20 décembre 2015 7 20 /12 /décembre /2015 10:33

Les concerts de Noël ont le vent en poupe ! C'est la saison, me direz-vous. Après le concert de Noël de

Phronesis la semaine dernière, j'en ai choisi un deuxième parmi plusieurs, hier soir. Il s'agissait du concert

de Noël du Choeur de Paris, donné en l'église Saint-Denys du Saint Sacrement, dans le 3è arrondissement.

Je ne connaissais pas cette église, qui partage sur le plan du style avec Notre-Dame de Lorette précédemment évoquée

dans ce blog, les colonnes et le fronton triangulaire, à l'entrée, et le plafond en caissons à l'intérieur.

La façade de Saint-Denys du Saint-Sacrement

La façade de Saint-Denys du Saint-Sacrement

J'ai échangé ma contremarque contre un billet, et trouvé une place libre à l'extrémité du deuxième rang,

d'où je voyais très bien, mais il allait falloir composer avec  l'oeil du blog dont l'ouïe présente une susceptibilité exacerbée...

La contremarque et son billet
La contremarque et son billet

La contremarque et son billet

On nous a remis un programme à l'entrée, qui était très fourni, comportant des oeuvres du répertoire

du choeur, et des pièces de saison. J'ai retrouvé avec plaisir, parmi d'autres connaissances comme le Kyrie de la

Petite messe solennelle de Rossini ou l'Hallelujah du Messie, quatre nocturnes de Mozart que j'avais déjà chantés.

Le Choeur de Paris est dirigé par Till Aly, il est accompagné à l'orgue de choeur par Denis Chevallier,

et par une soliste soprano, Aurélie Loilier. Les choristes présents étaient une trentaine environ.

Le Choeur de Paris et Aurélie Loilier

Le Choeur de Paris et Aurélie Loilier

Le programme de la soirée était très éclectique puisqu'il comprenait des oeuvres de quatorze compositeurs

connus, et des noëls traditionnels. Les oeuvres connues, comme les trois Ave Maria de Caccini, Schubert,

et Gounod, interprétés de plus en plus superbement par Aurélie Loilier, ou l'Ave Verum corpus de Mozart,

ou l'Hallelujah du Messie de Haendel alternaient avec d'autres plus rares comme des extraits de la Missa

omnium sanctorum de Zelenka, ou un choeur de Rachmaninoff. Entre les deux, je placerais les quatre

nocturnes de Mozart, un extrait de Norma de Bellini, deux extraits des Quatre pièces sacrées de Verdi, des

chorals de l'oratorio de Noël de Bach, des choeurs du Lobgesang de Mendelssohn. Nous avons entendu

aussi la Nuit de Rameau, popularisée par le film "Les choristes" (que les vrais  choristes connaissaient déjà avant le film!).

Trois chants traditionnels étaient intercalés dans le programme, dont nous avions les paroles, pour chanter aussi.

 

Ci-dessous, les Anges dans nos campagnes, partie choeur seul:

 

Le Choeur de Paris, direction Till Aly, 19 décembre 2015

 

Le chef s'est retourné, c'était à nous le public de chanter avec le choeur, j'ai participé volontiers. Bonne surprise: l'acoustique

était particulière, le son individuel ne s'éparpillait pas, il était aérien et porté, audible sans forcer, c'était très agréable!

Une bonne soirée, deux heures de musique spirituelle avec le Choeur de Paris, dont je salue le courage

d'avoir proposé un programme aussi long et aussi varié. Merci à toutes et à tous et bonnes fêtes!

 

Sylvie, blogmestre

Partager cet article

Repost 0
Published by Blog des choristes des CP13
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d'une choriste parisienne vagabonde
  • Le blog d'une choriste parisienne vagabonde
  • : Ex-blog des choristes des Choeurs de Paris 13, lieu d'échanges entre les choristes de Paris, de France, de Navarre et d'ailleurs! Instrumentistes de toutes cordes, vocales ou autres, bienvenue aussi!
  • Contact

Recherche