18 novembre 2015 3 18 /11 /novembre /2015 00:26

Il y avait une foule inattendue au Théâtre des Champs Elysées lundi soir pour écouter le jeune

violoniste serbe Nemanja Radulovic, qui y donnait un concert avec la pianiste Susan Manoff, dans

le cadre du cycle des grands solistes. Décrit par le magazine « Cadences » comme solaire,

le jeune homme, qui a vécu la guerre en Yougoslavie dans son enfance, et qui est très souriant,

dit que cette expérience terrible lui a donné du recul par rapport à son succès actuel.

Billet pour solistes surdoués

Billet pour solistes surdoués

Les deux jeunes solistes talentueux avaient souhaité maintenir leur concert à l'affiche, en ce

16 novembre, et avaient convié d'autres artistes amis à les rejoindre sur scène pour participer

au concert. Le programme initial en fut modifié pour permettre à chacun de participer. Le théâtre des

Champs-Elysées avait relayé cette initiative en diffusant par SMS et par courriel le maintien

du concert, et la participation d'artistes supplémentaires, nous conviant à venir nombreux.

Le Théâtre des Champs Elysées est très rempli

Le Théâtre des Champs Elysées est très rempli

J'étais placée au deuxième balcon, assez proche de la scène, en biais. Nemanja arriva sur scène

avec une grosse bougie blanche dans un photophore, qu'il posa par terre au milieu du devant

de la scène, entre le public et lui. Une bougie à la mémoire des victimes des attentats,

au milieu de nous. Puis Susan Manoff entra et s'installa au piano. Un très joli duo, bien assorti.

 

La première partie du concert initialement prévue avait été conservée : des pièces de Tchaïkovski

(Romance de Pauline), Mozart (sonate pour violon et piano K 301), Fauré (Après un rêve),

Bach (partita n°2), se succédèrent, mettant en valeur les qualités exceptionnelles des deux jeunes

musiciens. Après un entracte, une harpe fit son apparition sur la scène, et la harpiste

Marielle Nordmann interpréta trois œuvres de Schubert (Sérénade, Marguerite au rouet, et la Truite),

avec Susan Manoff au piano. La Truite était interprétée avec espièglerie, ai-je trouvé. Puis un autre violoniste,

Patrice Fontanarosa, et une autre pianiste, Laure Favre Kahn, interprétèrent ensemble un extrait

de Thaïs, intitulé Méditation. Des extraits de Cinq pièces pour deux violons et piano de Chostakovitch

rassemblèrent les deux violonistes, et Laure Favre Kahn, qui joua aussi l'Elégie de Fauré, en compagnie

de Henri Demarquette au violoncelle. Puis un troisième pianiste, Yvan Cassar, interpréta la musique

du film La liste de Schindler avec Nemanja Radulovic au violon, les mêmes interprètes jouant ensuite

une mélodie de Macédoine, intitulée Zajdi. Enfin, Tsigane de Ravel fut interprétée par Nemanja Radulovic

et Susan Manoff. Applaudissements nourris, rappels, et... Nemanja revint sur scène avec sa dernière

invitée, qui avait eu un problème de train. La soprano Véronique Gens nous chanta une

Chanson triste de Hahn, accompagnée par Susan Manoff.

Les huit solistes, et devant eux, la bougie (à droite, Nemanja Radulovic et Susan Manoff)

Les huit solistes, et devant eux, la bougie (à droite, Nemanja Radulovic et Susan Manoff)

Les huit artistes nous saluèrent, et Nemanja expliqua qu'il leur avait demandé d'être avec nous ce soir

à cause de l'émotion causée par les attentats, qu'un entourage amical permettait de partager.

Puis ils nous firent un bis, suivi d'une petite improvisation sur un air connu, habituellement chanté

plutôt qu'instrumental... dont je ne me souviens plus. J'ai tenté de prendre une petite vidéo de la partie

hors-programme, mais mon appareil a vite renâclé car sa carte mémoire, sur laquelle il restait 250 Mo « ne lui

permettait pas de mettre les images en mémoire-tampon » (sic). Que n'ai-je utilisé une carte mémoire pleine de Go !

La vidéo est donc très courte, mais donne un aperçu du jeu de Nemanja Radulovic.

 

 

Un programme éclectique, un inventaire à la Prévert, des musiciens divers mais tous excellents,

généreux, une excellente soirée. Nous avons été remerciés chaleureusement de notre présence,

en dépit des événements. L'avenue Montaigne, quand nous sommes ressortis, avait son éclairage habituel, mais on

lui faisait des essayages lumineux lorsque nous sommes arrivés avant 20h, que j'avais photographiés, ci-dessous.

Sylvie, blogmestre

 

La parure hivernale de l'avenue Montaigne à l'essayage

La parure hivernale de l'avenue Montaigne à l'essayage

Partager cet article

Repost 0
Published by Blog des choristes des CP13
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d'une choriste parisienne vagabonde
  • Le blog d'une choriste parisienne vagabonde
  • : Ex-blog des choristes des Choeurs de Paris 13, lieu d'échanges entre les choristes de Paris, de France, de Navarre et d'ailleurs! Instrumentistes de toutes cordes, vocales ou autres, bienvenue aussi!
  • Contact

Recherche