30 juillet 2017 7 30 /07 /juillet /2017 07:53

Je suis allée hier soir au cinéma en plein air de la prairie du Parc de la Villette, voir

"Sur la route de Madison", de et avec Clint Eastwood, et Meryl Streep, un film de 1995.

Cinéma en plein air

Arrivée Porte de Pantin à 21h18*, j'en suis repartie à 0h17*, pour cause de transports en commun et de dernières

correspondances nocturnes. Le film, qui avait été précédé d'un court métrage de Sébastien Laudenbach,

intitulé "Journal" n'était malheureusement pas terminé lors de mon départ (mais j'en connaissais la fin).

Ma première expérience du cinéma en plein air à la Villette m'avait conduite à rentrer chez mes parents à Paris

vers 3h du matin, pour avoir voulu rester jusqu'au bout du film ("Voyage au bout de l'enfer " du regretté

Michael Cimino): plus de métro, un bus de nuit qui allait à Châtelet, et un autre par heure en correspondance...

Dorénavant, je relève l'heure des derniers métros et RER, et je surveille!

Cinéma en plein air

Le court-métrage, qui était un film d'animation minimal mais ingénieux commença vers 22h15, et le film

principal vers 22h30. Le ciel était très nuageux, mais ce n'était pas des nuages menaçants. Les cieux

couverts de nuages, à Paris, renvoient les lumières de la ville après diffraction sur les particules de l'atmosphère,

c'est ce qui donne leur aspect rouge. On pouvait venir avec son repas, seuls les couverts en métal

et les tire-bouchons étaient prohibés. J'avais déjà dîné, mais constatai que certains de mes voisins de soirée

venaient avec de pleins sacs de victuailles et de boissons. On nous pria d'éviter de fumer et d'abîmer la

pelouse, et de trier nos déchets en sortant. J'ai apprécié cette recommandation écologique !

Cinéma en plein air

"Sur le route de Madison" est une histoire d'amour, d'un coup de foudre brutal et réciproque qui tombe

sans prévenir. Francesca a épousé Richard et vit dans une ferme dans l'Iowa. Après sa mort, ses

enfants trouvent des instructions funéraires déroutantes, et trois cahiers qui racontent comment

Francesca avait rencontré par hasard l'homme de sa vie, Robert, un photographe du magazine

National Geographic, qui venait photographier les ponts couverts de son voisinage, en l'absence de

son mari et de ses enfants. La relation amoureuse emporta Francesca et Robert comme un torrent.

La mère de famille vit ses certitudes et sa vie sage basculer et se mit à douter de tout, et surtout

de qui elle était. Avant le retour de Richard, Robert lui proposa de le suivre, mais elle refusa de briser

la vie de sa famille (qui n'en sut rien avant sa mort). Cependant, ces quatre jours vécus avec Robert

l'avaient changée à jamais. Et réciproquement. Voici la bande-annonce du film:

 

 

. En étant assis, on voyait très bien, sous-titres compris. Des transats étaient disponibles à la location

pour un meilleur confort. Pendant la soirée, le vent se leva, et les nuages disparurent. Et comme

c'était la nuit des étoiles, nous avons fini la projection sous la Grande Ourse, romantique !.

 

Sylvie, blogmestre

Cinéma en plein air

Partager cet article

Repost 0
Published by Blog des choristes des CP13
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d'une choriste parisienne vagabonde
  • Le blog d'une choriste parisienne vagabonde
  • : Ex-blog des choristes des Choeurs de Paris 13, lieu d'échanges entre les choristes de Paris, de France, de Navarre et d'ailleurs! Instrumentistes de toutes cordes, vocales ou autres, bienvenue aussi!
  • Contact

Recherche