis les choristes entrèrent et s'installèrent sur les deux rangées de praticables dressées de part

et d'autre de l'orgue de chœur que l'on voit au fond de la scène sur la photo ci-dessus. Il s'agissait de la

formation petit chœur, les choristes étaient mélangés, ce qui donnait au chant une grande homogénéité.

Le choeur de l'Orchestre de Paris dispose de trois formations, un petit choeur très confirmé, un grand choeur

symphonique, et un très grand choeur élargi aux enfants. Je n'ai pas de photos du chœur d'hier soir, car je pensais

pouvoir en prendre aux saluts, avant que les choristes sortent de scène, mais il n'y eut pas d'entracte, ni de saluts.

Les choristes interprétèrent l'œuvre de Purcell avec deux trompettes, deux trombones, l'orgue de

chœur, et deux ou trois timbales, chantant tout en retenue puis ressortirent.

L'orchestre au complet enchaîna alors directement sur la 6è symphonie de Mahler.

Voici les cuivres et les percussions, l'orchestre était très conséquent.

Purcell et Mahler

Dans ma zone de la grande salle, il n'y avait plus de programmes quand je suis arrivée. Les deux

œuvres entendues à ce concert ont déjà fait l'objet d'articles dans ce blog, dans d'autres salles, avec

une autre interprétation: la 6è de Mahler, au Théâtre des Champs Elysées, Funérailles de la reine Mary,

(entendue précédemment à la Maison de la radio), qui est un Requiem anglais, nous était proposé

hier soir par un chef britannique, je vous assure que cela ajoute à l'interprétation.

La reine Mary était la fille de Jacques II d'Angleterre auquel avait succédé Guillaume III d'Orange qui

l'avait épousée. A la suite de son mariage, Purcell, qui était le compositeur en vogue à la cour

anglaise, et  l'auteur d'une production musicale considérable, écrivit une ode d'anniversaire "Music

for the Queen Mary", dont les airs les plus connus sont "Come ye sons of arts" et "Sound the

trumpet", une musique joyeuse pour une jeune reine populaire. Hélas, Mary mourut de la variole un

an plus tard. Purcell composa alors en 1695 la Marche funèbre en ut mineur connue sous le nom

de "Music for the funeral of Queen Mary". Il ne survivra à sa reine que six mois, et la musique

de funérailles qu'il avait écrite pour Mary sera jouée à son propre enterrement.

 

Mahler composa sa 6è symphonie en 1903, à une époque où tout allait bien dans sa vie.

Pourtant l'oeuvre montre des angoisses prémonitoires. Elle est spectaculaire par l'utilisation d'un très

gros orchestre, avec beaucoup de cuivres et de percussions (il y a même des cloches de vaches

bucoliques... et un énorme maillet). Je ne l'ai pas trouvée "fracassante" comme l'an dernier.

Affaire d'acoustique: le Théâtre des Champs Elysées où je l'avais entendue est disposé en arrondi

face à la scène, qui est entourée pendant les concerts d'une conque acoustique renvoyant le son

vers les spectateurs, d'où l'impression de fracas. D'autant que je pense que les deux coups du sort

qui ponctuent le 4è mouvement y étaient beaucoup plus terrifiants que les coups de maillet d'hier soir.

A la Philharmonie, la disposition des lieux est telle que l'on entend bien partout, le fracas se disperse...

 

 

A part le deuxième mouvement qui est doux et tranquille, la symphonie est agitée de soubresauts

musicaux, de passions, avec de furieux emballements de percussions ou des cris de cuivres.

Dans le 4è mouvement, un passage plus funèbre de trompettes rappelle l'introduction de la Marche

funèbre de Purcell. A la fin de cet ultime mouvement, la symphonie meurt après un dernier

petit râle de violons. C'est une extraordinaire musique et un extraordinaire spectacle.

Purcell et Mahler

Un très beau concert d'ouverture de la saison. Daniel Harding fut rappelé plusieurs fois, jusqu'à ce

qu'il donne le signal du départ à ses musiciens. Bravo pour la performance, presque deux heures

de musique soutenue, dans le pianissimo pour Purcell et le fortissimo pour Mahler.

Le concert sera redonné demain 8 septembre, précipitez-vous sur les places restantes!

Il sera aussi diffusé en direct sur Radio Classique puis réécoutable en ligne.

 

Sylvie, blogmestre

 

Purcell et Mahler

Partager cet article

Repost 0
Published by Blog des choristes des CP13
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d'une choriste parisienne vagabonde
  • Le blog d'une choriste parisienne vagabonde
  • : Ex-blog des choristes des Choeurs de Paris 13, lieu d'échanges entre les choristes de Paris, de France, de Navarre et d'ailleurs! Instrumentistes de toutes cordes, vocales ou autres, bienvenue aussi!
  • Contact

Recherche