22 août 2016 1 22 /08 /août /2016 20:56

Le second film de ma soirée cinéma de dimanche soir, à la Grande Halle de la Villette, se passait à

Rochefort, Charente-Maritime, ville de garnison et de pêcheurs, à l'embouchure de la Charente, dont la

première scène se déroule sur le pont transbordeur de 1900, classé depuis monument historique.

Le film est très coloré, et le régisseur aurait fait repeindre un millier de volets sur la place Colbert...

La comédie musicale a été tournée simutanément en français et en anglais, tous les acteurs sont doublés

pour le chant, sauf Danièle Darrieux, qui joue la mère des jumelles Delphine (Catherine Deneuve) et

Solange (Françoise Dorléac). "Nous sommes deux soeurs jumelles, nées sous le signe des Gémeaux,

mi fa sol la, mi ré, ré mi fa sol sol sol ré do" chantent elles sous leurs brushings laqués faisant ressembler

Deneuve à une poupée Barbie, avant qu'on la décoiffe un peu... Si la chanson parait niaise à une oreille

peu attentive, en l'écoutant mieux, on y décèle une solide dose d'humour, ou d'auto-dérision: les

demoiselles n'ont pas leur langue dans leur poche, pour les standards du langage parlé en 1966.

 

 

L'histoire: une troupe de forains s'installe dans une petite ville de province (Rochefort, donc), sur une place

un estaminet tout de verre abrite les déambulations des uns et des autres, se croisant parfois sans

se voir, ratant l'amour de leur vie à deux secondes près, fatalité! Les deux soeurs rêvent de Paris, leur

mère (Danielle Darrieux) pense à son amour passé, qui est revenu à Rochefort sans qu'elle le sache.

Jacques Perrin, en marin improbable et joyeusement désespéré, cherche son idéal féminin et dessine

Delphine qu'il n'a jamais rencontrée. Un certain Subtil Dutrouz découpe les vieilles dames qui lui ont

autrefois résisté, et dont le souvenir ne le lâche pas, tout particulièrement une certaine Lola Lola

(Marlène Dietrich dans " L'Ange bleu" de Sternberg). Les forains perdent leurs cavalières et tentent de

séduire celles qu'ils ont sous la main. Solange-Françoise rencontre Andy le pianiste (Gene Kelly), son

sourire radieux, et en tombe raide amoureuse, et lui aussi. Mais sous la surface futile de la comédie

musicale, il y a un vrai jeu de marionnettes, celui du destin. Le réalisateur démiurge choisit de réunir in

extremis chacun avec sa chacune, mais nous savons bien que la vie lance les dés à l'aveugle.

Alors nous acceptons d'y croire, pour deux heures, à cette histoire rose, et nous repartons contents.

C'est le principe des comédies musicales. On gardera l'image émouvante de Françoise Dorléac, dont le visage n'a pas la

sérénité de sa jumelle, comme si l'accident de voiture qui lui coûtera la vie était déjà inscrit dans son inconscient, prémonitoire.

Mon film préféré de Françoise Dorléac est "La Peau douce" de François Truffaut, elle y est unique, et toute en féminité.

Une place de Rochefort porte aujourd'hui le nom de Françoise Dorléac. Une place du XIVè arrondissement

de Paris porte le nom de Jacques Demy, baptisée solennellement par, entre autres, le père d'icelle blogueuse, eh oui.

 

Sylvie, blogmestre

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Blog des choristes des CP13
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d'une choriste parisienne vagabonde
  • Le blog d'une choriste parisienne vagabonde
  • : Ex-blog des choristes des Choeurs de Paris 13, lieu d'échanges entre les choristes de Paris, de France, de Navarre et d'ailleurs! Instrumentistes de toutes cordes, vocales ou autres, bienvenue aussi!
  • Contact

Recherche