3 avril 2016 7 03 /04 /avril /2016 07:29

Vendredi soir 1er avril il y avait un concert de l'Orchestre philharmonique de Rotterdam, que j'ai

beaucoup aimé, au Théâtre des Champs Elysées.  Un auditeur dans le public qui montait aux balcons, se plaignait

de n'avoir pas le programme, son voisin lui répondit "qu'as-tu besoin de programme? C'est juste la 8è de Bruckner!" Tout était dit.

Fauteuil en milieu de rang

Fauteuil en milieu de rang

La salle était un peu moins pleine que la veille, mes voisins de rangée se replacèrent, et je gagnai

l'extrémité du rang S, en allant vers le centre du théâtre, d'où l'on voyait mieux. Le programme comportait

l'unique 8è symphonie de Bruckner, dont les proportions sont imposantes, sans entracte. L'Orchestre

philharmonique de Rotterdam, qui l'interprétait, était placé sous la direction de Jukka-Pekka Saraste.

Les musiciens étaient très nombreux, au point qu'il avait fallu placer des violons hors de l'espace

scénique habituel. Trois harpes accentuaient ce caractère colossal de l'orchestre.

La partie centrale de l'orchestre philharmonique de Rotterdam

La partie centrale de l'orchestre philharmonique de Rotterdam

Cette oeuvre monumentale (le livret parle de cathédrale sonore), interprétée par cet orchestre,

avec ce chef, se révéla immédiatement captivante. Il y avait effectivement de l'architecture et de la

construction d'édifices musicaux dans cette symphonie. Le mouvement que j'ai préféré était le deuxième,

empli de carillons qui se répondaient. Je n'aurais pas imaginé que l'on puisse évoquer une volée de

cloches avec des violons, mais Bruckner l'a fait! Et pas seulement des violons, c'était tous les

instruments qui, à tour de rôle, se répondaient en carillonnant le même motif. Le jeu de l'orchestre

était riche en nuances, allant du ppp au fff, et tous les intermédiaires. Quand un mouvement était

terminé, on entendait un grand silence dans le théâtre, comme si chacun retenait son souffle pour ne pas risquer de polluer

un pianissimo par un bruit incongru... J'ai trouvé la qualité de l'orchestre exceptionnelle, et regretté que

quelques places soient restées vides. Le chef Jukka-Pekka Saraste est finlandais, et initialement

violoniste. Il est régulièrement invité à diriger les plus grandes formations d'Europe, et en entendant

ce concert, on comprenait pourquoi! Alliant la rigueur et l'émotion, le charisme et l'art d'obtenir

exactement ce qu'il voulait des musiciens, il formait avec l'orchestre une équipe gagnante

pour ériger la cathédrale musicale du génie brucknérien. Une très belle soirée.

 

Sylvie, blogmestre

Jukka-Pekka Saraste et les violons de l'orchestre philharmonique de Rotterdam

Jukka-Pekka Saraste et les violons de l'orchestre philharmonique de Rotterdam

Partager cet article

Repost 0
Published by Blog des choristes des CP13
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d'une choriste parisienne vagabonde
  • Le blog d'une choriste parisienne vagabonde
  • : Ex-blog des choristes des Choeurs de Paris 13, lieu d'échanges entre les choristes de Paris, de France, de Navarre et d'ailleurs! Instrumentistes de toutes cordes, vocales ou autres, bienvenue aussi!
  • Contact

Recherche