15 juin 2017 4 15 /06 /juin /2017 08:41

Préambule 1: malgré le changement de régime politique, mon téléphone et mon courriel sont toujours interceptés. Ce qui signifie que quand j'ai par hasard trouvé une place d'opéra hier soir que je pouvais acheter sans carte bancaire, un dispositif de "suivi" de ma personne a immédiatement été mis en branle. Repérage dans la rue, signalement par téléphone mobile, captation par les caméras de la RATP, contrôles, encadrage... Ca suffit. J'ai une overdose de restrictions de libertés.

 

Préambule 2: à la suite de la publication de cet article de blog, j'ai reçu un message de la Banque postale, qui préempte ma nouvelle carte bancaire depuis le 31 mai, en faisant croire qu'elle s'en occupe, "elle vous a été envoyée le 31", "attendez encore quelques jours" (jusqu'au 18 juin par exemple, ensuite on aura la bonté de me la restituer?) Le message que j'ai reçu me demande de "confirmer mon adresse postale" pour que l'on puisse m'envoyer ma carte bancaire. Ces rigolos m'ont envoyé un carnet de chèques en recommandé la semaine dernière, ils savent donc que mon adresse est bonne, d'une part, et se soucient seulement maintenant de m'envoyer une carte demandée depuis le 28 mai??? Il existe une jurisprudence Chronopost de clients abusés, qui ont gagné un recours, et que je vais me faire un plaisir d'utiliser.

Eugène Onéguine

Donc hier après-midi, n'ayant toujours pas de carte bancaire, j'ai acheté un billet proposé sur un site

de troc par un autre moyen de paiement, pour la dernière représentation d'Eugène Onéguine de

Piotr Illitch Tchaïkovski, à l'Opéra Bastille. Merci à l'internaute qui m'a fait confiance pour cet achat.

Eugène Onéguine

C'était une belle place, d'où l'on voyait très bien. Sur la photo ci-dessus, un détail qui m'a intriguée, si vous

regardez sur la gauche de la photo, la galerie la plus basse comportait l'un de ces paravents qu'on installe pour les

dames des pays arabes, afin qu'elles ne soient pas vues par les regards des spectateurs. Mais à l'intérieur, il n'y avait

pas de dame voilée visible, mais un chef grisonnant dont le/la propriétaire souhaitait sans doute passer inaperçu(e)...

Eugène Onéguine

Interprété par l'Orchestre et les Choeurs de l'Opéra national de Paris, avec solistes, Eugène Onéguine,

opéra lyrique en trois actes et sept tableaux, fut créé à Moscou en 1879, basé sur le roman en vers

éponyme d'Alexandre Pouchkine. L'opéra de Tchaïkovski est une simplification d'un roman à succès,

qui ne reprend que les scènes les plus marquantes, la connaissance du public de l'oeuvre de

Pouchkine faisant le lien entre les-dits tableaux. C'était vrai à Moscou en 1879... un peu moins

à Paris en 2017! J'avoue que le premier acte a été un peu confus pour moi, puis cela s'est arrangé.

Eugène Onéguine

Dans la première partie, qui comprenait le premier acte et le premier tableau du deuxième acte,

l'action se situait à la campagne, représentée par de la terre aux couleurs chaudes, moutonnant

en petites collines, avec des murs suggérés à l'avant de la scène et quelques sièges épars pour

asseoir la suggestion d'un intérieur donnant sur les champs. Cet intérieur champêtre était celui de

Madame Larina, qui avait deux filles, Tatiana et Olga, celle-ci mariée à Lenski, alors que la première

était amoureuse d'Onéguine. Tatiana ayant déclaré sa flamme à Evghéni (Eugène en russe), celui-ci

la rejette sans dureté. Pour faire taire les commérages, Onéguine s'intéresse à Olga, ce qui lui

attire les foudres de son mari, Lenski, qui est son ami, mais le provoque néanmoins en duel.

Eugène Onéguine

Après l'entracte, durant lequel j'ai discuté avec deux autres spectateurs de la raison pour laquelle cet opéra pouvait

ne pas avoir été joué pendant 80 ans, comme il semblait, entre 1920 et 2001, le deuxième acte reprit, sur un

décor similaire au précédent mais dans les gris bleutés (on voit sur la photo qu'il s'agit d'une épure de décor).

Le deuxième tableau du deuxième acte était le récit du duel de Lenski et d'Onéguine, dans lequel le

second tuait le premier. Puis nous passions au troisième acte introduit par une polonaise connue:

 

 

C'est ce que j'aime chez Tchaïkovski, son talent à écrire de la musique aimable par tous. Nous retrouvions Tatiana

mariée au prince Grémine, devenue une aristocrate... et Onéguine, qui découvre la nouvelle vie de la

jeune fille campagnarde qu'il a écartée autrefois et en retombe amoureux. Il lui déclare sa passion,

ce que Tatiana ne comprend pas bien, est-ce l'effet de sa richesse et de sa position nouvelles?

Quoique ses sentiments pour Onéguine existent encore, elle choisit de rester fidèle à son mari.

Eugène Onéguine

Une belle soirée, avec de la musique élégante, un sujet terriblement romantique, et l'une de ces

histoires d'amour impossibles qu'affectionnait le compositeur (voir Jeanne d'Arc et le Lac des cygnes).

Des solistes avec de belles voix, ci-dessus les rôles principaux, Tatiana en robe noire, Olga en rouge,

le chef d'orchestre, Onéguine, Lenski à droite sur la photo. Le choeurs m'ont beaucoup plu. J'aurais

bien aimé chanter ces choeurs écrits par Tchaïkovski (y a-t'il des choristes qui chantent du Tchaïkovski en France?)

Le chef d'orchestre était Edward Gardner, Tatiana était interprétée par Nicole Car, et Eugène

Onéguine par Peter Mattei. Il y avait une jolie chorégraphie d'Athol Farmer. Beaucoup

d'applaudissements, des bis, un retour des chanteurs un par un, une grande ambiance de fin

des représentations pour cette fois, et de satisfaction des spectateurs. J'ai filmé cette joie de la fin, mais

mon voisin est sorti brusquement à ce moment-là, interrompant la vidéo en passant devant l'appareil photo.

Voici quelques images rescapées (on voit très bien quand le voisin est sorti...)

 

 

L'opéra Eugène Onéguine de Tchaïkovski sera diffusé sur France Musique le 25 juin à 20h.

Nous sommes sortis vers 22h40 de l'Opéra Bastille, j'ai acheté deux cartes humoristiques.

NB: une personne est tombée devant moi sur les inégalités de surface du sol causées par la chaleur

(dilatation irrégulière des dalles qui en fait saillir certaines par endroits, soyez prudent(e)s !

 

Sylvie, blogmestre

Partager cet article

Repost 0
Published by Blog des choristes des CP13
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d'une choriste parisienne vagabonde
  • Le blog d'une choriste parisienne vagabonde
  • : Ex-blog des choristes des Choeurs de Paris 13, lieu d'échanges entre les choristes de Paris, de France, de Navarre et d'ailleurs! Instrumentistes de toutes cordes, vocales ou autres, bienvenue aussi!
  • Contact

Recherche