5 janvier 2017 4 05 /01 /janvier /2017 09:33

Pendant les fêtes, ce n'était pas possible, pour cause de surcharge des moyens de transports,

et de prix prohibitifs des-dits transports. Après la rentrée des classes, une éclaircie et l'aide financière

d'un membre de ma famille, me permirent de réaliser un projet: aller voir mes parents à Pibrac, dans le Gers,

où ils sont en maison de retraite. C'est difficile, car je suis astreinte, par décision de justice*, à réaliser le voyage

en une journée, n'étant pas autorisée à voir mes parents plus de quelques heures dans la journée.J'ai demandé

l'élargissement de ma situation, mais ne l'ayant pas reçu avant mon départ, je suis donc partie pour une journée.

Au-delà de Blagnac et retour

Après avoir pris le RER B et testé l'Orlyval, métro le plus cher à la minute qui existe, j'embarque à Orly

dans un appareil de la compagnie Easyjet, qui décolle avec retard, car il y a du brouillard

à l'arrivée, à Toulouse.

Au-delà de Blagnac et retour

Enfin nous partons, j'ai un hublot et par dessus la mer de nuages où brille un soleil éclatant,

on voit, après une quarantaine de minutes, les Pyrénées dans le lointain.

Au-delà de Blagnac et retour

Nous atterissons à Toulouse-Blagnac quelques minutes avant 10h. J'ai raté la navette qui devait

m'emmener à la gare de Matabiau prendre le train pour la suite du périple. Je retire un peu

d'argent pour prendre un taxi, car je suis attendue à la maison de retraite pour le déjeuner...

Au-delà de Blagnac et retour

Le taxi jusqu'à la maison de retraite dans la campagne creuse

un gros trou dans mon budget prévisionnel, mais enfin, j'y suis!

Au-delà de Blagnac et retour

Mes parents sont ravis, ils attendent, quand j'arrive, le repas avec d'autres pensionnaires de

la maison de retraite. Tout le monde est très gentil, on nous installe sur une table d'invités.

Il y a un immense ficus dans la salle, habité par des perruches en liberté,

qui accompagnent le repas de leurs pépiements.

Après le repas, je passe l'après-midi dans le studio de mes parents, et vers 17h20, les quitte

en taxi pour gagner la gare locale, où je prends un billet pour le train de Toulouse de 18h05.

Au-delà de Blagnac et retour
Au-delà de Blagnac et retour

J'avais prévu d'aller un peu au centre de Toulouse avant de repartir, mais on nous annonce dans le train

qu'une manifestation bloque la gare de Matabiau avec du personnel soignant hospitalier sur les voies...

Il y aurait au minimum 50 minutes de retard prévu, et peut-être même plus de navette pour l'aéroport...

Quelques étudiants me sauvent la mise en me conseillant de descendre avant Matabiau et de prendre

un autre moyen de transport en commun, ce que je fais, et arrive à l'aéroport de

Toulouse-Blagnac sans passer par la case centre-ville.

Au-delà de Blagnac et retour

Je retire à nouveau un peu d'argent liquide pour compenser ces nouvelles dépenses,

et soulagée d'être arrivée à bon port et d'avoir bouclé la journée, m'octroie un sandwich

et une bière Affligem (prise par-dessus la morphine de la vertèbre cassée, je décolle sans avion!)

Au-delà de Blagnac et retour

Nouvel embarquement, cette fois de Toulouse-Blagnac, direction Paris-Orly.

J'ai une place sans hublot, mais il fait nuit...

Au-delà de Blagnac et retour

Nous embarquons dans l'avion de nuit, la tempétature a chuté, l'avion est plus plein qu'à l'aller.

Au-delà de Blagnac et retour

Après un voyage sans particularité, nous atterrissons à Orly dans les temps.

Je repars à la recherche d'Orlyval, qui me délivre un billet qui vaut aussi pour le RER,

alors que j'ai un passe Navigo... toujours aussi cher à la minute!

Au-delà de Blagnac et retour

Encore un changement de train à Bourg-la-Reine, et me revoici à Arcueil-Cachan. Journée de ouf,

mais bien contente d'avoir revu mes parents, qui ont demandé que je revienne bientôt!

 

Sylvie, blogmestre

 

*Addendum juridique: mes parents ont été placés en 2015 sous tutelle et curatelle d'une mandataire de justice extérieure, par décision de justice, alors que j'avais demandé ces tutelle et curatelle, que j'exerçais de fait jusque là. Un certain nombre de témoignages faux et irrecevables en justice ont permis de me faire passer pour "toxique" pour mes parents, d'où l'ordonnance qui a limité ma présence auprès d'eux à quelques heures. J'ai fait appel mais n'ai pas été entendue à l'audience, parce que, coincée dans la file d'attente à l'entrée du Palais de justice de Paris le jour de cette audience, je me suis présentée en retard de trois quarts d'heure à l'audience, la juge d'appel a alors estimé que mon temps pour être entendue était passé. Je pense qu'il est de la responsabilité du Palais de justice de laisser entrer en priorité les justiciables convoqués, et ce n'était pas le cas, puisque nous entrions au même rythme que les touristes. Il ne s'agit donc pas d'un jugement contradictoire mais je n'ai pu en demander la cassation, faute de pouvoir payer la partie des frais d'avocat m'incombant pour obtenir l'assistance d'un avocat aux Conseils qui m'aurait permis de présenter cette demande de cassation de la décision d'appel auprès de la Cour de cassation.

Partager cet article

Repost 0
Published by Blog des choristes des CP13
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d'une choriste parisienne vagabonde
  • Le blog d'une choriste parisienne vagabonde
  • : Ex-blog des choristes des Choeurs de Paris 13, lieu d'échanges entre les choristes de Paris, de France, de Navarre et d'ailleurs! Instrumentistes de toutes cordes, vocales ou autres, bienvenue aussi!
  • Contact

Recherche