15 octobre 2015 4 15 /10 /octobre /2015 22:42

Ce soir, je suis allé écouter un concert Puccini-Wagner aux Théâtre des Champs Elysées. Le quartier

m'était familier. Quand j'étais encore bien jeune, RTL avait un studio rue François Ier qui diffusait des émissions de

variétés publiques le mercredi après-midi, très courues des gamines de quatorze ans... C'était amusant de repenser

à ces équipées en allant entendre du Puccini dans un Théâtre Art nouveau de l'avenue Montaigne!

 

Puccini aux Champs

Le concert était interprété par l'orchestre national de France et le choeur de Radio France, sous la

direction de Paolo Arrivabeni. En première partie, un Capriccio sinfonico de  Giacomo Puccini, suivi de

Siegfried Idyll de Richard Wagner, en seconde partie la Messa di Gloria du même Giacomo...

Ma messe fétiche, la dernière grande oeuvre que j'avais chantée dans ma vie d'avant,

je l'ai promenée sur moi pendant des années, et je suis entrée aux CP13 exprès pour la rechanter!

Toujours est-il que j'arrivai en retard involontairement, et entendis la fin du Capriccio et l'idylle

wagnérienne des couloirs du théâtre... mais je pus entrer (ouf!) à l'entracte et gagner ma place.

Le Théâtre des Champs-Elysées

Le Théâtre des Champs-Elysées

Au début, j'admets avoir été un peu déçue. Etait-ce l'acoustique du théatre, la forme de la scène,

très différente de l'auditorium où j'avais entendu ce choeur précédemment? L'oeuvre paraissait trop

contrôlée, alors qu'elle est foisonnante, les sublimes pianissimos du choeur de Radio France sonnaient

ici, dans le Kyrie de la Messa, un peu artificiels. Puis, le choeur s'affranchit de son sur-moi collectif,

et sortit ses tripes comme un vulgaire choeur d'amateurs, mais en mieux. Superbe! Le Gloria

dont la prévalence donne son nom à la messe fut exécuté avec maestria et fougue, et je constatai

que le public était connaisseur de l'oeuvre, car personne n'applaudit après l'apothéose glorieuse, qui ressemble

pourtant beaucoup à un final. L'oeuvre reprit sur la longue litanie du Credo, éclairée tout à la fin par

l'unique phrase "et vitam venturi saeculi, amen", et la vie des siècles à venir sonna comme une

délivrance, et la fin des épreuves terrestres fut... aérienne. Le Sanctus et l'Agnus Dei terminent

en douceur une messe un peu déséquilibrée par son Gloria, mais c'est aussi sa singularité.

Tonnerre d'applaudissements à la fin, les auditeurs ont apprécié les envolées du choeur!

L'orchestre national de France et le choeur de Radio France au Théâtre des Champs Elysées

L'orchestre national de France et le choeur de Radio France au Théâtre des Champs Elysées

A la sortie, une petite bruine nocturne mouille l'avenue Montaigne, chacun remonte son col...

Je souris en repassant rue François Ier, aux jeunes filles accrochées aux balustrades de ma mémoire.

Sylvie, blogmestre

Partager cet article

Repost 0
Published by Blog des choristes des CP13
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d'une choriste parisienne vagabonde
  • Le blog d'une choriste parisienne vagabonde
  • : Ex-blog des choristes des Choeurs de Paris 13, lieu d'échanges entre les choristes de Paris, de France, de Navarre et d'ailleurs! Instrumentistes de toutes cordes, vocales ou autres, bienvenue aussi!
  • Contact

Recherche