22 mai 2017 1 22 /05 /mai /2017 08:46

Hier matin, une série de contretemps m'ont empêchée d'aller à Notre-Dame, mais j'y suis allée en fin d'après-midi.

Partie d'Arcueil-gare à 18h07* (le ticket existe, il faut que je le retrouve), je suis arrivée à la station Saint-Michel Notre-Dame un peu avant 18h30. Sur les trois portiques possibles pour sortir du RER en direction du parvis, un était au rouge, un deuxième était bloqué par un ticket, et une jeune femme japonaise (m'a-t'il semblé) avec valise se débattait avec le troisième qui refusait de s'ouvrir. Il était impossible de passer. J'ai demandé à cette dame qu'elle veuille bien me laisser sortir avant elle, et comme le portillon était ouvert derrière moi, lui ai dit de passer. Mais elle a fait passer sa valise d'abord... et s'est ensuite  fait coincer par les mâchoires du portillon qui s'est refermé sur elle. Le blocage entre les mâchoires du portillon m'est arrivé au même endroit, avec un passe Navigo pourtant valide. Ca fait mal. Elle a crié et son conjoint m'a regardée comme si je l'avais fait exprès... Il n'y a pas de personnel RATP à cette sortie, ni de guichet. Pas d'autre solution que de s'en sortir seuls entre voyageurs. La valise était passée, je suppose que la dame, elle, a pu sortir avec un autre voyageur. Mais j'ai porté ce cri de douleur en moi avec le regard de reproche de son conjoint pendant toute la messe à laquelle j'ai participé. Drôle de bienvenue à Paris ! Un autre dérangement semblait affecter les machines à tickets, réparé quand je suis repartie. Je suis entrée dans la cathédrale vers 18h35, avant le Kyrie. Initialement placée latéralement, j'ai rapidement été encadrée par un homme de chaque côté et derrière par un troisième planté dans l'allée transversale. J'ai jugé préférable d'aller m'asseoir ailleurs dans la nef, à un endroit où les caméras vidéo voient les paroissiens,  pour préserver autant que possible la sérénité spirituelle que j'étais venue chercher en ces lieux.

 

Dimanche 21 mai 2017

La messe fut célébrée par Mgr de Moulins-Beaufort, et animée par huit jeunes femmes de

la Maîtrise de Notre-Dame, sous la direction de Henri Chalet. Les premiers rangs étaient réservés

aux boulangers d'Ile-de-France qui avaient participé à la Fête du Pain sur le parvis. Il y avait aussi la

confrérie des talmeliers (ancien nom des boulangers), et des panières de rotin posées devant l'autel

contenaient des petits pains qui furent bénis à la fin de la messe et nous furent distribués à la sortie.

Ci-dessous une photo KTO qui provient de l'enregistrement de la messe, aussi diffusée en direct, où l'on voit les

boulangers dans l'allée centrale de la nef de la cathédrale, se dirigeant vers la sortie avec leurs panières pleines.

 

Dimanche 21 mai 2017

La Maîtrise a chanté une messe basse de Gabriel Fauré, Kyrie et Agnus Dei, le Sanctus étant chanté

en français par l'assemblée et le choeur. La Maîtrise chanta une oeuvre de Jean Langlais "O bone Jesu"

à la communion. Un concert "Ave Maria" fut annoncé pour le mardi 23 mai en la cathédrale.

Nous sommes ressortis de la cathédrale  vers 19h55, j'ai repris le RER à 19h58* avec le présent des boulangers.

J'avais oublié mon appareil photo chez moi, mais j'ai immortalisé le petit pain reçu à mon retour

Dimanche 21 mai 2017

Sylvie, blogmestre

Dimanche 21 mai 2017

Partager cet article

Repost 0
Published by Blog des choristes des CP13
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d'une choriste parisienne vagabonde
  • Le blog d'une choriste parisienne vagabonde
  • : Ex-blog des choristes des Choeurs de Paris 13, lieu d'échanges entre les choristes de Paris, de France, de Navarre et d'ailleurs! Instrumentistes de toutes cordes, vocales ou autres, bienvenue aussi!
  • Contact

Recherche