18 décembre 2015 5 18 /12 /décembre /2015 11:23

J'avais réservé une place pour la 8è symphonie d'Anton Bruckner au grand auditorium de la maison

de la radio, mais pendant la semaine, un courriel nous prévint d'un changement de programme, ce serait

la 4è symphonie de Bruckner, et la 8è de Schubert, dirigées par un chef américain, Robert Trevino.

On nous proposa d'annuler nos réservations si ce programme de remplacement ne nous convenait pas,

mais il semble qu'il plaisait car le grand auditorium était bien rempli. Les billets électroniques,

cependant, ne furent pas modifiés, mais nous sommes entrés sans difficulté.

Billet partiellement exact

Billet partiellement exact

Depuis les attentats de novembre, on n'entre plus côté Seine dans la Maison de la Radio, il faut entrer

par l'arrière du bâtiment. On ressort côté Seine sous la surveillance de la police à la fin du concert...

Hier, j'entrai côté cour avec le public nombreux, puis gagnai ma place au 2è balcon.

Voici une vue de l'auditorium de cette place en hauteur :

Auditorium vu de la place 5T3

Auditorium vu de la place 5T3

Il n'y avait plus de programmes lorsque je suis arrivée, du moins au 2è balcon, mais on trouve

toujours un auditeur gentil qui, après usage, accepte de partager son programme.

Couverture du programme de la soirée

Couverture du programme de la soirée

La première partie du concert était constituée de la 8è symphonie de Schubert, dite « inachevée »

car elle ne comporte que deux mouvements. Dans le livret, on apprend que Schubert aurait écrit

quinze symphonies, dont seulement neuf ont été « achevées » ! La cohérence de celle-ci, à l'intérieur

des deux mouvements existants, et sa beauté, sa douceur romantique un peu triste (elle a été écrite en

si mineur), font d'elle une œuvre particulièrement populaire de Franz Schubert. La partition est datée

de 1822, Schubert décèdera en 1828, à l'âge de 33 ans. Robert Trevino dirige cette première partie

de concert avec une grande assurance, quoique ce soit son premier concert avec l'orchestre national

de France. L'orchestre, excellent comme à son habitude, joue cette délicate partition

avec toute la subtilité et l'émotion retenue requises.

 

Le chef Robert Trevino fait saluer l'orchestre

Le chef Robert Trevino fait saluer l'orchestre

La deuxième partie du concert, après l'entracte propose la quatrième symphonie d'Anton Bruckner,

qui démarre mystérieusement son premier mouvement. Avec le développement de la symphonie se développe

une épidémie de toux dans la salle (qui, fort heureusement, n'affecte pas les musiciens), dont je suis affectée aussi,

progressivement, à ma grande surprise. Le deuxième mouvement de la symphonie est plus lyrique, utilisant

les cordes graves de l'orchestre. La symphonie, créée en 1874, a été baptisée « Romantique » par

Bruckner lui-même. Le troisième mouvement est un scherzo « bewegt », c'est à dire agité, il y aura

effectivement de l'agitation pour moi, puisque la gêne respiratoire va me contraindre à sortir de la salle au cours de ce

mouvement, pour aller tousser dehors, le concert étant diffusé en direct sur France Musique. Je descends boire un peu

d'eau aux lavabos, mais c'est une entreprise difficile de regagner ma place ensuite, je m'assieds un peu plus haut,

rangée V probablement, sur un siège libre au bord de l'allée. Le troisième mouvement de la symphonie est encore

en cours, dans un éclat de cuivres. Le livret décrit le mouvement final comme « levant le voile sur la cité

d'en-dessous », il est en tout cas éclatant et irrésistible. L'orchestre et le jeune chef sont très applaudis.

Je reprends deux photos de l'orchestre, que Robert Trevino a fait lever, et qui salue vers le public des

deux côtés, l'angle de prise de vues est un peu décalé par rapport aux premières photos, puisque j'ai légèrement bougé.

L'orchestre et Robert Trevino aux saluts
L'orchestre et Robert Trevino aux saluts

L'orchestre et Robert Trevino aux saluts

Nous ressortons vers 22 heures, la Tour Eiffel a repris son habit de lumière.

 

Sylvie, blogmestre

La Tour Eiffel, vue de l'avenue du Président Kennedy,17 décembre 2015

La Tour Eiffel, vue de l'avenue du Président Kennedy,17 décembre 2015

Partager cet article

Repost 0
Published by Blog des choristes des CP13
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d'une choriste parisienne vagabonde
  • Le blog d'une choriste parisienne vagabonde
  • : Ex-blog des choristes des Choeurs de Paris 13, lieu d'échanges entre les choristes de Paris, de France, de Navarre et d'ailleurs! Instrumentistes de toutes cordes, vocales ou autres, bienvenue aussi!
  • Contact

Recherche