10 décembre 2016 6 10 /12 /décembre /2016 16:06

J'ai entendu hier soir un très beau Messie (il s'agit de l'oratorio de Haendel!) en l'église

Saint Germain des Prés, donné par l'orchestre et le choeur Paul Kuentz.

Messie à Saint-Germain des Prés

Ci-dessus l'affichette du concert, récupérée à l'entrée de l'église. Le choeur et l'orchestre donneront

un troisième concert Messie identique le 1er janvier 2017, en l'église Saint-Pierre de Montrouge.

J'avais pu réserver une place de 1ère catégorie à tarif réduit, et j'étais au 5è rang, une chance.

Messie à Saint-Germain des Prés

Saint Germain des Prés est une église ancienne de taille moyenne, qui a une belle acoustique.

Depuis que je la fréquente, elle est toujours en restauration... Le crucifix imposant qui surplombait les sopranes,

dont j'étais, pendant un Requiem de Mozart du Festival Musique en l'Ile de l'été 2011, a été enlevé.

De ce concert, je me souvenais que l'acoustique était gratifiante pour les choristes...  un son porté, agréable.

Messie à Saint-Germain des Prés

Voici le choeur et l'orchestre en place avant le début du concert. Quand l'orchestre attaqua l'introduction,

à la finesse du jeu des cordes, je sus que ce serait un très beau concert. Les deux solistes ténor

et baryton se succédèrent avant le premier choeur "And the glory of the Lord", puis la première partie

de l'oeuvre se déroula, avec son alternance de choeurs et de solis. Je notai la voix somptueuse

de l'alto, et celle, lyrique baroque de la soprano (que j'aurais volontiers entendue dans Armide...!)

La qualité de l'orchestre brilla pendant tout le concert, que ce soit les cordes ou la trompette.

Le choeur était très performant, les sopranes avaient des voix bien timbrées et fraïches, j'entendais

moins les alti, qu'un pilier vénérable et multicolore me dissimulait, les deux pupitres masculins se

donnaient beaucoup de mal, étant en effectif moindre, ce qui constituait un handicap pour les ténors (nous

avions aussi eu une rareté de ténors dans cette oeuvre à la Madeleine en 2014, lors d'un concert non CP13).

Les solistes étaient Erminie Blondel, Sacha Hatala, André Abdelmassih, et Jean-Baptiste Alcouffe,

que l'on voit au premier rang devant le choeur sur la photo ci-dessous.

Messie à Saint-Germain des Prés

Il y eut un entracte après la première partie de l'oeuvre, la partie joyeuse. Le concert reprit sur

la seconde partie, celle de la crucifixion, et du poids des péchés de l'humanité. Cette deuxième partie

est celle du choix du chef, car l'oeuvre serait trop longue pour être jouée intégralement. La première partie l'est peu

ou prou (tous les choeurs y étaient), ici la deuxième partie pour le choeur était composée de "Behold the

lamb of God", du triptyque "Surely, he hath borne our griefs", "And with his stripes", et "All we like sheep",

puis "Lift up your heads", "Hallelujah"... ici l'assemblée s'est levée, et Paul Kuentz s'est retourné vers

nous pour nous inciter à chanter (toujours inconfortable quand on chante dans les aigus et que personne

d'autre ne chante la même chose alentour..!) puis nous nous sommes rassis, et le concert continua par

la troisième partie de l'oeuvre "Since by man came death" (et c'est ici, pour les solistes, que se place

"The trumpet shall sound", très joli duo de trompette et de baryton), et finalement "Worthy is the Lamb",

suivi du "Amen" final. Le concert s'est terminé sous les applaudissements du public,  debout.

Messie à Saint-Germain des Prés

A la fin du concert, Paul Kuentz prit la parole, nous expliqua l'origine de l'écoute debout de l'Hallelujah

(c'est le roi qui aurait donné l'exemple en se levant), et plaisanta, puis nous proposa un bis de ce morceau,

à condition que nous chantions aussi. Il nous remercia à la fin, il y avait donc d'autres choristes dans le

public qui savaient aussi le morceau par coeur, ouf! C'était un très beau concert de fêtes, je recommande

très chaudement celui du 1er janvier aux lecteurs de ce blog qui aiment le Messie de Haendel.

Le concert a duré environ 2h30, entracte compris. J'ai fait un tour du côté des cordes avant de partir...

Messie à Saint-Germain des Prés

Et vous avez en prime le public enchanté du concert, au premier rang!

 

Sylvie, blogmestre

 

PS: selon les chefs de choeurs, il y a dans toute oeuvre un passage révélateur de la qualité du concert....

Maximilien Frémiot, qui dirigea les CP13 dans le Messie en 2013 disait que le choeur sensible de

cette oeuvre, c'était le dernier de la première partie "His yoke is easy",  Il fut ici splendide.

Partager cet article

Repost 0
Published by Une choriste parisienne vagabonde
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d'une choriste parisienne vagabonde
  • Le blog d'une choriste parisienne vagabonde
  • : Ex-blog des choristes des Choeurs de Paris 13, lieu d'échanges entre les choristes de Paris, de France, de Navarre et d'ailleurs! Instrumentistes de toutes cordes, vocales ou autres, bienvenue aussi!
  • Contact

Recherche