29 novembre 2016 2 29 /11 /novembre /2016 09:32

Il y avait hier soir au grand auditorium de la Maison de la radio un ciné-concert, dont j'ai eu le

grand plaisir d'être spectatrice. Le film projeté était Métropolis de Fritz Lang,

accompagné par une improvisation à l'orgue de Thierry Escaich.

 

Metropolis

Le placement étant libre, je suis partie plus tôt, à 18h53 en gare d'Arcueil* pour pouvoir choisir ma place de cinéma.

Arrivée à la Maison de la radio, ce ne fut cependant pas le cas, car les places de face du 1er balcon convoitées

étaient en partie réservées, en partie déjà occupées. Je me suis assise en loge 3 du 1er balcon, deuxième rang,

 3è place (siège 43 il me semble), entre deux messieurs et deux étudiantes.

Metropolis

Voici le dispositif de projection, un écran au fond de l'auditorium, derrière la corbeille choeur, par dessus

les tuyaux de l'orgue, dont la console est visible en dessous de l'écran. La console de l'orgue est

équipée d'un écran vidéo qui projette le film pour l'organiste qui l'accompagne musicalement.

Metropolis

Ci-dessus le public dans l'auditorium quelques minutes avant le début de la projection, réparti

le plus de face possible, quoique la position en biais ne déformait pas la vision, du moins à l'endroit

où j'étais placée. Le film fut introduit par un commentateur, qui a attiré notre attention sur des

particularités qui m'avaient échappé jusque là. "Metropolis" est un film de 1927, estimé être le chef

d'oeuvre de Fritz Lang, réalisateur allemand qui s'exilera aux USA pendant la guerre. Personnellement,

je préfère M. le Maudit, qui n'est pas un film muet. Metropolis, donc, est une oeuvre basée sur un roman

de Théa von Harbou, qui était en 1927 l'épouse de Fritz Lang. Il s'agit d'une oeuvre expressionniste,

regorgeant de références bibliques, nous fit remarquer le commentateur, qui cita le père du héros

qui s'appelle "Joh", diminutif de Jéhovah, et dont le fils Ferder est le "médiateur" qui manque

aux hommes. L'héroïne féminine, elle, s'appelle Maria. On trouve aussi dans ce film la tour

de Babel, Moloch-Baal, et sa fin rappelle  Notre-Dame de Paris de Victor Hugo...

 

 

 

L'histoire est à la fois simple et compliquée... Metropolis est une ville futuriste (certaines vues

rappellent étrangement le "5è élément" de Luc Besson)  divisée en deux parties: le haut et le bas. En haut

dans les gratte-ciel de la ville vivent les familles aisées, et dans les entrailles de la terre, les ouvriers

exploités triment sans relâche pour faire tourner les machines qui alimentent leurs "frères" du dessus.

Maria est une jeune fille pauvre qui tente de rapprocher les deux parties. Le fils de Joh Ferdersen,

dirigeant de Metropolis, tombe amoureux de Maria, et prend conscience de la vie d'esclaves des

ouvriers. Ceux-ci révèrent Maria, dans les vieilles catacombes de la ville. Voyant cela, Joh demande

au savant fou Rotwang qui a créé une machine humaine, de la faire à l'image de Maria pour

détruire son emprise sur les ouvriers. La machine Maria est plus démoniaque que céleste...


 

 

Assise sous un pentagramme retourné, signe satanique, elle danse presque nue dans un

cabaret et échauffe les sens des jeunes gens fortunés. Dans les catacombes, elle pousse les

ouvriers à détruire les machines qui alimentent la ville en énergie, entraînant une catastrophe

souterraine spectaculaire, à laquelle les enfants des ouvriers échappent grâce à la bravoure de la

vraie Maria (la fausse a été brûlée sur un bûcher!), et de Freder. Le caractère extraordinaire de ce film,

 

 

en plus de ses aspects futuristes (le film a 90 ans quand même!) c'est son gigantisme, ses dizaines

de milliers de figurants, hommes, femmes et enfants, ses mécaniques démesurées

et sa destruction violente et spectaculaire, dans les torrents d'eau et les arcs électriques qui

jaillissent de partout. Même en noir et blanc, même avec les moyens techniques de 1927,

 

 

le résultat impressionne. La musique improvisée par Thierry Escaich sur l'orgue du grand auditorium

soulignait l'action à l'écran. La musique d'origine était orchestrale, comme sur la bande-annonce.

Thierry Escaich fut très applaudi pour son improvisation, il vint saluer à l'avant de la scène.

Metropolis
Metropolis

Le film durait 2h30, nous sommes ressortis vers 22h40 de la Maison de la radio,

j'ai repris le RER C à la station Avenue du Président Kennedy à 22h44**.

 

Sylvie, blogmestre

 

PS: hier soir 29 novembre, entre 21h et 22h30, on a bloqué mon accès à Overblog avec beaucoup

de détermination, comme s'il y avait un enjeu dans le fait que je puisse mettre à jour cet article,

et qu'on souhaitait absolument m'en empêcher. J'y suis parvenue quand même...

Metropolis
Metropolis

Partager cet article

Repost 0
Published by Blog des choristes des CP13
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d'une choriste parisienne vagabonde
  • Le blog d'une choriste parisienne vagabonde
  • : Ex-blog des choristes des Choeurs de Paris 13, lieu d'échanges entre les choristes de Paris, de France, de Navarre et d'ailleurs! Instrumentistes de toutes cordes, vocales ou autres, bienvenue aussi!
  • Contact

Recherche