23 février 2016 2 23 /02 /février /2016 23:17

Cet après-midi, j'ai vu le film documentaire d'Amy Berg consacré à Janis Joplin, comète éphémère

tombée sur la planète du blues, au cinéma Le Panthéon, dans le Vè arrondissement.

 

Janis

Le cinéma était agréable, les sièges confortables, il avait une programmation de films d'art et d'essai,

et l'on m'a accordé le tarif étudiant, ce qui n'est pas le cas partout. « Janis, little girl blue » est sorti à Paris

il y a un mois environ, et depuis sa sortie je voulais le voir. Voici l'affiche du film :

 

Janis

Janis Joplin était une chanteuse de blues et de rock des années 60, originaire d'une famille protestante

du Texas, dont un musicien noir disait en riant « Are you sure she's white ? » tant sa voix rappelle le

blues afro-américain, puissante, éraillée souvent, enfin, pas la voix d'une petite Blanche du sud des USA

issue d'une famille convenable. Le film retrace sa vie, qui s'est terminée à l'âge de 27 ans. Depuis le début

de la narration, on serait, musicalement, en mode mineur, tant on sent le poids de la fin dramatique qui

approche. Janis rejetée par ses camarades de classe, puis découvrant ses capacités vocales extra-

ordinaires, elle interrompt ses études d'institutrice pour suivre un groupe musical, au début des années

soixante, dans l'incompréhension de ses parents. Janis part vivre à San Franciso, son talent est progressi-

vement reconnu, mais sa vie privée est cahotique, et elle fait l'expérience inéluctable des drogues.

Les sommets de la musique pop américaine de l'époque, les festivals Monterey pop et Woodstock, la

poussent à affirmer davantage son talent en coupant quelques liens supplémentaires, elle abandonne

les drogues, va mieux, mais la solitude la rattrape, et elle rechute. On l'a retrouvée sans vie dans un hôtel,

en 1970, sans savoir ce qui s'était passé, à part sa consommation d'héroïne. Une saleté d'accident.

L'album qu'elle préparait, Pearl, s'est vendu à plusieurs millions d'exemplaires. Dans le générique du film,

John Lennon, qui lui survivra dix ans, avant d'être assassiné par un fan, dit qu'elle lui avait enregistré

une cassette de bon anniversaire avant sa mort... Grandeur et misère des rock-stars.

Janis Joplin reste un cas à part dans la musique de blues, une voix inimitée.

Un film émouvant sur une artiste hypersensible (ce que nous sommes tous, n'est-ce pas?)

 

 

 

Sylvie, blogmestre

Partager cet article

Repost 0
Published by Blog des choristes des CP13
commenter cet article

commentaires

annie 24/02/2016 18:13

merci Sylvie pour cette video de janis Joplin, c'est très émouvant, cela nous fait "remonter" tant de souvenirs, merci encore !
annie alto 1 coeur 1

Blog des choristes des CP13 25/02/2016 09:56

Oui, je l'aimais bien, cette petite fille du blues...

Présentation

  • : Le blog d'une choriste parisienne vagabonde
  • Le blog d'une choriste parisienne vagabonde
  • : Ex-blog des choristes des Choeurs de Paris 13, lieu d'échanges entre les choristes de Paris, de France, de Navarre et d'ailleurs! Instrumentistes de toutes cordes, vocales ou autres, bienvenue aussi!
  • Contact

Recherche