25 mars 2017 6 25 /03 /mars /2017 09:13

Il y a deux jours, j'avais eu la chance de trouver une place, à un prix abordable, pour l'opéra comique

de Hector Berlioz, Béatrice et Benedict, inspiré de la comédie Much ado about nothing (Beaucoup

de bruit pour rien) de William Shakespeare, qui se donne actuellement au Palais Garnier.

Béatrice et Benedict

J'arrivai hier soir vers 19h10, et me glissai à la fin d'une file d'attente, devant le Palais Garnier.

Ma place était à l'amphithéâtre, à l'avant-dernière rangée, sous le plafond de la grande salle.

Béatrice et Benedict

On voyait très bien, à la fois la scène et l'orchestre, dirigé par Philippe Jordan. En revanche le confort

était pire que dans mes souvenirs! L'amphithéâtre étant, comme le reste du Palais Garnier, classé, il n'est pas

réaménageable pour s'adapter à la taille actuelle des spectateurs, quoique les sièges aient été prévus a minima de

celle de nos ancêtres, au XIXè siècle de sa construction. Mais, rendons justice à Garnier, on y voit très bien!

Béatrice et Benedict

J'ai eu encore plus de chance que je pensais car je découvre que j'ai assisté à la première hier soir... Je suis allée

voir ce qu'écrit la concurrence officielle (les médias!) sur ce spectacle. Voici un podcast de France Musique:

 

 

 

et un article intéressant publié dans le quotidien le Figaro, qui trouve l'opéra "étrangement poétique".

L'opéra comique en deux actes de Berlioz fut créé en 1862 à Baden-Baden. On se souvient que Berlioz

avait eu un coup de coeur pour Shakespeare, et pour Harriet Smithson, actrice shakespearienne

(voir la Symphonie fantastique dans un article récent) de ce blog. Il lui fallut quand même 25 ans, après avoir

songé à composer une version d'opéra de la pièce de théâtre, pour passer à l'acte. Berlioz avait la

réputation d'être un musicien bruyant, qui tirait son renom du fracas des orchestres puissants.

De faire dans le spectaculaire, le grandiose, et l'académique. Ici, il en va tout autrement. Aucune

inspiration épique comme dans Les Troyens. La guerre est évoquée mais seulement pour se réjouir du

retour des amants partis défendre la patrie, avec force libations, qui donnent lieu à de jolis choeurs.

Berlioz évoque cette oeuvre comme un "petit opéra", comique, avec "farces de son invention".

Béatrice et Benedict

La version présentée par l'Opéra national de Paris était à mi-chemin entre l'opéra et le concert.

Les musiciens étaient bien dans la fosse d'orchestre, mais le choeur était explicitement sur scène

puisqu'il y avait ses chaises! Il y avait des personnages parlés et des chanteurs, ce qui était un peu

déroutant au départ, puisque on voyait sur scène deux Béatrices et deux Benedicts! La musique était

douce et très mélodieuse, fine, complexe, loin des fureurs d'autres oeuvres de Berlioz. On riait des

farces et de la mauvaise foi des uns et des autres, des stratagèmes de séduction croisée

immémoriaux, que l'on trouve dans Shakespeare, Molière et bien d'autres (et même dans le Fabuleux

destin d'Amélie Poulain de Jean-Pierre Jeunet!) Deux jeunes gens, Béatrice et Benedict, se détestent trop pour

que cette détestation affichée ne cache pas un sentiment plus doux. Leurs proches entreprennent

de leur ouvrir les yeux sur leur attirance mutuelle en convainquant chacun que l'autre l'aime.

 

Au centre, Héro, Philippe Jordan, Benedict, Béatrice, et plus à droite Claudio

Au centre, Héro, Philippe Jordan, Benedict, Béatrice, et plus à droite Claudio

Béatrice a une cousine, Héro, qui va se marier avec Claudio, qui se trouve être le meilleur ami de ...

Benedict. Le rapprochement va donc se faire à peu près facilement, après deux heures de résistance

des intéressés, qui finiront unis dans le mariage, comme Héro et Claudio. Sabine Devieilhe et

Stéphanie d'Oustrac chantaient les rôles de Héro et de Béatrice, tandis que Florian Sempey et

Paul Appleby chantaient ceux de Claudio et de Benedict. Les rôles parlés étaient interprétés par

des acteurs dramatiques, dont Didier Sandre qui jouait le père de Héro. Une excellente distribution,

une très jolie musique superbement interprétée, du rire et de la bonne humeur... Un divertissement

que je recommande chaudement et qui changera l'image que vous aviez de Hector Berlioz!

Béatrice et Benedict

L'opéra s'est terminé peu après 22h, soit une durée de deux heure trente avec entracte.

 

Sylvie, blogmestre

 

 

Béatrice et Benedict

Partager cet article

Repost 0
Published by Blog des choristes des CP13
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d'une choriste parisienne vagabonde
  • Le blog d'une choriste parisienne vagabonde
  • : Ex-blog des choristes des Choeurs de Paris 13, lieu d'échanges entre les choristes de Paris, de France, de Navarre et d'ailleurs! Instrumentistes de toutes cordes, vocales ou autres, bienvenue aussi!
  • Contact

Recherche