14 novembre 2015 6 14 /11 /novembre /2015 20:42

Hier soir, j'étais à la Maison de la radio pour la remise du prix de la SACEM de la meilleure musique de film de l'année 2015.

Pendant que je vivais un concert paisible, d'autres trépassaient ou étaient grièvement blessés au Bataclan ou ailleurs dans

les 10è et 11è arrondissements de Paris. Je ne vais donc pas vous raconter aujourd'hui le concert du 13 novembre à la

Maison de la radio, pendant lequel nous ignorions ce qui se passait à l'extérieur, j'y reviendrai ultérieurement.

Aujourd'hui, je vous ferai part du concert du 14 novembre, dans la très jolie salle Gaveau, qui fut dédié

spécialement aux victimes des attentats terroristes ayant endeuillé notre ville, Paris.

Billet de concert de la salle Gaveau

Billet de concert de la salle Gaveau

Je m'étais posé les mêmes questions que les autres personnes : la salle de concert serait elle ouverte, y aurait-il assez d'auditeurs

pour que le concert ait lieu ? Je ne m'étais pas posé la question « est-il prudent d'aller au concert en ces circonstances? »

car je pense, comme les Britanniques l'avaient exprimé dans une situation analogue, qu'il faut continuer à vivre le plus

normalement possible, et ne pas se laisser terroriser. La salle Gaveau, dont la réservation pour ce concert

était complète, eut un auditoire clairsemé. C'est vraiment dommage, car le concert était excellent.

La salle Gaveau vue de l'entrée du premier balcon

La salle Gaveau vue de l'entrée du premier balcon

Il s'agissait d'un concert de musique du XVIIIè siècle donné par l'orchestre Pasdeloup, avec l'inclusion d'une

pièce de musique contemporaine. En bis, nous eûmes le plaisir d'entendre une passacaille de Telemann.

J'ai beaucoup aimé le « Concerto di Amsterdam » de Vivaldi, donné en premier, qui sied parfaitement à cet

orchestre. Il y eut ensuite le Concerto pour clarinette de Mozart, une œuvre toujours charmante à l'écoute,

avec Vincent Penot en clarinettiste soliste. Puis une composition d'un musicien argentin, Esteban Benzecry,

qui vint sur scène féliciter les musiciens pour leur interprétation. Et enfin la symphonie n°100 « militaire »

de Joseph Haydn, avec force percussions (ceux d'entre nous qui ont chanté la Paukenmesse savent que les timbales

étaient prisées du compositeur !) et parmi d'autres passages gracieux ou guerriers, j'ai apprécié un bien

joli duo flûte et hautbois. A propos de la symphonie militaire, Patrick Ayrton nous raconta comment lors

de son voyage en Angleterre, Haydn dit avoir composé cette symphonie pour « réveiller les Anglais »...

J'ai aussi beaucoup aimé la passacaille de Telemann, écrite après son voyage à Paris, qui fait partie de

ses « trios parisiens », présentée ici dans une adaptation orchestrale du chef d'orchestre,

très valorisante, et spécialement dédiée par lui aux victimes des attentats de Paris.

Les cordes de l'orchestre Pasdeloup, Patrick Ayrton, et Vincent Penot (de dos)

Les cordes de l'orchestre Pasdeloup, Patrick Ayrton, et Vincent Penot (de dos)

L'orchestre Pasdeloup fut abondamment applaudi, nous avons essayé de faire autant de bruit qu'en aurait produit

la salle si tous les spectateurs prévus avaient pu venir à ce concert. Les musiciens le méritaient bien !

Merci à eux d'avoir dédié ce concert aux victimes des attentats.

 

Sylvie, blogmestre

J'ai emprunté sur le blog d'une autre blogueuse un logo ad hoc, merci à elle!

 

Nous sommes Paris !

Partager cet article

Repost 0
Published by Blog des choristes des CP13
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d'une choriste parisienne vagabonde
  • Le blog d'une choriste parisienne vagabonde
  • : Ex-blog des choristes des Choeurs de Paris 13, lieu d'échanges entre les choristes de Paris, de France, de Navarre et d'ailleurs! Instrumentistes de toutes cordes, vocales ou autres, bienvenue aussi!
  • Contact

Recherche