2 mars 2016 3 02 /03 /mars /2016 11:40

Hier soir, j'ai eu la chance, grâce à une proposition de tarif promotionnel de l'Opéra Bastille,

d'assister à la première de l'opéra "Les Maîtres chanteurs de Nuremberg" de Richard Wagner.

Billet promotionnel bien sympathique

Billet promotionnel bien sympathique

Enfin, plus précisément, j'ai assisté aux actes II et III car, étant arrivée à 18h pour le premier acte

qui débutait à 17h30, je n'ai pu entrer dans l'opéra qu'au premier entracte, c'est-à-dire à 19h.

 

L'opéra de Wagner dure quatre heures et vingt-cinq minutes. Il est en trois actes, séparés par deux entractes de quarante-cinq

et trente minutes. Ce qui fait cinq heures et quarante minutes de présence dans l'édifice, justifiant l'heure inhabituelle

de début du spectacle, 17h30, que je n'avais pas remarquée en achetant le billet. Les opéras « plus courts » (tout est relatif!)

comme Don Giovanni, commençaient à 19h. Pour être à 17h30 à l'opéra Bastille, il me fallait partir à 16h30, je n'y suis pas

parvenue. Mais je n'étais pas la seule à arriver vers 18h puisque deux autres personnes connaissaient en même temps que

moi la même mésaventure. Le monsieur me dit que d'habitude pour Wagner, c'était 18h, et que ça l'avait induit en erreur.

Et que d'autres personnes arriveraient probablement à 19h ou 19h30 (c'est à dire pendant le premier entracte). Nous fumes

priés de revenir au premier entracte, et l'on me remit un programme à cet effet, pour que je sache quand revenir.

 

Extrait de la fiche de l'opéra

Extrait de la fiche de l'opéra

J'avais une heure à patienter, dans un café voisin, que j'utilisai à réviser du droit et à lire ce que j'avais

trouvé sur l'intrigue des Maîtres chanteurs, plus tôt dans l'après-midi.

Maîtres chanteurs

Vers 19h, je pus entrer dans l'enceinte de l'opéra, et faire flasher mon billet. Il y avait une grande

effervescence car un buffet y était organisé. Un couple passa avec une bouteille de vin rouge et deux

verres, allant vers un balcon extérieur. D'autres faisaient honneur au buffet et buvaient du champagne.

D'autres encore avaient apporté un sandwich léger ou des fruits. Puis chacun regagna sa place.

La mienne était en bout de rangée au deuxième balcon. Quelqu'un que je ne connaissais pas

l'avait occupée au premier acte, mais je l'ai récupérée sans difficulté.

Vue de la salle depuis ma place

Vue de la salle depuis ma place

Une série de petites silhouettes vinrent soulever le rideau au début du deuxième acte, qui se leva sur

un curieux décor : tout l'intérieur d'un logement était à taille de géant, avec des humains semblant

minuscules à l'intérieur, lilliputiens. Je ne sais pas quel était l'objet de ce changement d'échelle du décor, mais c'était

inconfortable pour la jugeotte, et la mienne était mal en point hier soir, ce qui n'arrangeait rien... Au troisième acte, les

proportions du mobilier redevinrent normales, à taille humaine, à mon soulagement,

puis les deux tailles d'habitat cohabitèrent sur scène.

 

Voici l'intrigue : à Nuremberg, au XVIè siècle, la confrérie des Maîtres chanteurs organise un concours

de chant selon des principes bien établis, dont le prix est la main d'une jeune fille. Celle-ci, Eva, est

courtisée par Walther, un jeune propriétaire terrien, qui ignore tout de cet art. Mais Eva connait le

cordonnier Sachs, qui, lui, maîtrise parfaitement cette composition. Un autre individu célibataire s'intéresse

à Eva, il s'agit de Beckmesser, qui chante des textes bizarres en s'accompagnant sur une mandoline

désaccordée (!) Enfin, le cordonnier a un apprenti, David, qui est amoureux de la nourrice d'Eva, Magdalene.

Après que Beckmesser s'est bien rendu ridicule, Walther emporte l'épreuve en chantant un poème

de sa composition, que Sachs a soigneusement supervisé et corrigé. C'est la liesse générale dans la

bourgeoisie et le peuple de Nuremberg en fête, qui célèbre les noces des deux promis,

et celles de David et Magdalene.

 

Le couple Eva - Walther et la foule

Le couple Eva - Walther et la foule

L'orchestre et les choeurs de l'opéra de Paris étaient dirigés par Philippe Jordan, qui monta sur

scène aux saluts. Cet opéra de Wagner est une coproduction de l'Opéra de Paris et du Festival

de Salzbourg, mis en scène par Stefan Herheim.

Philippe Jordan, les jeunes mariés, et le petit peuple de Nuremberg

Philippe Jordan, les jeunes mariés, et le petit peuple de Nuremberg

Les chanteurs les plus applaudis furent évidemment les rôles principaux, avec un cote de popularité

très marquée de Gerald Finley, baryton, qui jouait Sachs (il était malicieux et parfait pour le rôle).

Usuellement, lorsqu'il y a « un grand air » de soliste dans un opéra, le compositeur a prévu un temps

de pause juste après pour que le public puisse applaudir. Rien de tel ici, nous ne pouvions nous exprimer

qu'à la fin des actes. Ainsi le remarquable quintette du troisième acte passa sans être applaudi, faute

d'espace sans musique pour le faire... A la fin, on avait l'impression que l'orchestre, le choeur et les

solistes se répondaient en circuit fermé, ils s'occupaient même des applaudissements entre eux !

(c'était dans la partition, ou dans la mise en scène). Nous nous sommes rattrapés, longuement,

à la fin de l'opéra. Voici un peu de publicité enthousiaste de la part du public...

 

 

Applaudissements et saluts à la fin de l'opéra

 

C'est un très bel opéra, joyeux, qui se passe dans une province prospère et riche de ses traditions,

un hymne à l'Allemagne artistique des poètes et des musiciens. J'ai souri d'entendre les chanteurs se saluer d'un

« Grüss Gott », particulier aux Länder du sud, expression qui nous amusait quand j'étais stagiaire en Goethe Institut, du côté d'Ulm,

il y a longtemps. L'inoubliable thème des Maîtres chanteurs vous restera dans la tête pendant des jours et

des jours... Si vous aimez Wagner, et que vous avez le sens de l'organisation, pour l'horaire, n'hésitez pas !

 

Sylvie, blogmestre

Partager cet article

Repost 0
Published by Blog des choristes des CP13
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d'une choriste parisienne vagabonde
  • Le blog d'une choriste parisienne vagabonde
  • : Ex-blog des choristes des Choeurs de Paris 13, lieu d'échanges entre les choristes de Paris, de France, de Navarre et d'ailleurs! Instrumentistes de toutes cordes, vocales ou autres, bienvenue aussi!
  • Contact

Recherche