10 novembre 2016 4 10 /11 /novembre /2016 09:14

L'Opéra Bastille donne les Contes d'Hoffmann, unique opéra de Jacques Offenbach,

du 3 au 27 novembre 2016. J'étais hier soir à la représentation du 9 novembre.

Contes d'Hoffmann
Contes d'Hoffmann
Contes d'Hoffmann

L'opéra commençait à 19h30. Je l'avais déjà vu dans une autre mise en scène, à Mulhouse, à l'époque de

mes études originelles, et en gardais le souvenir d'un scénario un peu confus (à l'époque, il n'y avait pas internet

pour télécharger quelques pages d'explications avant le spectacle!) J'avais pu acheter une place

de 9è catégorie, à la revente, ce qui correspondait à la plus haute galerie.

Contes d'Hoffmann

Ci-dessus, la vue très plongeante de la plus haute galerie. L'orchestre de l'Opéra national de Paris, ses

choeurs, et les solistes, étaient dirigés par Philippe Jordan, et la mise en scène était de Robert Carsen.

Contes d'Hoffmann
Contes d'Hoffmann

Les Contes d'Hoffmann ont été créés, à titre posthume, en 1881, le livret a été écrit à partir de l'oeuvre

d'un écrivain et compositeur allemand du même nom. Il s'agit de l'un des opéras en langue française les

plus représentés au monde. On y retrouve l'espièglerie et l'humour de l'auteur des opérettes, mais

l'oeuvre appartient à la catégorie tragique et sérieuse, quoique la bouffonnerie ne soit jamais loin.

 

L'intrigue est la suivante: Hoffmann est un poète aux amours malheureuses, qui noie ses tourments

dans la boisson. Accompagné de sa Muse, déguisée en étudiant Nicklausse, Hoffmann courtise

Stella, une cantatrice dont il est l'amant. Au comptoir d'un zinc, il raconte à ses camarades

de bouteille trois histoires d'amours ratées. Il y eut Olympia, qui l'éblouit tant qu'il ne s'aperçut pas

qu'il s'agissait... d'un automate. Ici, le génie bouffon d'Offenbach se réveille, et la séquence Olympia vire au fou

rire pour les spectateurs, soutenue par une mise en scène suggestive, et une interprète (Nadine Koutcher) extraordinaire.

Les solistes et Philippe Jordan aux saluts (Olympia en blanc à droite)

Les solistes et Philippe Jordan aux saluts (Olympia en blanc à droite)

Olympia ayant été dézinguée par un personnage récurrent sous plusieurs formes, qui est

probablement le Diable, Hoffmann s'éprend d'Antonia, une jeune chanteuse malade, que la créature

diabolique va pousser à chanter à la limite de ses forces et de sa vie.  Il y a ici une mise en abyme,

la scène représentant une scène et un orchestre, l'acte se termine avec deux orchestres, celui qui est dans la fosse,

et celui qui est sur la scène, devant la scène qui est sur la scène (suis-je claire?) Après la mort d'Antonia,

Hoffmann s'éprend de Giulietta (c'est ici que se place le passage le plus connu de l'opéra:

la Barcarolle), qui est une courtisane, et lui vole son reflet (vampire!) La mise en scène, totalement

dépouillée au début, puisque la scène est vide au commencement de l'opéra, se complexifie peu à peu. Dans ce

4è acte, la Barcarolle donne lieu à une deuxième mise en abyme, ce sont les spectateurs que l'on voit, dans

leurs sièges, derrière le grand rideau de la scène, qui a été retourné, et les sièges oscillent par rangée, à droite,

à gauche...Hoffmann n'a plus de reflet, et le nôtre est parti sur la scène! Après un duel, où Hoffmann occit

un rival passé, on retourne à  la taverne du début (je maintiens que le scénario est un peu confus).

Hoffmann affirme que les trois femmes n'en font qu'une seule, Stella. La Muse proteste, et l'opéra

se termine dans les larmes, car "les pleurs et la souffrance rendent grand".

Contes d'Hoffmann

Ci-dessus les choeurs de l'opéra, en costumes multicolores, excellents comme toujours.

Hoffmann était interprété par Ramon Vargas, et la Muse par Stéphanie d'Oustrac.

Le spectacle s'est terminé un peu après 23h, sous les applaudissements et les rappels.

Je recommande chaudement cet opéra, on passe une superbe soirée!

La salle était très pleine, et j'étais très haut, le flot du public sortit avant moi, et je repris le métro à 23h14*

 

Sylvie, blogmestre

Contes d'Hoffmann

Partager cet article

Repost 0
Published by Blog des choristes des CP13
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d'une choriste parisienne vagabonde
  • Le blog d'une choriste parisienne vagabonde
  • : Ex-blog des choristes des Choeurs de Paris 13, lieu d'échanges entre les choristes de Paris, de France, de Navarre et d'ailleurs! Instrumentistes de toutes cordes, vocales ou autres, bienvenue aussi!
  • Contact

Recherche