13 janvier 2016 3 13 /01 /janvier /2016 10:56

Je suis allée hier soir entendre un jeune soliste russe, Alexander Vinogarov, dans des airs de basse très

graves au Théâtre des Champs Elysées, enfin, c'est ce que j'avais compris en lisant le résumé du concert.

Mais il y avait beaucoup plus : un orchestre de chambre, un jeune choeur, et un programme

de compositeurs français, sous la baguette de Nathalie Stutzmann.

Billet de premier balcon

Billet de premier balcon

J'étais bien placée, au premier balcon, mais le fus encore mieux en descendant d'une rangée

après la sonnerie, les places du premier rang devant nous étant inoccupées.

 

Le théâtre des Champs Elysées

Le théâtre des Champs Elysées

On nous avait distribué un programme très détaillé, que j'étudiai avant le début du concert. La première

partie était une petite symphonie de Francis Poulenc, une Sinfonietta, jouée par l'orchestre de chambre

de Paris. Je connais davantage de Poulenc ses œuvres vocales, notamment le Gloria et les Chansons,

que sa musique instrumentale. L'oeuvre , de 1947, m'était inconnue. Elle fut interprétée avec brio par

l'orchestre, et je remarquai la direction précise et énergique de Nathalie Stutzmann, en me félicitant

de voir de temps en temps une femme à la baguette... Il y eut un entracte, puis le Jeune choeur de Paris

entra en scène derrière l'orchestre. Composé d'une cinquantaine d'étudiants en musique du Conservatoire

à rayonnement régional, le choeur chanta, de Georges Bizet, des extraits des opéras Carmen et

Les pêcheurs de perles. Puis Alexander Vinogradov chanta des extraits du Faust de Charles Gounod, il fut

rejoint par le choeur sur des extraits de la Damnation de Faust de Hector Berlioz, et le concert s'acheva

sur des extraits de Carmen avec soliste et choeur, dont l'air très populaire du toréador, qui emporta

l'enthousiasme et les applaudissements du public. J'ai particulièrement apprécié l'interprétation de l'orchestre

et la direction très sûre de Nathalie Stutzmann, dont ma voisine de soirée m'avait dit être l'amie. J'en ai profité

pour lui glisser que ce serait une bonne idée de donner tous les choeurs de Carmen en concert...

Alexander Vinogradov et Nathalie Stutzmann

Alexander Vinogradov et Nathalie Stutzmann

Le choeur avait pour directeur Henri Chalet, déjà rencontré sur ce blog, qui fit une brève apparition

à la fin du concert. Les sopranes du choeur furent brillantes dans Carmen, avec, sauf erreur de ma part,

un contre-ut dans la dernière pièce. Les choristes masculins furent excellents dans la Damnation de Faust,

en contrepoint du soliste. Le programme que l'on nous a distribué contenait les paroles des choeurs, j'en profite

pour vous citer la « puce gentille » adoptée par un prince, chantée par le Méphistophélès de Berlioz, une métaphore

sociale : « l'insecte, plein de joie, dès qu'il se vit paré d'or, de velours, de soie, et de croix décoré, fit venir de province

ses frères et ses sœurs, qui par ordre du prince, devinrent grands seigneurs, mais ce qui fut bien pire, c'est que les

gens de cour, sans en oser rien dire, se grattaient tout le jour. » Jolie écriture caustique, Berlioz !

L'orchestre de chambre de Paris et le jeune choeur de Paris

L'orchestre de chambre de Paris et le jeune choeur de Paris

Comme le résume le titre de cet article, ce fut un concert composite. Il m'a semble que les extraits de Carmen,

superbement interprétés, furent les favoris du public. Une version de concert de l'opéra de Bizet

est-elle envisageable? Il faudra prévoir de multiples programmations...

 

Sylvie, blogmestre

Partager cet article

Repost 0
Published by Blog des choristes des CP13
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d'une choriste parisienne vagabonde
  • Le blog d'une choriste parisienne vagabonde
  • : Ex-blog des choristes des Choeurs de Paris 13, lieu d'échanges entre les choristes de Paris, de France, de Navarre et d'ailleurs! Instrumentistes de toutes cordes, vocales ou autres, bienvenue aussi!
  • Contact

Recherche