15 mars 2017 3 15 /03 /mars /2017 09:26

Hier soir, j'ai vu un ballet à l'Opéra Bastille, inspiré d'une comédie de William Shakespeare,

"A midsummer night's dream", mis en musique par Felix Mendelssohn,

et en chorégraphie par George Balanchine.

Le songe d'une nuit d'été

C'était un billet de galerie, tout en haut de la salle, avec vue très plongeante.

J'avais acheté le billet d'occasion, le vendeur ayant mis le billet à mon nom (voir en fin d'article,

il est actuellement impossible d'obtenir la connexion sur le site Zepass qui me l'a vendu et en détient la preuve d'achat,

dont je ne pensais pas qu'elle serait nécessaire puisque le billet était à mon nom -avec une faute)

Le songe d'une nuit d'été

Contrairement aux galeries des étages inférieurs, les sièges de la dernière galerie nécessitent

de se pencher sur la balustrade pendant tout le spectacle, avec la tête de côté.

Cependant, c'est un billet à 15€, ce qui mérite bien quelques sacrifices de confort!

 

Le songe d'une nuit d'été

Le ballet venait de faire son entrée au répertoire de l'Opéra national de Paris, et il en était à sa

quatrième représentation. L'orchestre de l'Opéra national de Paris, que je voyais très bien dans

la fosse jouait sous la direction de Simon Hewett. Il fut rejoint plusieurs fois par les choeurs

de l'Opéra national de Paris, dont je ne voyais en revanche que le bas des robes des choristes

du premier rang, le choeur étant localisé sous la scène, pendant le spectacle.

Le songe d'une nuit d'été

De la pièce de théâtre en 5 actes de Shakespeare, Mendelssohn a fait un ballet en deux actes, qui n'en

garde que les grandes lignes. J'ai relu un résumé de l'intrigue selon Shakespeare avant le spectacle, et à

nouveau pendant l'entracte, en ayant malgré tout du mal à comprendre exactement ce qui se passait. Dans la

mesure où il s'agissait d'un songe, on pouvait mettre les incertitudes sur l'aspect ésotérique de l'oeuvre...

Sur la photo ci-dessus, on voit un jeune couple en rouge et un jeune couple en bleu, à l'extrémité de

la scène, entre lesquels il y a un chassé-croisé de partenaires, un duel, des philtres d'amour administrés

par Puck, qui est le gentil lutin malicieux de la pièce, vêtu de kaki, ici avec des cornes de diablotin.

Le songe d'une nuit d'été

C'est une chorégraphie Balanchine, dont la création est de 1962. Un ballet classique donc avec tutus

blancs ou colorés. Les costumes sont de Christian Lacroix, et ô bonheur, il y a des couleurs qui

différencient les danseurs, des couleurs pastel. Ce sont les élèves de l'école de danse qui

interprètent la chorégraphie, ce qu'ils font très bien. Et il y a, surtout, en ce qui me concerne, la

somptueuse musique de Mendelssohn, composée à deux époques différentes, l'Ouverture, très

connue, qui fut créée en 1827, alors que le compositeur n'avait que 17 ans, et la musique de scène

en 1843, à la demande de Frédéric-Guillaume IV, roi de Prusse. Le 2è acte débute par la célèbre

marche nuptiale souvent utilisée dans les mariages actuels, en concurrence avec celle de Lohengrin de Wagner.

 

 

 

Ci-dessus, la marche nuptiale du Songe d'une nuit d'été.

Les choeurs étaient chantés en anglais  (Mendelssohn avait vécu en Ecosse, et l'original de la pièce est

en langue anglaise, isn't it?) Le ballet durait une heure quarante-cinq, les deux actes étant coupés par un

entracte. La beauté de la chorégraphie classique se suffisait à elle-même sans avoir besoin d'élucider

les mystères de l'intrigue, et les coupes sombres effectuées depuis Shakespeare. C'était un

divertissement coloré, agréable aux yeux, et aux amateurs de grâce chorégraphique (dont je suis).

Le public était un peu différent du public habituel de ces lieux, j'entendis des jeunes gens dirent qu'ils

étaient "plutôt ballet qu'opéra". Je suis "plutôt opéra", mais un ballet de temps en temps réjouit les yeux!

Et surtout, je suis "surtout musique" et "surtout Mendelssohn", ce fut donc une belle soirée.

Le songe d'une nuit d'été

Voici pour terminer une photo de l'ensemble des danseurs, et du chef d'orchestre, en noir au

milieu des costumes colorés. Le maître de ballet était Fabrice Bourgeois sur ce programme.

Nous sommes ressortis vers 21h45 de l'Opéra Bastille.

 

Sylvie, blogmestre

Partager cet article

Repost 0
Published by Blog des choristes des CP13
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d'une choriste parisienne vagabonde
  • Le blog d'une choriste parisienne vagabonde
  • : Ex-blog des choristes des Choeurs de Paris 13, lieu d'échanges entre les choristes de Paris, de France, de Navarre et d'ailleurs! Instrumentistes de toutes cordes, vocales ou autres, bienvenue aussi!
  • Contact

Recherche