22 septembre 2016 4 22 /09 /septembre /2016 08:36

L'orchestre de Paris a donné hier soir en concert, sous la baguette de son nouveau chef Daniel Harding,

la 10è symphonie de Mahler, et la donnera à nouveau ce soir, dans la grande salle de

la Philharmonie de Paris. J'étais au concert de ce 21 septembre.

Harding-mania

La salle était très pleine, mais il restait quelques places vides, peut-être des personnes ayant constaté que Mahler

n'était réputé avoir écrit que 9 symphonies complètes et jouées, tardivement prises de doutes?

La grande salle de la Philharmonie vue de l'arrière-scène

La grande salle de la Philharmonie vue de l'arrière-scène

Je cite à ce propos le livret qui nous a été distribué, il y avait "une malédiction du chiffre 9, nombre

indépassable des symphonies de Beethoven" (rappelez-moi combien Mozart a écrit de symphonies jouées...)

La 10è symphonie posthume de Mahler, est en fait une reconstruction orchestrée par Deryck Cooke en

1960 à partir de fragments et d'esquisses non orchestrées. Elle compte cinq mouvements. Il y eut

d'autres orchestrations, mais celle de Cooke est la plus communément admise. Elle dure 75 minutes.

Harding-mania

Ce qui m'a frappée hier soir, c'est l'engouement, le coup de coeur (amplement mérité) du public pour le

jeune chef britannique. Ce deuxième concert auquel j'assistai en cinq jours souleva le même enthousiasme

de la part du public présent. Daniel Harding galvanise ses musiciens et le public. D'ailleurs, le magazine

Cadences de ce mois va plus loin en titrant "Daniel Harding, coup de foudre", et lui consacre sa couverture.

De son côté, il fait de son mieux pour gommer les marques les plus apparentes de sa jeunesse, et se

donner l'air sérieux qui convient au rôle. Mais je ne crois pas que sa jeunesse dissuaderait le public.

Daniel Harding est le chef de coeur de la rentrée parisienne 2016, c'est ainsi.

L'orchestre de Paris aux saluts après le concert

L'orchestre de Paris aux saluts après le concert

La Xè symphonie de Mahler est une oeuvre de visionnaire qui sent la mort. La mort du

compositeur, qui surviendra dans l'année, et l'empêchera de la terminer, et la mort de tous ces hommes

qui s'affronteront dans le combat d'extermination de la guerre de 14-18 auquel son pays prendra part.

L'angoisse et les soubresauts de conscience de l'inéluctable y sont très perceptibles.

C'est aussi la suite de l'évolution de Mahler vers une musique plus symbolique et moins mélodieuse.

On a écrit de sa sixième symphonie qu'elle était angoissée, que dire de la dixième?

Un concert intéressant et magistral, bien que je lui préfèrerai les concerts Schumann et Brahms (à venir).

Daniel Harding à la tête de l'Orchestre de Paris

Daniel Harding à la tête de l'Orchestre de Paris

Voici ci-dessous la couverture du magazine Cadences de septembre./ octobre 2016

Allons-nous tous devenir Harding-maniaques? That's the question.

 

 

Sylvie, blogmestre

NB: le magazine Cadences est distribué gratuitement devant les grandes salles de concert, avant les concerts,

il traite de l'actualité de la musique classique vivante à Paris et en Ile-de-France,

ce numéro contient aussi un artcle très intéressant sur Eliogabalo

Harding-mania

Partager cet article

Repost 0
Published by Blog des choristes des CP13
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d'une choriste parisienne vagabonde
  • Le blog d'une choriste parisienne vagabonde
  • : Ex-blog des choristes des Choeurs de Paris 13, lieu d'échanges entre les choristes de Paris, de France, de Navarre et d'ailleurs! Instrumentistes de toutes cordes, vocales ou autres, bienvenue aussi!
  • Contact

Recherche