26 novembre 2016 6 26 /11 /novembre /2016 09:12

J'ai vu hier soir au cinéma La Pléiade de Cachan le dernier film d'Emmanuelle Bercot, inspiré du

combat d'Irène Frachon, pneumologue au CHU de Brest, et de quelques autres personnes de

courage, pour dénoncer la toxicité du Médiator, et faire retirer ce médicament du commerce, en 2009.

La fille de Brest

J'arrive deux minutes après le début du film et m'assieds en silence dans le noir. A l'écran, dans le

bloc opératoire d'un hôpital, un thorax humain ouvert montre un coeur qui bat de moins en moins. Le

chirurgien sort un petit morceau cartilagineux, c'est une valve cardiaque épaissie, qui n'assure plus sa

fonction de porte étanche entre le ventricule et l'oreillette du coeur, et laisse circuler le sang en continu.

Cette observation, répétée, a attiré l'attention d'une pneumologue exerçant dans un hôpital breton, tout

au bout du Finistère, à Brest. Elle semble corrélée à la prise d'un médicament anti-diabétique qui a aussi

été prescrit hors AMM comme coupe-faim à des personnes en surpoids. Un médicament qui est sur

le marché depuis 30 ans, doté d'une autorisation de mise sur le marché pour traiter le diabète, mais

pas pour faire maigrir. On estime ainsi qu'un tiers des patients traités par Médiator, pour surpoids, ont échappé

à la surveillance de la pharmacovigilance. Le benfluorex, molécule du Médiator, est un amphétaminique anorexigène

(qui coupe l'appétit), libérant dans le corps de la norfenfluramine, appartenant à la famille des fenfluramines. Or, en

1997, une autre fenfluramine, l'Isoméride, a été reconnue responsable de valvulopathies cardiaques aux USA et

retirée de la vente, ainsi que dans les pays européens, France comprise. Les soupçons qui pèsent sur le Médiator

reposent donc sur un précédent scientifique connu. Cependant, sa prescription  et sa vente persistent en France.

 

Irène Frachon a révélé l’affaire du Mediator, ce coupe-faim responsable de lésion sur les valves cardiaques.

 

Irène Frachon, ci-dessus, interprétée dans le film par Sidse Babett Knudsen, la plus française des actrices danoises,

ou l'inverse, recrute des confrères pour se lancer dans une recherche, elle-même n'étant pas chercheur,

ni cardiologue. L'équipe d'épidémiologie du CHU de Brest se met au travail, recense les patients

souffrants de valvulopathies de cause inconnue, qui auraient pris du Médiator, et trouve une effarante

corrélation de 70% des cas... Un premier passage devant l'Afssaps (Agence française de sécurité sanitaire

des produits de santé) se solde par un échec, mais suscite des sympathies. Le milieu des autorités

de santé est décrit avec minutie. On ne manque pas de railler cet hôpital breton qui veut faire entendre

un scandale de santé publique qui aurait échappé aux pontes parisiens... A chaque avancée de l'hôpital

breton, une musique de cornemuse se fait entendre, comme un petit cri de victoire. L'épidémiologue

qui a mené et publié la recherche, interprété par Benoît Magimel, est suspendu par l'Institut national

de la recherche médicale (INSERM), et part au Canada... La patiente opérée du coeur meurt...

 

Irène Frachon écrit un livre "Médiator, combien de morts?", dont le titre est censuré, et l'envoie tous

azimuts. Les médias se réveillent enfin, et le ministère de la santé propose, il était temps, de faire

quelque chose! En l'occurrence, Xavier Bertrand, ministre de la santé de l'époque, propose une

indemnisation aux patients concernés, contre le retrait de leur action en justice. Il y eut à l'époque un tollé

des tenants de l'action en justice (qui n'a pas encore abouti, selon le film), qui m'avait fait réagir sur les forums:

dans l'urgence on indemnise les victimes (lire le commentaire de l'article en lien en bas de page) d'abord, on

juge après. Mais on juge aussi. Irène Frachon, dont la vie est devenue un polar, a réussi à crever l'abcès.

 

 

 

Très bon film, bien joué, très bien documenté, tourné in-situ au CHU de Brest. C'est un drame,

une tragédie, ce que les saillies et le grand sourire de l'actrice principale, lumineuse comme d'habitude, ne laissent

peut-être pas entrevoir sur la bande-annonce. Il y aurait eu, pour répondre à la question du titre du livre

de la pneumologue, 500 à 1000 morts par valvulopathies du fait de ce médicament, qui aurait dû être retiré

de la vente dès que l'on a retiré l'Isoméride du marché, en 1997. Le Médiator a été retiré du marché en 2009.

Je crois que c'est un film à voir, pour comprendre comment fonctionne la surveillance du système de

sécurité des médicaments, et combien il est difficile de soulever une toxicité inconnue. N'importe qui

peut-être victime d'un traitement lors d'une situation de fragilité physique (ça m'est arrivé il y a 23 ans,

j'ai été conspuée, mais jamais indemnisée). Il est crucial que des témoins puissent signaler ce qu'ils ont

observé, et que ces observations soient prises en compte. Bravo aux Brestois pour leur courage!

 

Sylvie, blogmestre

Partager cet article

Repost 0
Published by Blog des choristes des CP13
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d'une choriste parisienne vagabonde
  • Le blog d'une choriste parisienne vagabonde
  • : Ex-blog des choristes des Choeurs de Paris 13, lieu d'échanges entre les choristes de Paris, de France, de Navarre et d'ailleurs! Instrumentistes de toutes cordes, vocales ou autres, bienvenue aussi!
  • Contact

Recherche