1 avril 2016 5 01 /04 /avril /2016 08:25

NB: après chaque article publié dans ce blog, il perd mécaniquement un abonné. Une perte d'abonnés aussi régulière

ne me parait pas pouvoir être le fait d'abonnés qui se désabonneraient. Si vous ne recevez plus de courriels du blog,

vérifiez que vous êtes abonnés, et le cas échéant, réabonnez-vous, merci beaucoup.

 

Hier soir, il y avait un concert de l'Orchestre national de France, dirigé par Gustavo Gimeno, au Théâtre

des Champs Elysées, auquel j'ai assisté. J'avais réservé ma place sur le site de Radio France, et j'ai eu

la surprise de découvrir en arrivant que ma place était un strapontin déjà connu, assez inconfortable.

Strapontin masqué, le coquin!

Strapontin masqué, le coquin!

Comme il restait des places libres alentour au premier balcon, je me suis relocalisée

au premier rang, entre deux messieurs et une dame, à qui un autre strapontin masqué avait échu.

Voici le théâtre vu de ma nouvelle place:

Théâtre des Champs-Elysées du premier rang du premier balcon

Théâtre des Champs-Elysées du premier rang du premier balcon

Le programme était composé de la 31è symphonie de Wolfgang Amadeus Mozart,

des "Illuminations" de Benjamin Britten, une mise en musique de poèmes d'Arthur Rimbaud,

chantés somptueusement par Patricia Petibon, d'airs et arias de WA Mozart pour soprano et petit

orchestre, et de la suite de Béla Bartok, pour très grand orchestre, intitulée "Le mandarin merveilleux".

L'Orchestre national de France

L'Orchestre national de France

J'avais déjà entendu la 31è symphonie de Mozart, intitulée "Paris", au grand auditorium de la Maison

de la radio, qui déplaçait ce 31 mars l'Orchestre national de France au Théâtre des Champs Elysées.

C'est une symphonie dont Mozart était très content, en trois mouvements, dont un premier mouvement

"péremptoire". Il avait écrit cette symphonie "pour plaire aux Parisiens". Mozart a quand même

"récité un chapelet"  avant de l'entendre jouer au Palais-Royal en 1778, nous informe indiscrètement le livret... C'est

une symphonie brillante et enjouée, "enlevée, avec quelques fulgurances mozartiennes".

 

"Les illuminations" de Britten, créées en 1940 à Londres, sur des poèmes de Rimbaud, pour soliste

soprano et orchestre, étaient chantées par Patricia Petibon, dont j'ai trouvé que cette partition

étrange et exigeante sublimait la voix. Elle était vêtue en Pierrot féminin, avec une coiffure faite

de tresses et de crêpage étiré vers le côté, plantée de petites fleurs colorées. Tandis qu'elle chantait,

à l'arrière de la scène, des nébuleuses multicolores étaient projetées. "J'allais sous le ciel, Muse,

et j'étais ton féal..." écrivait Rimbaud dans la Bohême. Voici un lien vers les textes des Illuminations

de Rimbaud. Nous étions tous suspendus aux accents de la soliste à l'étrange parure.

Patricia Petibon et Gustavo Gimeno

Patricia Petibon et Gustavo Gimeno

Après l'entracte, Patricia Petibon, cette fois en jupe verte et justaucorps avec basque turquoise,

lacé dans le dos (elle a une garde-robe très recherchée!), chanta trois arias et airs de Mozart: "Alma grande

e nobile core", "Fra I pensier" (extrait de Lucio Silla), et "Tiger! Wetze nur die Klauen" (extrait de Zaïde).

Quoiqu'elle soit une soprano mozartienne reconnue, et qu'elle ait interprété remarquablement ces airs

de Mozart, je l'ai personnellement préférée dans l'oeuvre semi-hallucinée de Rimbaud vu par Britten.

 

Le "Mandarin merveilleux" de Bartok, suite d'orchestre créée en 1935 clôturait cette soirée.

L'Orchestre national de France avait déployé les grands moyens, puisque l'on pouvait voir réunis, en plus

des nombreux instruments à cordes, des flûtes, hautbois, clarinettes, bassons, trompettes, trombones,

par trois, quatre cors, un tuba, des percussions, un gong, et aussi une harpe, un piano, un celesta,

un orgue... Il s'agit d'un ballet-pantomime, radical, est-il écrit dans le livret, qui fit scandale à sa sortie.

Une histoire de prostitution assez crue, et semble-t'il explicite dans sa version dansée. En version

de concert, restait une oeuvre puissante, dissonante et riche de tous ces timbres. Gustavo Gimeno

dirigea l'Orchestre national de France avec maestria et précision, sans épargner sa peine.


 

Le jeune et talentueux chef Gustavo Gimeno

Le jeune et talentueux chef Gustavo Gimeno

Une belle soirée, la salle était presque pleine (d'où la location des strapontins).

A la sortie du théâtre, dans l'avenue Montaigne, un gros camion blanc avec des inscriptions en bleu et rouge

attendait les instruments de l'orchestre pour les ramener au bercail...

 

Sylvie, blogmestre

Partager cet article

Repost 0
Published by Blog des choristes des CP13
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d'une choriste parisienne vagabonde
  • Le blog d'une choriste parisienne vagabonde
  • : Ex-blog des choristes des Choeurs de Paris 13, lieu d'échanges entre les choristes de Paris, de France, de Navarre et d'ailleurs! Instrumentistes de toutes cordes, vocales ou autres, bienvenue aussi!
  • Contact

Recherche