29 février 2016 1 29 /02 /février /2016 11:30

Avant d'arriver en gare d'Arcueil-Cachan, il y a une longue côte à monter, du bout de laquelle on voit passer les trains,

ce qui permet de presser le pas, pour ceux qui y parviennent, car la pente est rude. Ce dimanche 28 février, je vis passer le train

de 9h32 du bas de la côte, et arrivai à 9h37 à quai*. La petite gare ferroviaire, héritée de la ligne de Sceaux, l'ancêtre

du RER B, avait une teinte rosée dans le soleil matinal. Je pris quelques photos en attendant le train suivant.

 

Gare de type ancienne ligne de Sceaux

Gare de type ancienne ligne de Sceaux

J'arrivai à Notre-Dame vers 10h, où la Maîtrise, composée de voix féminines,

accueillait musicalement les fidèles et la procession.

 

En-tête de la feuille liturgique du jour

En-tête de la feuille liturgique du jour

La première lettre de Paul aux Corinthiens évoquait les baptisés unis à Moïse dont les os jonchaient

le désert, parce qu'ils avaient désiré ce qui est mal, et nous mettait en garde. L'Evangile contait la

parabole du figuier sans fruits que son propriétaire voulait couper, car il épuisait en vain le sol.

Le vigneron chargé de l'entretien du verger, demanda un an de grâce pour qu'il bêche autour de l'arbre

et y mette du fumier, espérant que ces soins le feraient fructifier à nouveau, ce qui le

sauverait de l'abattage. Essayer de soigner, pour n'avoir pas à détruire.

Extrait de la messe grégorienne, introit

Extrait de la messe grégorienne, introit

Je suis ressortie de la cathédrale après la messe grégorienne, à cause d'un malaise. L'air froid du dehors m'a fait du bien,

 j'ai marché en direction de l'île Saint-Louis, et suis revenue vers le parvis au son des cloches qui annonçaient la messe de

11h30, en prenant quelques images de la cathédrale, et de cavaliers et chevaux de la garde républicaine, qui passaient par là.

 

Mon malaise avait cédé à l'air frais, je décidai d'assister à la messe internationale de 11h30, qui comportait

une missa brevis d'Antonio Lotti que j'avais chantée il y a quelques années, et que j'étais heureuse

d'entendre. La Maîtrise était mixte, composée de quatre solistes, pour une messe à quatre voix.

 

La première lecture fut extraite du livre de l'Exode, Moïse dans le désert voyait un buisson ardent

qui brûlait sans se consumer, et Dieu lui parlait de l'intérieur du buisson... C'est là que Dieu ordonna

à Moïse de faire sortir son peuple d'Egypte, et lui expliqua comment y parvenir.

Exode, le buisson ardent

Exode, le buisson ardent

Les deux autres lectures étaient les mêmes que lors de la messe grégorienne. Le sermon après

l'Evangile fut en partie en anglais, et en italien. La missa brevis de Lotti fut très joliment interprétée

par les quatre solistes de la Maîtrise, en trois parties Kyrie, Sanctus, Agnus Dei.

 

 

Notre-Dame, la travée gauche

Notre-Dame, la travée gauche

Je suis ressortie de la messe, et à 12h45, la cathédrale a sonné, alors que j'arrivai à l'escalier du RER**.

Après avoir dépanné un couple qui m'a semblé japonais, charmant, qui partait excursionner à Versailles

et peinait pour choisir et acheter les tickets de transport correspondants, je suis rentrée chez moi.

 

Sylvie, blogmestre

 

Ticket aller validé à 9h37

Ticket aller validé à 9h37

Achat d'un carnet avant le retour

Achat d'un carnet avant le retour

Partager cet article

Repost 0
Published by Blog des choristes des CP13
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d'une choriste parisienne vagabonde
  • Le blog d'une choriste parisienne vagabonde
  • : Ex-blog des choristes des Choeurs de Paris 13, lieu d'échanges entre les choristes de Paris, de France, de Navarre et d'ailleurs! Instrumentistes de toutes cordes, vocales ou autres, bienvenue aussi!
  • Contact

Recherche