30 janvier 2016 6 30 /01 /janvier /2016 17:44

Hier soir, je suis allée au concert donné au bénéfice de l'association Retinostop par des choristes issus

de multiples chorales, accompagnés par le Paris Festival orchestra, sous la direction de Hugues Reiner,

et en l'église Saint-Sulpice. Arrivée avec une demi-heure d'avance, je fis la queue devant l'entrée de

l'église, qui se prolongeait, au moment où j'entrai finalement, jusqu'à la fontaine sur la place Saint-Sulpice.

Messe en ut à Saint Sulpice

On m'indiqua que je pouvais choisir ma place dans la partie latérale droite de l'église. Je pris mes quartiers

derrière le choeur, plus précisément derrière le pupitre de basses.

Messe en ut à Saint Sulpice

Vision insolite, la preneuse d'images de l'association Retinostop vint interviewer le chef Hugues Reiner à

quelques mètres de nous, puis l'aida à parfaire sa mise de concert. On sentait une complicité de plusieurs années !

La présidente de l'association Retinostop nous parla du rétinoblastome qui affecte les jeunes enfants

et les nouveaux-nés, et de la nécessité de faire de la recherche, appuyée dans ses propos par un cancérologue.

Le concert commença par la courte symphonie n°29 de Mozart,

  je ne voyais pas les instrumentistes, mais j'entendais très bien.

Messe en ut à Saint Sulpice

La vue disparut brusquement quand les basses se levèrent pour chanter le Kyrie de la Messe en ut.

Ce fut un repli presque général vers l'arrière, où nous avons trouvé un endroit à la vue très correcte

mais dépourvu de chaises... Finalement, nous sommes parvenus à voir et à nous asseoir !

Je vais me concentrer sur le travail choral du concert, c'est mon job principal, après tout !

Messe en ut à Saint Sulpice

J'ai participé à la première répétition de ce concert avec les mêmes participants, en novembre 2015, avant

qu'il soit reporté. J'en connais les forces et les difficultés. Le Kyrie est sorti brillamment, comme attendu,

ainsi que les choeurs suivants, Gloria, Gratias. La partition en deux choeurs pour le Qui tollis (qui est à 8 voix)

était réussie, mais j'ai senti que la division des effectifs par deux et la complexité de l'ensemble jouait un peu

sur la confiance en eux des choristes. Je l'ai senti personnellement parce que nous travaillons la même œuvre

actuellement aux CP13, rassurez-vous, le public n'a rien remarqué. Puis ce fut le Cum sancto spiritu (à 4 voix),

sommet musical du concert, particulièrement réussi, il y eut des prémices d'applaudissements, sous le

coup de l'émotion. Ensuite vinrent d'autres choeurs redoutés à 8 voix, le Sanctus et la reprise du Osanna

dans le Benedictus. Par la suite, autour d'un verre, ou à sec, les choristes interprètes m'ont fait part de leur vécu dans

ces doubles choeurs périlleux. Je citerai Pierre Molina, qui a une maxime inusable à propos des mini-incidents

de concert : « ça ne s'est pas entendu ! ». Et je le prouve, dans le montage vidéo ci-dessous :

 

 

Ce fut un concert très réussi, avec deux très belles oeuvres, et très apprécié des auditeurs.

J'espère que l'association Retinostop a été pleinement satisfaite de la soirée.

 

Sylvie, blogmestre

Partager cet article

Repost 0
Published by Blog des choristes des CP13
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d'une choriste parisienne vagabonde
  • Le blog d'une choriste parisienne vagabonde
  • : Ex-blog des choristes des Choeurs de Paris 13, lieu d'échanges entre les choristes de Paris, de France, de Navarre et d'ailleurs! Instrumentistes de toutes cordes, vocales ou autres, bienvenue aussi!
  • Contact

Recherche