25 septembre 2016 7 25 /09 /septembre /2016 15:32

Hier après-midi, avec mes confrères chimistes, nous allions vister un lieu de mémoire de chimistes:

le musée Curie. Il n'est pas besoin d'être chimiste pour le visiter, et l'entrée est libre du mercredi au

samedi entre 13 et 17h, c'est au 1 rue Pierre et Marie Curie, dans le 5è arrondissement de Paris.

Au musée Curie

En 1898, Pierre Curie et son épouse Marie, d'origine polonaise, découvrent le polonium et le radium

qu'ils isolent à partir d'un minerai, la pechblende (qui contient surtout de l'uranium, et que l'on trouvait dans les mines

d'argent en Bohême), et qualifient la radio-activité (désintégration de noyaux atomiques instables émettant des

radiations et des particules). Ils créent l'Institut du Radium de Paris en 1914, où le bureau et le dernier

laboratoire de Marie Curie ont été conservés. C'est ce que l'on voit au musée Curie.

Ci-dessous, la chaîne de désintégration du Radium 224, considéré comme un candidat potentiel pour la médecine nucléaire,

en raison de sa courte demi-vie de 3,62 jours (comprenez qu'il n'irradiera pas trop longtemps les patients!)

 

Comme le musée n'est pas très grand, et qu'il y a déjà deux groupes à l'intérieur, nous attendons,dans

le jardin, en regardant l'exposition de photos "Paillasses et blouses blanches", et quoique les chimistes

sur les photos soient nos vénérables aînés, la contemplation des paillasses nous rajeunit tous.

Au musée Curie

A l'intérieur du musée, il y a le dernier laboratoire où exerça Marie Curie, et son bureau. Les deux

sont, d'un point de vue de chimiste, modestes et usuels. C'est surtout un lieu de mémoire.

Dans la galerie à l'entrée, des appareils à produire, transporter, mettre en oeuvre des éléments radioactifs.

Et une collection de créations radioactives et commerciales du début du XXè siècle, crème au radium

destinée à embellir la peau (tant qu'il en reste), appareils en caoutchouc radioactif à rectifier le corps...

Au musée Curie

On trouve aussi, et c'est émouvant, des écrits de Marie Curie, dans son rôle de directrice de laboratoire,

et de scientifique de très haut-niveau (seule femme double prix Nobel, de physique en 1903, de chimie

en 1911, et seule double prix Nobel dans deux disciplines scientifiques différentes). Pour vous faire

sourire, voici une invitation en bonne forme à cesser de la solliciter pour des activités de diva...

Au musée Curie

Irène, la fille aînée de Pierre et Marie Curie fut aussi une lauréate du Prix Nobel ainsi que

son époux Frédéric Joliot. Voici ci dessous la famille aux cinq prix Nobel...

Pierre, Marie, Irène Curie, et Frédéric Joliot, de gauche à droite

Pierre, Marie, Irène Curie, et Frédéric Joliot, de gauche à droite

Si vous passez par le Quartier latin... au-delà de ce qui est donné à voir, le musée est philosophiquement

intéressant par la modestie et la simplicité de son laboratoire. Les découvertes qui changent le monde

(rayons X, radiothérapie) peuvent naître de peu de choses, et de beaucoup de volonté. A méditer...

 

Sylvie, blogmestre

Partager cet article

Repost 0
Published by Blog des choristes des CP13
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d'une choriste parisienne vagabonde
  • Le blog d'une choriste parisienne vagabonde
  • : Ex-blog des choristes des Choeurs de Paris 13, lieu d'échanges entre les choristes de Paris, de France, de Navarre et d'ailleurs! Instrumentistes de toutes cordes, vocales ou autres, bienvenue aussi!
  • Contact

Recherche