23 mars 2016 3 23 /03 /mars /2016 13:43

Hier soir, au regard de l'actualité de la journée du 22 mars, le concert Stabat Mater donné en

la cathédrale par l'ensemble vocal de Notre-Dame de Paris semblait particulièrement pertinent.

 

Billet contre contremarque de réservation

Billet contre contremarque de réservation

A mon arrivée sur le parvis, sans particularité du voyage, des voitures de police banalisées et hurlantes passèrent en trombe

devant la station de RER. Ambiance du jour. Après le contrôle, à l'intérieur de la cathédrale, le calme et

le silence régnaient. Le panneau de la journée du mercredi saint était déjà en place.

Le panneau du mercredi saint avec un peu d'avance

Le panneau du mercredi saint avec un peu d'avance

J'avais emporté les deux « yeux » du blog, et constatai que la lumière était un peu faible pour l'un d'eux, le meilleur

malheureusement. Puis le transept s'éclaira, et un prêtre nous présenta le concert.

 

C'était un concert de mardi saint, donc allant musicalement du chemin de croix à la Passion

de Jésus. Il y avait sept voix, quatre féminines et trois masculines, et une vièle jouée

par Sylvain Dieudonné qui dirigeait aussi l'ensemble vocal.

L'ensemble vocal de Notre-Dame de Paris ce 22 mars 2016

L'ensemble vocal de Notre-Dame de Paris ce 22 mars 2016

Pour les personnes qui n'ont jamais entendu de concerts de la semaine sainte, ils paraissent

souvent austères, ce qui découle des événements décrits. Personne n'aurait l'idée de mettre

des musiques dansantes sur un chemin de croix... Donc pas de flûtes ni de tambourin dans

ce concert, uniquement des chants a capella, ou avec un accompagnement de vièle.

Le programme du concert

Le programme du concert

Le concert commença par un « Vexilla regis » grégorien, qui sera repris à la fin du concert, suivi d'un

chant à la Croix « O crux ave, spes unica », puis d'un récit de la Passion selon Jean. Ici j'ai commencé à

prendre des vidéos, avec le meilleur de mes appareils, redevenu utilisable grâce à l'éclairage, et j'ai un peu perdu le fil du

programme. Je me souviens avoir filmé un duo soprane contre-ténor, puis un duo basse ténor, qui devait

être le « Stabat juxta christi crucem ». Les solistes de l'ensemble vocal chantaient par deux ou par trois,

ou seuls. J'ai arrêté de prendre des images pour apprécier pleinement la musique, dans ce cadre médiéval qui lui sied tant.

J'ai repris le programme pour suivre le drame liturgique intitulé « Planctus Mariae », la déploration de

Marie, après la mort de son fils en croix. Cinq solistes interprétaient cinq personnages : Marie, Jean,

Madeleine, La mère de Jacques, et Salomé. Mention spéciale à Cécile Dalmon qui interprétait Marie

avec un désespoir poignant. Le public a frémi, mais n'a pas osé applaudir, pas encore. Puis, la reprise

du « Vexilla regis » a conclu le concert. C'est alors que mon appareil photo HD refusa de s'allumer.

J'ai donc filmé cette dernière vidéo avec le plus petit appareil, et c'est fort heureux, car les deux vidéos

précédentes sont inexploitables, pour raisons encore inconnues. Je suis désolée pour cet incident...

 

 

J'ai chanté il y a longtemps le « Via crucis » de Liszt, qui commence par un Vexilla regis. Le voici en lien pour que

vous puissiez comparer la vidéo qui précède et l'adaptation que Franz Lizst en a fait : la version XIXè siècle est plus

lourde (beaucoup) et plus austère que la version XIIIè siècle, mais c'est bien de la même hymne qu'il s'agit, à la base.

Il est toujours intéressant de voir où les compositeurs puisent leur inspiration, voire davantage !

 

C'était un beau concert, nous avons attendu religieusement jusqu'au bout pour oser applaudir.

Félicitations à toutes et à tous pour votre travail, d'autant que vous avez un concert

« Resurrectio » en préparation pour l'après-Pâques, ai-je vu. Bon travail !

PS : si je parviens à récupérer les deux vidéos abîmées, je les inclurai dans cet article.

 

Sylvie, blogmestre

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Blog des choristes des CP13
commenter cet article

commentaires