30 octobre 2015 5 30 /10 /octobre /2015 11:01

Hier soir au grand auditorium de Radio France, il y avait un concert de trois œuvres composées en 1872,

1880, et 1917, et dirigées par un chef danois, Nicolaj Znaider. Tout d'abord, le Tricorne de Manuel

de Falla (1917), suivi du concerto pour violoncelle et orchestre n°1 de Camille Saint-Saëns (1872),

et, après l'entracte, la 6è symphonie d'Antonin Dvorak (1880). A cette occasion, je fus placée dans la

loge 6, à l'arrière de l'orchestre national de France, côté altos et contrebasses.

Le billet et la loge 6 de l'auditorium
Le billet et la loge 6 de l'auditorium

Le billet et la loge 6 de l'auditorium

A vingt-cinq ans, lors d'un bilan de santé, on avait constaté que j'entendais globalement très bien, mais différemment

des deux oreilles, qui s'étaient « adaptées » à ma position dans le choeur. J'aimerais bien savoir combien de

choristes  et de musiciens présentent cette particularité, et sont gênés lorsque l'on change de disposition...

Hier soir, j'étais en position d'alto par rapport à l'orchestre, et j'avais perdu tous mes repères auditifs. J'ai entendu

la première partie du concert dans un brouillard cognitif qui heureusement s'est levé après l'entracte!

 

J'ai quand même apprécié la grâce du Tricorne de de Falla (« El sombrero de tres picos » nous dit

le livret, toujours didactique et rempli de références intéressantes). Au dernier mouvement, irruption

des castagnettes, plusieurs personnes alentour avancent le cou pour voir d'où provient ce son

incongru dans un orchestre symphonique. C'est le xylophoniste qui joue des castagnettes en alternance

avec sa partie de xylophone, il va les transmettre au percussioniste pour l'estocade finale,

que le chef ordonne d'un geste large mais précis. Applaudissements.

 

Le concerto pour violoncelle et orchestre de Saint-Saëns est une pièce romantique, en trois

mouvements enchaînés. Edgar Moreau, le violoncelliste solo, n'a que vingt ans, mais il a été

soliste dès l'âge de onze ans. Il a eu un prix de piano à quinze ans, et un prix aux Victoires de la

musique 2015. C'est un jeune musicien extrêmement doué, et probablement fortement soutenu par ses

proches. Il joue sur un violoncelle de 1711 (!) ce qui explique qu'il ne s'en sépare pas, lorsqu'il sort

de la salle ou y revient sous les applaudissements. La salle est assez dissipée et les photos sont nombreuses,

même du premier rang, hum ! Je parviens à prendre notre jeune soliste en photo,

qui nous offrira un morceau de Bach en bis.

 

Le jeune violoncelliste Edgar Moreau et son violoncelle de 1711

Le jeune violoncelliste Edgar Moreau et son violoncelle de 1711

La deuxième partie du concert est moins déconcertante pour moi, je me suis adaptée à la disposition acoustique, et

il s'agit d'une œuvre d'un musicien qui m'est plus familier, Dvorak. Les deux premiers mouvements sont

agréables, mais ce sont le troisième et le quatrième les plus intéressants. L'auteur des danses slaves

transparait dans le troisième mouvement. Ce « furiant » fut très apprécié lors de la création de l'oeuvre à

Prague, nous dit le livret, car il présente un alternance de rythme binaire et ternaire qui serait particulier

aux danses tchèques. Je distingue aussi un court motif qui figurait dans le Stabat mater selon Antonin que nous avons

chanté il y a trois ans... Le dernier mouvement est éclatant, cuivré, et emporte l'enthousiasme du public.

 

L'orchestre national de France aux rappels et le chef Nicolaj Znaider

L'orchestre national de France aux rappels et le chef Nicolaj Znaider

Quand nous ressortons, la Tour Eiffel scintille encore, il n'est pas vingt-deux heures. Une envie de marcher un peu

me prend, et je remonte le pont de Bir-Hakeim à pied. Une statue équestre brandit son glaive vers l'amont

du fleuve, dans l'indifférence de jeunes couples qui regardent couler l'eau à la lumière de la Tour, sous la lune...

 

Sylvie, blogmestre

 

La France renaissante, statue du pont de Bir Hakeim, et la Tour Eiffel

La France renaissante, statue du pont de Bir Hakeim, et la Tour Eiffel

Partager cet article

Repost 0
Published by Blog des choristes des CP13
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d'une choriste parisienne vagabonde
  • Le blog d'une choriste parisienne vagabonde
  • : Ex-blog des choristes des Choeurs de Paris 13, lieu d'échanges entre les choristes de Paris, de France, de Navarre et d'ailleurs! Instrumentistes de toutes cordes, vocales ou autres, bienvenue aussi!
  • Contact

Recherche