16 septembre 2016 5 16 /09 /septembre /2016 15:39

Il y avait hier soir un concert de rentrée à l'Opéra Bastille, dirigé par Philippe Jordan,

où l'Orchestre de l'Opéra national de Paris déployait ses musiciens sur scène au lieu de

les enserrer dans la fosse en sous-sol, comme c'est l'usage pour les opéras. Au programme, pour notre

plus grand plaisir, des extraits symphoniques de la Tétralogie de Richard Wagner.

Soirée Wagner de rentrée

J'avais un billet acheté d'occasion au deuxième balcon, dans un endroit que j'aurais trouvé très vertigineux

l'an dernier. Quelqu'un près de moi est entré en disant "Hou! C'est vertigineux!", ce qui m'a fait sourire,

m'étant habituée à la salle, ses vertiges ne m'impressionnent plus. Voici la vue sur scène de ma place:

Soirée Wagner de rentrée

Impressionnant quand même, n'est-il pas? Le billet n'étant pas à mon nom, précisons que j'étais partie d'Arcueil-gare

à 19h15*, arrivée à la station Bastille à 19h50**, la sonnerie retentissant alors que je grimpais au 4è étage.

Voici la couverture du programme, récupéré plus haut en deux exemplaires, car ma voisine avait assez grimpé.

Soirée Wagner de rentrée

La date du concert était à l'intérieur, et bonne nouvelle, vous pourrez en profiter en radiodiffusion!

Soirée Wagner de rentrée

Nous avons entendu, de l'Or du Rhin, le prélude, les interludes, et l'entrée des dieux au Walhalla;

puis de La Walkyrie, la chevauchée des Walkyries, et l'Incantation du feu; puis de Siegfried,

les Murmures de la forêt. Après un entracte, qui m'a permis de lire quelques pages très wagnériennes dans

le programme, nous avons entendu, du Crépuscule des dieux, le voyage de Siegfried sur le Rhin,

la Marche funèbre, et l'Immolation de Brünnhilde. Voici l'Orchestre national de l'Opéra de Paris:

Soirée Wagner de rentrée

Comme vous pouvez le voir, la scène était gainée d'une conque acoustique, techniquement utile,

mais visuellement contribuant à l'assombrissement de l'ensemble (le sol est sombre, les costumes sont noirs,

heureusement qu'il y a les cuivres et les tubas, wagnériens ou non, qui brillent!)

Soirée Wagner de rentrée

Ci-dessus, une partie des cuivres. Les tubas conçus spécialement par Wagner pour la Tétralogie,

hybrides de cor et de tuba, sont à droite de la dernière rangée. Précisons que ces tubas wagnériens

ont été utilisés par Anton Bruckner dans sa 7è symphonie (oui oui, celle dont je dois parler dans

mon article en retard sur le cycle Barenboïm), en hommage à Wagner.

 

Le concert était grandiose, chuchotant ou tonitruant, vibrant, dirigé par Philippe Jordan toujours excellent,

en pleine forme et paraissant enchanté de retrouver son orchestre et son public. La partie de Brünnhilde

fut chantée par la soprano Anja Kampe, que le chef embrassa à la fin, et qui fut rappelée jusqu'à

ce que les musiciens donnent le signal du départ.

Soirée Wagner de rentrée

Un superbe concert à réécouter sur France Musique, très fort (Wagner, ça s'écoute fort, disait mon père

en imposant la Tétralogie à tout son immeuble, qui n'en demandait pas tant...) avec une bonne chaîne!

 

Sylvie, blogmestre

Soirée Wagner de rentrée
Soirée Wagner de rentrée

Partager cet article

Repost 0
Published by Blog des choristes des CP13
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d'une choriste parisienne vagabonde
  • Le blog d'une choriste parisienne vagabonde
  • : Ex-blog des choristes des Choeurs de Paris 13, lieu d'échanges entre les choristes de Paris, de France, de Navarre et d'ailleurs! Instrumentistes de toutes cordes, vocales ou autres, bienvenue aussi!
  • Contact

Recherche