21 décembre 2015 1 21 /12 /décembre /2015 08:36

Hier, je suis allée voir danser les petits rats de l'Opéra... Au Palais Garnier, il y avait démonstration

des élèves de l'Ecole de danse, dont les nombreux fans petits et grands montaient l'impressionnant

escalier, en s'exclamant et photographiant le décor somptueux avec leur téléphone mobile.

L'intérieur du Palais Garnier vu du grand escalier

L'intérieur du Palais Garnier vu du grand escalier

J'étais au premier étage, dans une loge avec d'autres personnes, sur des chaises en velours,

avec un repose-pieds... Quel luxe ! (je ne suis pas habituée...) J'aime beaucoup la danse classique,

de l'extérieur, avec une pointe de regret, car j'aurais aussi aimé la pratiquer.

Billet et grande salle vue depuis la place 10 de la loge 26-28
Billet et grande salle vue depuis la place 10 de la loge 26-28

Billet et grande salle vue depuis la place 10 de la loge 26-28

Comme à l'Opéra Bastille, j'ai été frappée par la courtoisie et la gentillesse des personnes qui participent à la

sécurité et au placement des spectateurs à l'Opéra Garnier, qu'ils en soient remerciés. On m'a donné un programme,

dont je reproduis la couverture ci-dessous, car il nous a été strictement défendu de photographier

ou de filmer, ce que je comprends parfaitement, s'agissant d'enfants.

Programme des démonstrations de danse

Programme des démonstrations de danse

Devant moi dans la loge, il y avait plusieurs pré-adolescentes, de l'âge des jeunes danseurs qui allaient se produire

sur scène. Etaient-elles des camarades de ceux-ci, ou d'autres petites ballerines en herbe ? Le rideau s'ouvrit, et

après une annonce générale, un professeur de danse et un pianiste mirent en place et en mouvement

la sixième division de garçons. (Les enfants sont répartis en six divisions qui correspondent à leurs années à l'école

de danse, à l'envers, la sixième division étant leur première année d'écoliers danseurs). Vêtus de justaucorps blancs

et de collants gris, ils avaient 8 à 11 ans, et, disposés sur la scène, nous firent une démonstration de

positions et de pas divers. C'était joli et harmonieux, et touchant du fait de l'âge des danseurs. Quelle

détermination, et quel travail pour des enfants si jeunes ! Le professeur conseillait certains, nous avons

compris qu'ils venaient de commencer l'école de danse, et montaient sur scène pour la première fois

(et quelle scène...!) Puis ce fut la sixième division de filles, du même âge, en justaucorps à jupette vert clair.

Même détermination, mais une grâce plus en rondeur que les garçons. Puis l'alternance reprit, un groupe

de garçons de cinquième division, de moins de 13 ans, effectua des pas plus compliqués. Puis un groupe de

filles de cinquième division, en orange, fit des exercices à la barre, encouragées par des remarques

insolites pour nos oreilles comme la nécessité de « fortifier la cuisse » ou d'« assurer le creux du genou »,

quoique l'on comprenne parfaitement l'intérêt de ces recommandations. Avec la quatrième division, correspondant

à la troisième année en école de danse, les ballerines furent de la partie, les enfants moins expérimentés

n'en portaient pas. On nous fit remarquer que ces enfants étaient encore en période de croissance,

et que les efforts qu'ils fournissaient dans cette démonstration étaient fatigants pour eux. Les jeunes

danseuses et danseurs furent tous très applaudis, ainsi que leurs professeurs et leurs pianistes, l'on vit

des larmes et un bouquet de fleurs. Dans l'immense salle de l'opéra, devant des centaines de spectateurs,

ce spectacle était exigeant, mais simple et émouvant, il avait la saveur des fêtes scolaires et familiales,

et celle des fins d'années au conservatoire, où chaque enfant y va de sa petite partition devant ses

maîtres, et devient l'acteur de la journée, sur la scène ou dans la salle, pour sa famille et ses amis réunis.

 

 

Il y eut un entracte, et la reprise des démonstrations se poursuivit après celui-ci, mais sans moi, car j'étais fiévreuse,

et suis rentrée chez moi, après avoir proposé ma place à une dame moins bien placée. Devant le Palais Garnier, une

manifestation de musiciens en combinaison orange faisait beaucoup de bruit, surveillée de loin par un fourgon de police

vigilant... Je pris une dernière photo du Palais avant de descendre dans les entrailles de la station Auber.

 

Sylvie, blogmestre

Le Palais Garnier depuis l'escalier de la station Auber

Le Palais Garnier depuis l'escalier de la station Auber

Ci-dessous, un reportage vidéo télévisé sur les petits écoliers danseurs, source INA:

 


Archives de la télévision française, démonstrations de l'Ecole de danse de l'Opéra

Partager cet article

Repost 0
Published by Blog des choristes des CP13
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d'une choriste parisienne vagabonde
  • Le blog d'une choriste parisienne vagabonde
  • : Ex-blog des choristes des Choeurs de Paris 13, lieu d'échanges entre les choristes de Paris, de France, de Navarre et d'ailleurs! Instrumentistes de toutes cordes, vocales ou autres, bienvenue aussi!
  • Contact

Recherche