27 décembre 2016 2 27 /12 /décembre /2016 17:26

La Comédie Française a exhumé une pièce de 1734, enterrée à la suite d'une cabale, après

seulement deux représentations. L'heureux auteur du trésor retrouvé s'appelle Pierre de Marivaux,

académicien à venir en 1734, et l'oeuvre remise sur les planches, "Le petit-maître corrigé".

Le Marivaux nouveau est arrivé!

La mise en scène est de Clément Hervieu-Léger, à qui l'on doit aussi l'idée de reprendre cette pièce

oubliée, trois siècles après la cabale. Elle se joue actuellement dans la salle Richelieu,

en alternance avec les Damnés, complet jusqu'à l'ultime représentation. Je l'ai vue le 24 décembre.

Le Marivaux nouveau est arrivé!

J'avais une place à l'extrémité de la galerie, au 3è rang, mais avec une très bonne visibilité sur la partie

de la scène visible de cet angle. A notre arrivée dans la salle Richelieu, le rideau était ôté, les entrailles

de l'arrière-scène étaient visibles, et la scène était couverte d'un monticule d'herbe mi-verte, mi-séchée.

Le Marivaux nouveau est arrivé!

Ayant commencé à ressentir des démangeaisons légères, je me suis demandé si l'herbe artistiquement arrangée sur

la scène n'y était pas pour quelque chose... Ce n'est pas allé plus loin. Néanmoins, pour les personnes au terrain atopique,

je suggèrerais d'emporter un comprimé anti-histaminique avec vous, si vous êtes sensible au foin et allez voir cette pièce.

Autrement, c'était sympa, la scène transformée en dune couverte d'herbes, avec la mer peinte au fond!

 

 

Ci-dessus, une photo du site de la Comédie Française, on s'y croirait, n'est-ce pas?

La pièce est en costumes d'époque néo-Louis XV, que j'ai toujours trouvés particulièrement seyants,

que ce soit les robes à paniers et corsets féminins, ou les justaucorps et habits masculins.

Loïc Corbery, le petit-maître de l'histoire, est très à l'aise en vêtements XVIIIè et catogan, qu'il prend bien soin de

remettre en place lorsqu'il enfile sa veste, et que l'on a même maquillé pour la circonstance.

Avant les muscadins et les merveilleuses, il y eut donc les petits-maîtres... Ce sont de jeunes gens

parisiens, dont le physique avantageux leur vaut de multiples conquêtes, et qui ont l'habitude de prendre

leur succès à la légère, légèreté qu'ils montrent en tout. La vie est une grande fête où l'on s'amuse!

Le petit-maître de Marivaux s'appelle Rosimond, et il vient en province épouser la jeune et belle Hortense.

Le Marivaux nouveau est arrivé!

Celle-ci est choquée par sa désinvolture, et son incapacité à manifester ses sentiments.

Avec sa suivante Marton, fine mouche qui joue les benêtes, elle décide de lui donner une leçon.

Comme toujours chez Marivaux, il y a un pendant à Marton, qui s'appelle Frontin, valet de Rosimond.

Nous avons aussi un couple parental, le comte, père d'Hortense, et la marquise, mère de Rosimond.

L'affaire se complique avec l'arrivée de Dorimène, amante parisienne de Rosimond, qui vient en province

empêcher le mariage, avec Dorante, ami du fiancé, qu'elle va tenter de lui substituer dans les faveurs

d'Hortense. Le pauvre Rosimond, Parisien précieux qui craint le ridicule de l'aveu de sentiments tendres

qu'il redoute d'éprouver, et qui en est incapable, décalé dans une province plus directe, s'enferre.

Mais Hortense qui l'a bien secoué le prend en compassion et lui tend des perches pour qu'il se sorte de

ce marécage de faux-semblants, fut-ce au prix d'un aveu douloureux et bien peu parisien. Enfin, il y

parvient, Dorimène repart pour Paris avec Dorante, et tout finit pour le mieux.

Le Marivaux nouveau est arrivé!

Je ne dirais pas que c'est un très grand Marivaux, mais c'est subtil et bien vu, très bien joué et la

distribution est très belle, parfaite pour un soir de Noël! La marquise était Dominique Blanc, le comte

Didier Sandre, Marton Adeline d'Hermy, Dorimène Florence Viala, Hortense Claire de la Rüe du Can,

Frontin Christophe Montenez, Dorante, Pierre Hancisse, et Ji Su Jeung la suivante de Dorimène.

Et bien sûr Loïc Corbery, dans le rôle titre (déjà vu en duo avec Adeline d'Hermy dans "La double inconstance"  du

même Marivaux l'an dernier). Une soirée très agréable, bienvenue donc, et longue vie au nouveau Marivaux!

 

Sylvie, blogmestre

Partager cet article

Repost 0
Published by Blog des choristes des CP13
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d'une choriste parisienne vagabonde
  • Le blog d'une choriste parisienne vagabonde
  • : Ex-blog des choristes des Choeurs de Paris 13, lieu d'échanges entre les choristes de Paris, de France, de Navarre et d'ailleurs! Instrumentistes de toutes cordes, vocales ou autres, bienvenue aussi!
  • Contact

Recherche