28 décembre 2016 3 28 /12 /décembre /2016 19:57

Hier soir, je suis allée entendre le Requiem de Mozart donné en concert par le Choeur Amadeus

et l'orchestre Jean-Louis Petit, sous la direction de celui-ci, en l'église de la Madeleine.

Mozart à la Madeleine

J'arrivai place de la Madeleine vers 20h45. L'église était déjà pleine aux deux-tiers, d'une foule serrée d'auditeurs.

Je parvins à trouver une place sur le côté dans les dix premiers rangs. L'exposition des "hommes-flûtes" ne

baignait plus l'église de la Madeleine d'une douce lumière bleutée, et il n'y avait pas de décorations de Noël,

ce qui me surprit (l'an dernier, il y avait des anges et des étoiles au plafond...)

Mozart à la Madeleine

Le concert du Nouvel-An du Choeur Amadeus, auquel j'avais participé l'an dernier, semblait avoir été déplacé

au 27 décembre. Le bénéfice pour le choeur, c'est que davantage de choristes semblaient disponibles à cette date,

 ils étaient assez nombreux, plus nombreux que nous l'avions été le 31 décembre 2015.

Mozart à la Madeleine

Le concert commença par deux Ave Maria, de Schubert et de Gounod, chantés par une soliste que je ne

connaissais pas encore (et dont le nom m'est resté inconnu). Puis le choeur se mit en place, et chanta le

Cantique de Jean Racine de Gabriel Fauré, suivi de l'Ave verum corpus de Wolfgang A. Mozart.

Une jeune femme vint occuper la dernière place vide de la rangée, à côté de moi, entre les deux Ave, car l'acoustique

était difficile à l'endroit où elle était placée. Etait-ce le froid? La réverbération fut importante toute la soirée.

 

Le Requiem de Mozart suivit cette première partie, il y eut une belle envolée sur le Kyrie, saluée par

des applaudissements, mérités, arrêtés par le Dies irae. Je chantais mentalement avec le choeur, mais mon appui moral

n'empêchait pas les facéties de la réverbération. Voici le début du Confutatis, à deux voix d'hommes,

puis deux voix de femmes sur le Voca me, puis deux voix d'hommes sur la reprise du Confutatis:

 

 

C'était assez déconcertant, cette réverbération, qui semblait sévir au hasard. Le choeur fit un très joli Ne cadant,

bien net, bien haut en soprane, un superbe Rex tremendae, mais il y eut un peu de flottement dans l'un

des Quam olim Abrahae, probablement parce que les choristes ne s'entendaient plus assez d'un pupitre à l'autre,

ce qui est très gênant dans une fugue serrée comme l'est celle-là! Mais j'ai trouvé qu'ils avaient bien assuré,

et qu'ils avaient eu beaucoup de mérite car l'acoustique était vraiment déroutante hier soir. Bravo! Jolie soirée.

Voici un extrait du finale du Requiem de Mozart: Cum sanctis tuis.

 

 

Le choeur et l'orchestre furent applaudis et rappelés, puis nous sommes ressortis de l'église

de la Madeleine, vers 22h15, ou un peu après, la place de la Concorde brillait dans la nuit.

 

Sylvie, blogmestre

Mozart à la Madeleine

Partager cet article

Repost 0
Published by Blog des choristes des CP13
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d'une choriste parisienne vagabonde
  • Le blog d'une choriste parisienne vagabonde
  • : Ex-blog des choristes des Choeurs de Paris 13, lieu d'échanges entre les choristes de Paris, de France, de Navarre et d'ailleurs! Instrumentistes de toutes cordes, vocales ou autres, bienvenue aussi!
  • Contact

Recherche