8 janvier 2016 5 08 /01 /janvier /2016 14:45

Il y avait foule hier soir pour le concert de la rentrée de l'Orchestre National de France au

grand auditorium de la Maison de la radio. Vigipirate oblige, une très longue file d'attente s'était

formée devant le bâtiment, qui se prolongeait loin dans la rue.

La file d'attente dans la rue, avec Tour Eiffel en fond

La file d'attente dans la rue, avec Tour Eiffel en fond

Heureusement, on avançait assez vite, et bientôt j'arrivai en vue de l'entrée, où un vigile demandait

à la ronde que nous ouvrions nos manteaux avant notre passage, pour gagner du temps.

 

La file d'attente devant le bätiment de la Maison de la radio

La file d'attente devant le bätiment de la Maison de la radio

Une fois à l'intérieur, il y avait encore le contrôle des sacs, et l'on nous souhaita une bonne soirée,

et un bon concert. Il ne restait plus qu'à faire contrôler le billet et grimper au deuxième balcon,

puis à trouver ma place. J'eus même un programme, une chance inattendue.

Billet très haut perché

Billet très haut perché

Le grand auditorium était très plein, j'avais une vue plongeante sur l'orchestre, entre les barres de protection.

Le grand auditorium vu de ma place

Le grand auditorium vu de ma place

Le programme était composé d'un poème symphonique de Camille Saint-Saëns, d'un concerto de

Henri Dutilleux, et d'une symphonie de Johannes Brahms, interprétés par l'Orchestre national de France,

sous la direction d'Andrès Orozco-Estrada, jeune chef colombien très talentueux. Avant le concert, on nous a

rappelé que 2016 est l'année du centenaire de Dutilleux, et que l'Orchestre National de France a perdu l'un de ses anciens

chefs, en la personne de Kurt Masur, décédé en décembre dernier, à la mémoire de qui ce concert était donc dédié.

 

Le poème symphonique de Saint-Saëns, intitulé Phaéton, évoquait l'histoire du fils d'Hélios racontée par

Ovide, qui était allé voir son père et avait demandé à conduire le char du dieu Soleil. Celui-ci tenta de l'en

dissuader mais n'y parvint pas, et voici Phaéton lancé dans une course folle, le char lui échappa et brûla

la Terre, créant des déserts... Zeus n'eut d'autre alternative que de foudroyer le mauvais conducteur.

J'aime la mythologie ! En dix minutes, Saint-Saëns évoquait toute l'histoire avec élégance et puissance,

c'était une très jolie œuvre. Plus déroutant était le concerto de Dutilleux, intitulé « Tout un monde lointain... »,

avec une évocation de Charles Baudelaire. La partie de violoncelle était interprétée par Gautier Capuçon,

sur un violoncelle de 1701... Le concerto comportait cinq mouvements enchaînés, intitulés « Enigme »,

« Regard », « Houle », « Miroirs », et « Hymne », qui s'avérèrent assez figuratifs pour l'ignorante que je suis

en matière de musique contemporaine. C'est un concerto intéressant à écouter et à voir en même temps

car les réponses que se font les instruments sont un spectacle à elles seules. Le concerto, comme

le poème qui le précédait, fut très applaudi, Gautier Capuçon fut rappelé plusieurs fois

et nous offrit en bis un morceau gracieux et un peu mélancolique, au titre inconnu.

 

Gautier Capuçon et son violoncelle de 1701

Gautier Capuçon et son violoncelle de 1701

A l'entracte, je sortis de l'auditorium, et allai regarder les panneaux d'une petite exposition

à la mémoire de Henri Dutilleux, qui est à l'étage du premier balcon.

 

Dédicace de Henri Dutilleux à l'Orchestre national de France

Dédicace de Henri Dutilleux à l'Orchestre national de France

Le chef Andrès Orozco-Estrada va révéler pleinement son talent dans la symphonie n°1 de Brahms.

Il dirigeait avec beaucoup de mouvements, nerveux, précis, signalant qu'il fallait le regarder, remerciant

d'un sourire, énergique et gracieux, il se donnait à fond. Il a commencé la symphonie d'une manière extraordinaire:

il est monté sur l'estrade, a écarté les bras paumes levées, et dans le même mouvement a donné le départ (aucun choriste

amateur ne serait parti sur un tel départ, mais l'ONF l'a suivi comme un seul homme!) La première symphonie de

Brahms est une oeuvre classique en quatre mouvements dont les deux derniers sont particulièrement

lyriques. Mais la salle était si enthousiaste qu'elle applaudissait après chaque mouvement! (je n'avais encore

jamais vu ça en ce lieu...) Le chef a écourté au minimum la pause entre les troisième et quatrième mouvements,

et terminé sa symphonie en apothéose. Il a salué, remercié, fait lever les musiciens, j'ai eu beaucoup de mal

à le photographier, car il a des mouvements vifs, et je devais viser entre les deux barres (détail prosaïque, pardon!)

 

 

L'orchestre national de France, et le jeune chef colombien Andrès Orozco-Estrada
L'orchestre national de France, et le jeune chef colombien Andrès Orozco-Estrada

L'orchestre national de France, et le jeune chef colombien Andrès Orozco-Estrada

Après de nombreux applaudissements et rappels, le public s'est décidé à rentrer chez lui. A la sortie, il y avait des

policiers avec des gilets pare-balles, il s'était passé quelque chose à l'extérieur. Retour brutal à la vie courante

de ce début de XXIè siècle, ils nous ont souri et que nous les avons remerciés d'un sourire d'être là...

Sylvie, blogmestre

Partager cet article

Repost 0
Published by Blog des choristes des CP13
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d'une choriste parisienne vagabonde
  • Le blog d'une choriste parisienne vagabonde
  • : Ex-blog des choristes des Choeurs de Paris 13, lieu d'échanges entre les choristes de Paris, de France, de Navarre et d'ailleurs! Instrumentistes de toutes cordes, vocales ou autres, bienvenue aussi!
  • Contact

Recherche