2 novembre 2015 1 02 /11 /novembre /2015 09:58

Marivaux, auteur du siècle des Lumières, a décortiqué dans ses pièces la métaphysique du cœur,

ce qui faisait forte impression sur ses contemporains. Trois siècles après, il sonne toujours très actuel.

Après deux tentatives infructueuses pour cause de salle déjà pleine, je suis parvenue à voir, hier soir,

La double inconstance, de Marivaux, à la Comédie Française.

 

Billet perché pour mieux voir

Billet perché pour mieux voir

J'avais une place perchée au dernier rang à droite de la corbeille, et remarquai une odeur de vernis frais

émanant des boiseries de la salle Richelieu, qui me parut très pimpante pour son âge (1799, mais elle

a été reconstruite après un incendie). Le long rideau de velours rouge était revenu depuis mon dernier

passage. Combien de collégiens parisiens ont vécu dans cet écrin plein de souvenirs

leur toute première représentation théâtrale ?

La salle Richelieu revernie

La salle Richelieu revernie

On nous a distribué un livret présentant la troupe de la Comédie française, ce qui est une excellente

idée, et des informations spécifiques à la pièce, que j'ai lues avant la représentation. La mise en scène

est d'Anne Kessler, ainsi que la description des idées qui sous-tendent son interprétation. Des

peintures qui semblent extraites d'un story-board, et de très jolies photos des acteurs illustrent le livret.

La pièce parle d'un complot... Rencontrant par hasard une villageoise, Silvia, un Prince s'en éprend,

et la fait enlever. Silvia aimant un certain Arlequin, le Prince assisté de Flaminia, une de ses proches,

séparent le couple original en les conquérant séparément. Il s'avère que Silvia et Arlequin étaient

surtout assortis par leur milieu social d'origine, et que la réorganisation amoureuse avec leurs

nouveaux partenaires est possible pour tous deux. Les voici doublement inconstants.

 

Le livret nous dit que les contemporains de Marivaux s'étaient avérés plus sensibles à la mécanique

des sentiments qu'aux considérations sociales qui l'accompagnent (la redistribution des rôles n'est

possible que grâce à la fortune du Prince). A lire sur le papier, c'est assez moche. Mais lorsqu'on voit

Loïc Corbery dans le rôle du Prince, on trouve que Silvia (Adeline d'Hermy) a eu beaucoup de chance

avec sa destinée ! Cette réaction, qui est la mienne, et qui est probablement celle d'autres spectateurs,

rejoint la description faite dans la pièce d'une dame belle et pleine d'esprit, qui pour son malheur

avait eu la petite vérole, et étant restée marquée physiquement, n'était plus considérée que comme babillarde...

Nous aimerions tous être constants, fidèles à notre premier amour, mais la vie évolue, nous changeons,

les autres changent, les personnes que nous aimons follement à vingt ans, les aimerons-nous de

même à trente ? Qui peut le dire, et qui a le droit de juger ? Si nous vivons la même vie toute notre vie, la

constance sera plus aisée, mais si notre vie change profondément, la constance des sentiments,

quoiqu'il arrive, serait elle adaptée à notre évolution?

 

L'important est de ne pas faire souffrir, ce qui est parfaitement réalisé dans la pièce. La mise en scène

est très inventive, drôle, impertinente. Les acteurs sont excellents (mention spéciale aux deux acteurs

principaux, que j'avais déjà beaucoup appréciés dans le Misanthrope), la décoration et l'ambiance

sonore (anachronique, mais qui peut dire en quels temps nous sommes?) sont soignées

et servent bien le propos.

 

Pas de photo, nous a t'on demandé ! La lumière s'éteint puis se rallume quand les acteurs viennent

saluer, formant chaque fois de nouveaux couples sur la scène. Je croise le buste de Marivaux

qui nous sourit près de la sortie du théâtre... et immortalise l'auteur du marivaudage.

 

Le buste de Marivaux

Le buste de Marivaux

Une dernière photo avant de reprendre le métro place Colette, de la Comédie française vue de la bouche

de métro, sortie « Théâtres », qui est décorée de faux bijoux énormes, comme une grosse cocotte d'opérette.

Mais il faut reconnaître que ces énormes faux bijoux ont une photogénie certaine!

 

Sylvie, blogmestre

 

La Comédie française vue depuis la bouche de métro "Théâtres" de la station Palais-Royal

La Comédie française vue depuis la bouche de métro "Théâtres" de la station Palais-Royal

Partager cet article

Repost 0
Published by Blog des choristes des CP13
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d'une choriste parisienne vagabonde
  • Le blog d'une choriste parisienne vagabonde
  • : Ex-blog des choristes des Choeurs de Paris 13, lieu d'échanges entre les choristes de Paris, de France, de Navarre et d'ailleurs! Instrumentistes de toutes cordes, vocales ou autres, bienvenue aussi!
  • Contact

Recherche