7 janvier 2016 4 07 /01 /janvier /2016 15:50

« Je viens de débarquer, mettez vos faux cheveux, cocottes ! Paris, Paris, Paris ! J'apporte à vos quenottes,

toute une fortune à croquer... » Mais oui, bien sûr... c'est l'air du Brésilien dans la Vie parisienne de

Jacques Offenbach. Il y a Vie parisienne actuellement à la salle Gaveau, jouée et chantée par

l'association « Les Tréteaux lyriques », qu'on se le dise. J'avais une place de catégorie 4 pour la

représentation d'hier soir, c'était tout ce qu'il restait, jusqu'à la fin de la programmation du spectacle.

Billet pour une soirée de gaîté parisienne

Billet pour une soirée de gaîté parisienne

Je me dis que si je ne voyais rien, il y aurait toujours la musique. Et que si j'avais de la chance, il y aurait

des absences qui permettraient de mieux se placer, ce qui arriva. Je migrai de la place du pourtour à une

place près de la scène d'où l'on avait une bonne vue juste avant le début du spectacle.

La scène à l'entracte vue de ma nouvelle place

La scène à l'entracte vue de ma nouvelle place

La troupe Les Tréteaux lyriques est composée d'une quarantaine de choristes amateurs, parmi lesquels

certains sont solistes avec bonheur (cependant, il serait peut-être intéressant de les micro-sonoriser comme dans

lescomédies musicales, ils auraient moins d'effort physique à fournir pour que leur voix passe par-dessus l'orchestre).

L'association a été créée en 1968, la troupe monte un nouveau spectacle d'opéra-comique, ou opérette,

tous les deux ans. L'orchestre est professionnel, de dimension modulable, dirigé par Laurent Goossaert.

 

L'histoire, pour ceux qui ne la connaîtraient pas : deux gandins, Bobinet et Gardefeu, courtisent la même

demi-mondaine, Métella. Econduit, Gardefeu s'intéresse à un couple d'aristocrates Suédois en voyage à

Paris, qu'il héberge chez lui en prétendant qu'il s'agit d'un petit hôtel, cherchant à éloigner le baron

de Gondremark pour séduire la baronne. Il organise une table d'hôtes avec des convives improvisés,

sa gantière, son bottier, et leurs amis,déguisés en fausses personnes de qualité. Bobinet, réconcilié,

en fait de même le lendemain avec ses domestiques. Après l'ivresse de la soirée, le baron comprend

qu'il a été roulé, et provoque Gardefeu en duel. Finalement, tout s'arrange, Métella réunit le

couple de Suédois, et la joyeuse troupe fait la fête au bal du Brésilien (céloui-là même

qui avait toute oune fortoune à croquer), French cancan et farandoles concluent l'opérette.

 

Quand l'orchestre a joué l'introduction, les spectateurs des premiers rangs, que je voyais de ma place,

ont tous souri, dès les premières mesures. C'est une musique joyeuse, entraînante, on a envie de

taper dans ses mains et de chanter toute la soirée. Le texte est drôle, humoristique. Les chanteurs sont

de tous âges, ce qui permet tous les rôles. L'orchestre est parfait. L'espace est utilisé intelligemment

(y compris les loges qui donnent au-dessus de la scène), même dans une salle qui n'est pas conçue pour le jeu

d'acteurs. La mise en scène est sobre mais suffisante, les costumes sont de complexité variée, les solistes

ayant évidemment les costumes les plus raffinés (la robe de la gantière a fait mon admiration...de taffetas vert

avec de petites roses, sur tournure, de mémoire). Le spectacle dure 2h et demie, avec un quart d'heure d'entracte,

je salue la performance physique, chanter et danser en même temps, c'est fatigant ! Je salue aussi

l'excellente tenue de ce spectacle d'amateurs soutenus pas des musiciens professionnels, qui

permet au public de voir et d'entendre des oeuvres populaires dans des conditions accessibles à tous.

Il y a encore plusieurs représentations, je conseille aux amateurs d'Offenbach de tenter leur chance,

le spectacle vaut le déplacement, c'est une soirée de pur bonheur. Ci-dessous, une photo de la fin du bis :

 

 

La troupe salue à la fin du bis

La troupe salue à la fin du bis

Signalons que l'association Les Tréteaux lyriques aide trois associations d'entraide, et recrute pour la rentrée

de septembre 2016, les précisions sont sur leur site. La sortie de la salle Gaveau fut joyeusement malaisée,

la salle était pleine, et les groupes s'arrêtaient pour échanger leurs impressions avec enthousiasme...

 

Sylvie, blogmestre

Partager cet article

Repost 0
Published by Blog des choristes des CP13
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d'une choriste parisienne vagabonde
  • Le blog d'une choriste parisienne vagabonde
  • : Ex-blog des choristes des Choeurs de Paris 13, lieu d'échanges entre les choristes de Paris, de France, de Navarre et d'ailleurs! Instrumentistes de toutes cordes, vocales ou autres, bienvenue aussi!
  • Contact

Recherche