10 février 2017 5 10 /02 /février /2017 08:11

Hier soir, j'ai (enfin!) pu retourner au grand auditorium de la Maison de la Radio, que j'avais le sentiment

d'avoir un peu déserté cette année, pour un problème de billetterie, et non par choix (il m'est devenu plus difficile

d'y obtenir une place à un prix compatible avec mes moyens actuels). Pour la soirée hommage à Kurt Masur

de ce 9 février, les réservations étaient complètes, mais... j'ai trouvé par hasard des billets en vente

sur un autre site* (France-billets, voir justificatif en fin d'article), et me suis empressée d'en acheter un!

Hommage à Kurt Masur

J'arrivai avenue du Président Kennedy avec une avance confortable, et grimpai au 2è balcon, loge 2,

où était située ma place, au premier rang. Un dame à côté demanda si elle pouvait être replacée car elle avait

le vertige, et je me souvins que c'était aussi mon cas les premiers temps... je n'en souffre absolument plus.

Merci aux salles vertigineuses de Paris (grand auditorium, Philharmonie, et surtout opéra Bastille)!

Hommage à Kurt Masur

Ci-dessus, la vue de la place V18 de la loge 2 au 2è balcon.

 

Kurt Masur, chef d'orchestre allemand d'origine polonaise, dirigea l'Orchestre national

de France de 2002 à 2008. Atteint de la maladie de Parkinson, il est décédé aux USA en décembre 2015.

Le concert proposé était dirigé par son fils, Ken-David Masur, en présence de l'épouse de Kurt Masur

qui était dans la salle, au parterre, il fut présenté par Matthias Brauer, chef de choeur allemand,

qui fut directeur musical du Choeur de Radio France de 2006 à 2014, et travailla avec Kurt Masur.

Livret du concert-hommage à Kurt Masur

Livret du concert-hommage à Kurt Masur

Le programme de la soirée se composait en première partie du "Schicksalslied" (Chant du Destin)

de Johannes Brahms, chanté par le Choeur de Radio France, et de la 5è symphonie de Franz Schubert.

Après un entracte, la seconde partie comportait une oeuvre de Henri Dutilleux, "Sur le même accord",

puis pour finir,le concerto pour violon et orchestre n°1 de Wolfgang Amadeus Mozart, avec en

invitée spéciale, Anne-Sophie Mutter. L'Orchestre national de France jouait les quatre pièces, avec

en violon solo Sarah Nemtanu, sous la direction du fils de Kurt Masur.

Ken-David Masur, et Sarah Nemtanu

Ken-David Masur, et Sarah Nemtanu

L'oeuvre de Dutilleux présentée en seconde partie avait été créée par Anne-Sophie Mutter

Kurt Masur et le London Philharmonic Orchestra en 2002, à Londres. Les trois autres oeuvres choisies

étaient des oeuvres de jeunesse, ou de relative jeunesse: 38 ans pour Brahms, 21 ans pour Schubert,

20 ans pour Mozart. Le choix du programme semble s'être fait à partir de la nationalité des compositeurs,

trois compositeurs allemands et un français, et du type de musique jouée, une oeuvre chantée, et trois

oeuvres instrumentales de trois sortes: symphonie (Schubert), nocturne (Dutilleux), concerto.(Mozart).

Le lied de Brahms était somptueux, la symphonie de Schubert gracieuse et délicate.

La musique de Dutilleux, me parut moins abstraite que d'ordinaire (la présence du violon solo, sans doute),

et le concerto de Mozart, virtuose, acrobatique, emporta l'enthousiasme de la salle.

 

Ken-David Masur devant l'Orchestre national de France

Ken-David Masur devant l'Orchestre national de France

La salle n'était pas tout à fait pleine au début du concert, mais le fut en deuxième partie... était-ce des retardataires,

ou bien y eut il un système de "places de dernière minute", une distribution aux malchanceux sans place des

places vacantes restantes après flashage des billets? Toujours est-il que le grand auditoruim était plein pour

entendre Anne-Sophie Mutter, qui arriva, ravissante, dans une robe longue bleue à traïne.

Anne-Sophie Mutter et Ken-David Masur

Anne-Sophie Mutter et Ken-David Masur

A la fin du concert, il y eut des fleurs, plusieurs fois, pour la soliste et pour Madame Masur, et,

devant l'insistance du public qui tapait en rythme dans ses mains, Anne-Sophie Mutter nous joua un bis

accompagnée par l'Orchestre national de France. Un bis organisé (il n'y a pas que les CP13 qui préméditent

les bis!) Il s'agissait de l'Adagio d'Albinoni, morceau très connu et apprécié de tous les publics,

le nôtre suspendit presque sa respiration aux accents du violon de la soliste...

Ce fut la conclusion d'un très bel hommage.

 

 

Dans le livret, Kurt Masur, parlant de Brahms, disait du bien des orchestres français qui le jouaient,

qui allègeraient sa musique (je n'ai jamais trouvé Brahms pesant, sauf dans le deuxième choeur du

Requiem allemand, mais cette pesanteur a une signification!) Et il disait tout particulièrement du bien

de l'Orchestre national de France, avec qui il avait atteint une interprétation indépassable, la meilleure

de sa vie, de la Symphonie pastorale  de Beethoven(cela revient deux fois, il a dû être marqué que

ce soient des Français qui réussissent le mieux une célèbre oeuvre allemande!) On aurait envie de

s'envoler avec tous les oiseaux des instruments. Kurt Masur était un poète, c'est ma déduction.

Un poète philiosophe doté d'une très grande sensibilité, d'un grand charisme, un chef hors norme.

Il dirigeait à mains nues, et laissait le son s'en aller avant de baisser très lentement les bras en fin

de morceau. Son fils a repris ces traits de direction, héritage d'un savoir-faire familial.

Altos et violoncelles

Altos et violoncelles

Merci à Ken-David Masur pour sa direction, à Madame Masur pour sa présence,

à Anne-Sophie Mutter pour l'émotion de son jeu, et à l'Orchestre national de France,

sur lequel Kurt Masur ne tarit pas d'éloges dans le livret... détails à venir!

Merci au Choeur de Radio France, toujours un modèle pour la choriste amatrice que je suis,

et à Matthias Brauer qui nous fit part d'une longue introduction en français.

Le concert a été enregistré par France-Musique et sera diffusé ultérieurement.

L'Orchestre national de France et le Choeur de Radio France

L'Orchestre national de France et le Choeur de Radio France

A mon arrivée à la Maison de la Radio , une jeune femme m'a dit "Shalom!"

Ce sera le mot de la fin...

 

Sylvie, blogmestre

 

Enfin, presque: pour information, le concert Radio France était aussi disponible à la location par le réseau

France-Billets (Fnac, Carrefour, etc...), j'ai réservé mon billet* et payé en ligne, et l'ai retiré le 9 février dans la matinée

vers 10h30, sur présentation d'une carte d'identité dans l'un des magasins les plus proches de chez moi, c'est-à-dire

au Carrefour Market de Montrouge, avenue Aristide Briand, où j'ai aussi fait quelques courses**.

Hommage à Kurt Masur
Hommage à Kurt Masur

Partager cet article

Repost 0
Published by Blog des choristes des CP13
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d'une choriste parisienne vagabonde
  • Le blog d'une choriste parisienne vagabonde
  • : Ex-blog des choristes des Choeurs de Paris 13, lieu d'échanges entre les choristes de Paris, de France, de Navarre et d'ailleurs! Instrumentistes de toutes cordes, vocales ou autres, bienvenue aussi!
  • Contact

Recherche