4 mars 2016 5 04 /03 /mars /2016 22:45

J'ai entendu hier soir un très beau concert de l'Orchestre de Paris dans la grande salle de la Philharmonie,

sous la direction de Paavo Järvi. Il y avait au programme le concerto n°3 pour piano et orchestre de

Beethoven, le concerto pour flûte et orchestre de Nielsen, et la troisième symphonie de Sibelius.

Position de concert

Position de concert

Vision un peu tango de la grande salle

Vision un peu tango de la grande salle

La salle était très pleine, comme c'est le cas actuellement pour tous les concerts de la Philharmonie

(ceux auxquels je peux assister, et ceux qui sont déjà complets!) On ne peut que s'en féliciter, cela atteste que

cette belle salle et les formations musicales qui s'y produisent ont trouvé leur public.

Je retrouvai, pour ma part, avec grand plaisir l'Orchestre de Paris et Paavo Järvi. Le concert débuta par

le troisième concerto pour piano et orchestre de Ludwig van Beethoven, l'avant-dernier qu'il put créer

lui-même, du fait de la progression de sa surdité. Le livret évoque le cauchemar du tourneur de pages,

lors de la création de ce concerto à Vienne en 1803 par le virtuose Beethoven, car les pages étaient pour

la plupart vides, avec "quelques hiéroglyphes" qui devaient servir d'aide-mémoire... Le compositeur, n'ayant

pas eu le temps de retranscrire l'intégralité de l'oeuvre sur papier, improvisait à partir de ces notations!

Ce concerto est une oeuvre pivot entre les deux premiers et les deux derniers qu'il écrira pour cet

instrument, dégagé des influences mozartiennes, et sur le point d'être pleinement maître de son art.

J'aime beaucoup ce concerto, que je connais quasiment par coeur...

Radu Lupu, qui jouait la partie de piano dans le concert du 3 mars était un interprète

brillant et sensible de l'oeuvre. Il fut beaucoup applaudi, et rappelé, et joua un bis.

Radu Lupu, le pianiste du 3è concerto de Beethoven

Radu Lupu, le pianiste du 3è concerto de Beethoven

Après l'entracte, il y eut un concerto pour flûte et orchestre de Carl Nielsen. Le flûtiste était

Vincent Lucas, qui est un soliste de l'orchestre de Paris, et l'orchestre se fit plus petit pour l'accompagner.

C'était un concerto en deux mouvements, créé en 1926, dont je me réjouissais à l'avance, mais l'oeuvre

n'a pas comblé mon attente, malgré une belle prestation du soliste. Ce n'est pas l'interprétation, c'est

l'écriture. Je n'y ai pas retrouvé ce qui fait le charme habituel des dialogues entre la flûte traversière,

instrument doux, et l'orchestre. Cependant, le concerto fut applaudi, et le soliste rappelé.

Paavo Järvi et Vincent Lucas

Paavo Järvi et Vincent Lucas

La troisième oeuvre de la soirée était la troisième symphonie de Jean Sibelius. Elle a été créée en

1907 par le compositeur finlandais, et comporte trois mouvements. Pour cette symphonie, l'orchestre

était composé d'un nombre plus important de musiciens que pour les concertos, il y avait huit contrebasses.

Ce qui s'avéra nécessaire, car le premier mouvement commençait par une introduction des cordes

graves, contrebasses et violoncelles. Cette symphonie était très agréable, gracieuse et émouvante.

L'orchestre et le chef l'interprétèrent superbement, et furent très applaudis et rappelés.

L'orchestre de Paris face au public

L'orchestre de Paris face au public

L'orchestre de Paris face au public de l'autre côté

L'orchestre de Paris face au public de l'autre côté

Nous sommes sortis tardivement de l'édifice. Le concert suivant serait très différent,

quoique localisé au même endroit (à suivre...)

 

Sylvie, blogmestre

Partager cet article

Repost 0
Published by Blog des choristes des CP13
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d'une choriste parisienne vagabonde
  • Le blog d'une choriste parisienne vagabonde
  • : Ex-blog des choristes des Choeurs de Paris 13, lieu d'échanges entre les choristes de Paris, de France, de Navarre et d'ailleurs! Instrumentistes de toutes cordes, vocales ou autres, bienvenue aussi!
  • Contact

Recherche